Le royaume du Cygne

La guerre menace toutes les frontières du royaume. Les jours passent et la famille royale semble s'affaiblir. Mais dans l'ombre se cache un autre héritier de la couronne
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Péripéties imprévues d'un dragon de passage

Aller en bas 
AuteurMessage
Ourm

avatar

Masculin Age : 36
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Mer 22 Sep - 18:57

[en temps cygnac, ce rp est immédiatement antérieur à la quête de la perle draconique]


C'était un jour ordinaire pour Ourm, c'est à dire, un jour de voyage.

Il se lassait un peu des duchés cygnacs et avait le projet de rejoindre le désert de Noublich. Traverser un désert allait lui faire le plus grand bien... Pour ce faire, il avait commencé par rejoindre le Duché d'Echack, de là il allait pouvoir rejoindre le sulatanat de Kaliorn et son paisible désert.

De paix, il en avait bien besoin. La ville qu'il traversait en ce moment le lui faisait bien souvenir. Il y avait vraiment trop de monde et d'agitation, trop peu d'espace et de silence. Ah, le désert ! Enfin y serait-il tranquille ! Il allait y passer ses vacances. Même pouvoir passer en forme draconique pour se dorer au soleil caché par une dune de sable ! Il s'en réjouissait par avance. La force des choses allait certes lui écourter ces vacances, mais c'est une autre histoire (^^)

La force des choses n'allait même pas lui donner le loisir de quitter la ville au soir, comme il avait prévu.

Les quartiers riches étaient surveillés par de grands soldats, dont la hache pendait fièrement au côté. Les quartiers pauvres de la banlieue n'avaient pas cette chance. Tandis qu'il les traversait pour quitter les lieux, alors que le crépuscule assombrissait l'atmosphère, il croisa un groupe d'hommes à la mine patibulaire qui prenaient toute la largeur de la rue, et il dû en pousser légèrement un pour passer.


Eh ! Toi ! T'as pas appris la politesse ?!

Je m'excuse. Je m'en vais.


Ourm les regarda en haussant les épaules. Les autres n'insistèrent pas. Plus que par pressentiment sur la force véritable de l'étranger, ils voyaient bien que celui-ci ne portait rien d'autre qu'un vieil habit élimé. Il ne valait pas leur attention. D'ailleurs, leur attention se portait déjà autre part – sur deux jeunes filles à l'apparence fragile, bien qu'au maintien très fier, vêtues de beaux habits et visiblement étrangères.

Le dragon poursuivait, tranquille, son chemin, quand il se décida finalement à se retourner pour suivre la suite des événements. Il en fronça les sourcils, et trotta agilement vers le théâtre du trouble qu'il avait pressenti.

Le groupe de marauds avait séparé les deux jeunes filles. Il se dirigea vers la première mais faillit se prendre un coup magistral et jugea qu'il valait mieux s'éloigner et qu'elle saurait assurément se démêler toute seule de ces rustres éméchés. La seconde, en revanche, semblait se débrouiller beaucoup moins bien. Il fonça dans le tas et étourdit ses agresseurs, qui la lâchèrent, se demandant comment cet homme frêle avait pu les faire trébucher, alors que les corpulences comparées auraient plutôt suggéré le contraire.

Ourm prit fermement la jeune fille par les épaules et, de son autre bras, dégagea sa capuche, laissant apercevoir ses oreilles pointues et sa mine elfique. Cela ne fit qu'enrager davantage les agresseurs.


Ton prochain arbre, ce sera ton cercueil ! Tu as eu tort de t'en mêler toi !

Ils se précipitèrent sur eux, formant un amas provisoire qui semblait les avoir avalés, mais pas pour longtemps. L'un des rustres s'enfuit en courant et se plongea avidement dans un tonneau d'eau de gouttière. Un autre suivit en criant, puis rapidement tous les autres.

On a tort se se rapprocher trop de moi quand je suis en colère, affirma tranquillement Ourm, comme s'il ne s'était rien passé.

La première jeune fille les regardait d'un air intrigué, tandis que les derniers assaillants d'Ourm fuyaient en criant "ça brûle !" et que ceux de la jeune fille criaient tout bonnement "au secours !"


Vous êtes plus habile que moi... Vous vous en sortez sans une égratignure, lui murmura-t-il, tandis qu'il jugulait de la main le sang d'une blessure reçue au ventre.

Mais ne vous en faites pas : les Elfes guérissent rapidement.

Ce disant, il souleva son habit pour découvrir sa blessure, et souffla dessus. Le sang se coagula et forma immédiatement une cicatrice propre et nette. Puis, se retournant vers celle qu'il avait protégé :

Tout va bien toi aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Maïssane Khaldiani

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 10/05/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Ven 24 Sep - 20:29

Deux amies parcourent le monde. Sur toute son étendu elles n'ont pas parcourut grand chose en réalité, mais elles sont jeunes, deux, et pleine d'ambition. Deux jeunes filles, sans d'autres accompagnements que leurs maigres bagages. Des problèmes, elles en ont eu, elles en auront, alors elles avancent imprudement, sans plus se poser de questions.

Généralement, Aaliyah était la sujette préférée des embêtements. Elancée, les cheveux bruns, les yeux verts et la peau foncée, son physique attiraient principalement des hommes aux pensées mal placées. Et Maïssane, petite, moins jolie, sans trop de forme avec une attitude un poil masculine, s'occupait de leur régler leur compte.

Complémentaires en un sens, elles cheminaient bras-dessus, bras-dessous, vers la cité guerrière d'Echak. Non par hasard, car la petite demoiselle devait relever le défis de son frère. Se battre contre trois hommes, qu'elle en sorte vainqueur ou pas. Un rituel d'initiation si on veut. Du bas de ses 1m55, elle était fière, sans crainte face à l'ennemi.

« Maïs. . . hésita Aaliyah.
- Quoi ?
- Je crois qu'on est pas dans bon quartier.
- Moi non plus. . . à tout les coups tu vas nous attirer des ennuis.
- J'y peux rien si je suis belle. . . »


Elles se turent en voyant un groupe d'hommes assez massifs venant vers elle. Maïssane se plaça aussitôt en travers de sa soeur de coeur, devinant ce qui allait se passer.
Ils rirent en voyant la petite chose porter une main à son épée, et ils se jettèrent sur elles sans craintes. Ils le pouvaient puisque la petite guerrière n'était pas suffisante pour se battre et défendre son ami. Coups, parades, feintes, elle ne fut pas une seule fois touchée au grand déplaisir de ces hommes mais ils étaient trop nombreux. Si elle n'avait pas été accompagnée, Maïssane aurait été saine et sauve, cela est certain. Seulement il y avait Aaliyah, alors c'était différent. Les agresseurs posaient leurs mains salles sur cette pauvre enfant, ce qui faisait rager sa soeur.

Heureusement, un homme capuchonné vint à la rescousse. Le groupe était scindé en deux mais il savait qui il devait secourir. La fin se déroula rapidement, avev des cris de frayeurs des deux côtés. Maïssane rejoint dès lors Aaliyah, sans d'abord se proccupé de son sauveur.


« Ca va Aaliyah ? Tu n'as rien ? »

Seulement cette dernière regardait la blessure de l'inconnu, surprise. A son tour la guerrière y posa son regard. L'une autant que l'autre allait lui porter de l'aide, mais il les arrêta. Il loua les qualités de la jeune fille, bredouillant un remerciement. Si sa peau avait été plus claires, on aurait pu voir que ses joues seraient rouges.

Il les rassura en affirmement que les elfes ont un processus plus rapide de guérison, tout en leur souriant. Ensuite il se tourna vers Aaliyah, prenant de ses nouvelles. Elle hocha la tête puis lui dit :


« Vous m'avez sauvé la vie, je vous en serait toujours reconnaissante ! »

Maïssane renchérit :

« Il en est de même pour moi. Grâce à vous, ma soeur a été préservée de ces hommes. »

Les manières ne restèrent pas cepandant.Le naturel de Maïssane revint au galop.

« Vous êtes vraiment fort ! Vous vous battez bien ! Où avez-vous appris ? A quelle école ? »

Ses yeux brillaient de curiosité et même Aaliyah, qui ne s'intéressait pas à ce genre de choses, écoutait attentivement les réponse de l'elfe. Qui aurait put croire qu'un jeune homme aussi fin pourrait venir à bout de brutes épaisses avec tant de facilité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 36
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Sam 25 Sep - 9:17

Les deux soeurs de coeur, si heureuses de se retrouver, avaient laissé l'hommes quelques minutes sans attention, mais cela ne l'avait aucunement gêné. Au contraire, il restait parfaitement immobile avec un doux sourire rêveur, et quand les deux jeunes filles lui adressèrent la parole, il parut comme surpris de ne pas être un simple gardien invisible. Il semblait avoir tout oublié de la lutte et ne subsistait plus qu'une expression étonnante mêlant la compassion, la tendresse et la bienveillance. Il y avait pourtant une sorte de timidité qui semblait très étrange comparé à son charisme puissant, lequel charisme puissant était très étrange comparé à sa modeste apparence.

L'inconnu sourit à leurs remerciements.


« Pas vraiment, en définitive... J'aurais bien voulu que ce soit vrai, mais c'est la force des destinées, bien plus que moi, qui a véritablement agi : aucune démarche de ma part n'a conduit à être là au moment où je pouvais vous apporter quelque chose... »

À l'exception de son regard, très expressif, il était toujours très immobile, comme si son assise ou sa stabilité dépassait les conventions habituelles. Il aimait beaucoup les personnes comme Maïssane ou Aaliyah dont le regard lui paraissait conter l'innocence et la bonté du blanc-draconisme. Il se sentait alors un peu chez lui, bien qu'il soit exilé pour toujours. Cependant, il intimidait généralement les jeunes filles, et il s'était préparé à ce qu'elles s'en repartent après un dernier Adieu et merci encore ! La chose partait également de lui : son caractère et son habitude solitaire le mettaient spontanément à l'écart.

Ce ne fut pourtant pas le cas, et parfois, des coeurs qui se rejoignent relèguent au plus profond des oubliettes les notions superficielles de différence qui, à la lumière de l'âme, ne sont plus que complémentaires ou fraternelles... La force des destinées, comme avait déjà parlé le dragon, les avait éventuellement réunis pour plus qu'une brève et unique rencontre.


« Soyons honnêtes ! Je n'ai pas fait grand chose, sinon répondre spontanément à l'élan de mon coeur. Sans prudence. Tout a été très vite et je n'ai pu les empêcher de se rapprocher très près de moi. Cela pouvait être dangereux... »

Il jeta un regard aux armes de Maïssane.

« Le premier avantage des armes est de tenir l'adversaire à distance. Je n'en manie aucune. Et je n'ai aucun mérite à utiliser mes potentialités naturelles. Je n'ai jamais été à aucune école. D'ailleurs, je ne sais pas lire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Maïssane Khaldiani

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 10/05/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Mar 28 Sep - 17:28

La voix de Maïssane sembla tirer l'elfe d'une douce observation, comme un innocent enfant regardant une discussion entre deux oiseaux, de si près qu'il ne voulait faire un bruit, comme si ils s'envoleraient au moindre son.

Malgré une présence inaperçue, le pauvre jeune elfe était timide. Timide, oui, le mot était bien employé. Pourtant Aaliyah et Maïssane n'était rien d'autres que deux jeunes filles simples et innocentes ! Quoique simples. . . Bref, l'inconnu si sûr de lui, de ses actions il n'y a même pas cinq minutes, était quelque peu désemparé face aux adolescentes.

Modeste, il préféra dire que c'était le Destin qui avait agit sur leurs rencontres et celles des malfrats. A la fois oui, à la fois non, car comment tirer du mérite si le Destin est seule maître ? Et comment contredire cette façon de pensée si sensée en même temps ? Ne dit-on pas souvent que « cela a été écrit » ? Mektoub, comme on disait chez elle. Ce qui est écrit.

L'elfe poursuivit toujours modestement, tout à la fois logiquement, sans prétention, sans se rabaisser. L'élan du cœur est en effet plus fort que la raison de l'esprit. Nous pouvons même le qualifier d'incontrôlable, cela ne serait pas à tord.

Maïssane et Aaliyah, bien que silencieuse puisque attentive, adhérait aux propos de l'étranger. Aux apparences très différentes, mais aux cœurs très similaires tant dans leur pureté que leur naïveté, ni l'une ni l'autre n'avait à poser de questions pour savoir de quoi il parlait. Cela tombait sous le sens, voilà tout. Elles ne se moquèrent pas du dragon inapte à la lecture. Il est impossible d'évaluer la présence d'esprit, de cœur également, rien que par cet élément.

Après toutes ces belles paroles, Aaliyah qui ne vivait que l'instant présent, frissonna et se plaignit :


« J'ai froid Maïssane, et je suis fatiguée.
- Tu as toujours quelque chose ! répliqua la concernée, un peu agacée.
- Oui je sais mais j'en peux plus, j'ai mal aux pieds en plus et j'ai peur. »


La jeune fille déboutonna son manteau pour le mettre par dessus celui de celle qu'elle qualifiait affectueusement de chochote.

« Nous allons chercher un endroit pour dormir, dit-elle à l'elfe. Voudriez-vous vous joindre à nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 36
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Ven 1 Oct - 18:34

Ourm se racla la gorge et réarrangea son habit pour se donner une contenance... Toutes les deux semblaient très bien le dévoiler mais il devait absolument, en bon dragon, garder une certaine dignité. Ce n'était pas parce qu'on lisait en soi qu'il fallait détourner le regard, au contraire, et si, d'une certaine manière, elles l'affublaient de timidité ou de maladresse, cela n'avait pas la moindre importance s'il ne manquait pas de noblesse. En particulier face à deux jeunes princesses aux regards brillants comme de petits oiseaux.

Les deux filles ne répliquèrent aucune question à ses paroles, et répondirent par un silence empli de compréhension. Le dragon faillit en sursauter, car cela le surprit de découvrir cette sagesse, cette réaction digne de dragons. Il se demanda l'espace d'un instant si elles n'étaient pas de petites dragonnes, mais non, bien sûr que non. Il s'agissait donc de sages petites humaines emplies de courtoisie.

Il sonda leurs regards, mais si vivement que son action fut presque imperceptible.


« Un grand doux coeur... » pensa silencieusement le dragon.

Et tandis qu'il songeait il observait les réactions des deux adolescentes, dont l'une à cet instant se dévêtait de son manteau pour en revêtir son amie. Une attitude qui lui convenait bien même si pour sa part il ne portait pas un vêtement qui put faire cet office. Il sourit et repartit dans quelque rêverie, de laquelle il fut de nouveau sorti par une attention nouvelle et une interrogation.

« Dormir...? Comment cela ? Ah oui, pardonnez-moi... L'obscurité se prépare à étendre ses voiles, et conduit la plupart des espèces au sommeil... »

Il ne précisa évidemment pas qu'il ne dormait pas ou excessivement peu, et voyait la nuit comme en plein jour à l'exception de la plupart des couleurs. Il accepta cependant l'offre proposée, sans vraiment réfléchir, probablement pour la seule raison qu'il se sentait bien en leur présence.

« Je suis honoré, et serai heureux, en effet, de me joindre à vos gracieuses présences si la mienne vous convient. »

Puis il battit innocemment des bras comme s'il espérait qu'ils s'envoleraient tous les trois vers quelque nid des hauteurs, avant de se reprendre et de les regarder avec une gaieté mêlée de curiosité dans le regard, docile et prêt à les suivre.

« Je vous suis ! »

Ajouta-t-il comme pour ajouter une façon plus simple à sa première réponse de courtoisie draconique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Maïssane Khaldiani

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 10/05/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Lun 18 Oct - 18:37

Par sa façon singulière de s'exprimer Ourm intriguait les demoiselle. Malgré que Maïssane sois franche, elle avait une certaine réserve et était très polie, d'où le fait qu'elle retenait parfois ses questions. Par le manque de réflexion l'effet était inversé, elle posait des questions parfois gênantes sans aucune retenue.

Là, par exemple, elle se demanda d'où Ourm pouvait bien venir, car il n'était pas répandu que les elfes soient noctambules. Il avait pourtant utilisé le qualificatif d'espèces, en parlant des autres. Aaliyah ne fit que rire, sans s'interroger. La belle jeune fille pouvait passer des heures à rire, pour rien qui plus est. Elle habitait une joie inexplicable en elle qui la rendait attendrissante.


« Bien sûr que votre présence nous convient également, répondit la guerrière. »

Elle ne disait rien, mais en voyant l'elfe s'agiter ainsi, elle pensa qu'elle se retrouvait avec deux enfants. Quoique l'inconnu semblait se suffire, contrairement à Aali qui avançait sans regarder sur le chemin de sa vie. C'est sans doute pour cela que Maïssane la surprotégeait. Cette fois-ci, elles rirent ensemble, pareilles à des oisillons amusés.

Dans les rues sombres et incertaines, la petite troupe progressa alors, sans méfiance. Il semblait que les trois compagnons avaient dépassés les mauvais quartiers, bien que cela n'empêche pas les dangers. Le bruit de leurs pas résonnaient, et ce fut là les seuls sons possible à entendre, jusqu'à ce qu'Aaliyah trouve une nouvelle plainte.


« Maïssane. . .
- Que faut-il à Sa Majesté pour qu'elle reste silencieuse ? taquina la guerrière.
- Je suis fatiguée, j'ai mal aux pieds.
- Où veux-tu en venir ?
- Ben. . .
- Allé, grimpe. »


Et ce fut ainsi. La princesse prit place sur. . . sa " porteuse ", et la route reprit. Très vite, Aaliyah s'endormit, telle une fillette éprouvée par un si long voyage. Cette nouvelle charge fatiguait également son amie qui pourtant ne geint pas et ne manifesta aucun signe de dérangement. Par contre, cela se fit entendre dans sa voix, légèrement essoufflée.

« C'est la première de notre vie que nous rencontrons un elfe. Chez nous, ils sont rares, mais on nous raconte de belles choses à leur sujet ! »

Son coeur battait un peu plus vite, contrairement à celui de sa protégée, plus lent dans son sommeil. Elle avait l'air innocente, et ses rêves devaient être peuplés de beauté. Sa vulnérabilité était encore plus visible dans cet état.

« Parlez-moi un peu des vôtres, s'il vous plaît, demanda Maïssane, souriante. »

On ne fait pas de long voyage sans profiter de ce qui il y a autour ! Rencontrer un elfe, lui parler, avoir vécut une expérience avec lui, était un petit bout qui rendait le parcours plus riche et intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 36
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Mar 19 Oct - 15:22

Les rencontres parfois donnaient des ailes à Ourm. Celle-ci, en particulier, avait réveillé une joie innocente qu'il enfouissait trop souvent le long de ses pérégrinations.

Maïssane semblait visiblement intriguée, mais le dragon savait qu'il pourrait profiter de leur ignorance présumée de la race elfique pour expliquer ses talents et sa personnalité. Aaliyah portait en elle une force immense, qui pouvait dissiper le trouble et l'émotion par un resplendissant éclat de rire. Il l'accompagna par un large sourire. Quand Maïssane rejoignit l'exercice, il ne sut cependant s'empêcher de rire aussi, et leur rire assemblé couvrit d'aurore la sombre ruelle qui rejoignait la nuit.

Tandis qu'ils marchaient, c'était comme si Maïssane posait son aile sur son amie, et Ourm, son aile sur les deux jeunes filles à la fois. L'ombre et la lumière, pensa-t-il. Non pas. Elles exprimaient les deux faces d'une même lumière ; Maïssane était une lumière puissante qui n'avait pas peur de démêler l'obscurité, et Aaliyah, une lumière pure et joyeuse qui voulait remplir l'aurore de gaieté.


Êtes-vous deux soeurs ? se hasarda-t-il à demander.

Quoi qu'il en soit, elles étaient jumelles d'une façon ou d'une autre, par le coeur et l'esprit si ce n'était par le corps et l'hérédité.

Le dragon déborda de tendresse quand il vit l'attendrissant manège entre les deux jeunes filles. Il fut cependant ennuyé, car il voyait bien que Maïssane peinait un peu, et s'il aurait vivement porté à sa place tout autre bagage, il n'aurait jamais osé le proposer en ce cas. Pour résoudre ce délicat dilemme, il s'approcha, mine de rien, de Maïssane, et posa imperceptiblement sa main sur son manteau. Il lui suffit alors d'une petite passe de magie pour arranger un semblant de transfert, et donc lui insuffler une partie de ses forces.

Il répondit alors comme si de rien n'était.


La première fois ? Oh ! C'est vrai que vous, les humaines, quand vous êtes jeunes, vous êtes vraiment jeunes. Les elfons ne s'émancipent pas de leurs parents avant de nombreuses décennies. Ce sont parfois encore des adolescents à 120 ans, mais tous ont fait connaissance des humains, car c'est la race voisine de leur chère Forêt.

Puis la jeune fille lui demanda de parler des siens.

Ah, les miens ! Les miens, Resplendissants du Ciel, rugissent et flamboient aux cimes de ce monde, leurs ailes ouvertes sur l'éternité !

Hem, pardon. C'était une image. Les elfes, eh bien les elfes... Les elfes, déjà, sont des poètes !

La douce jeune fille
Est comme une jonquille
Illuminant l'été
La joie et la gaieté
À la grâce d'aimer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Maïssane Khaldiani

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 10/05/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Mer 27 Oct - 21:39

« Êtes-vous deux sœurs ? demanda l'elfe. »

La question ne surprit ni l'une ni l'autre. Elles n'avaient aucun trait en commun, leur comportements étaient différents, de même que leurs activités et leurs centre d'intérêts, mais elles l'entendaient souvent. On les croirait si elle disait que oui, elles sont sœurs. Laissant son rire tinter, ce fut Aaliyah qui repartit :

« Par le sang non, mais par le cœur il n'y a pas de doute à fixer. »

Maïssane approuva d'un simple hochement.

Le temps passa, depuis un bout la princesse se reposait sur le dos de son amie, paisiblement. Petit à petit cependant la guerrière n'en ressentait plus le poids et fut plus à l'aise. Elle ne comprit pas le mystère bien qu'elle garda le silence à ce sujet. Elle ignorait tout de la magie et ne soupçonna pas l'étranger.

Elle s'étonna que le peuple elfique était encore adolescent après plus d'un siècle ! Elles qui n'avaient que 16ans s'en allaient du domicile familial. Plus encore, Maïssane bénéficiait d'autant de droits qu'un homme, bien qu'elle du se battre pour les obtenir. Si l'homme et la femme sont égaux à Kaliorn, ce n'est que devant la lois, pas devant les principes.

La description que faisait l'inconnu des son peuple était très belle, le poème confirma ses dires. L'entendre déclamer fut un plaisir, et réjouie elle avisa :


« Quel verbe charmant vous avez ! »

Elle se tut un moment avant de reprendre :

« Il ressemble à Aaliyah. »

Une auberge se démarquait des autres bâtisses par quelques lanternes et des lumières encore allumées, bien qu'il soit difficile pour la jeune femme de dire si le lieu était dangereux ou pas. Elle se tourna alors vers Ourm pour obtenir un avis plus fiable - les elfes ont peut-être une meilleure vue, songea-t-elle.

« Qu'en pensez-vous ? »

HJ : merci Ourm Very Happy
Ca fait vraiment plaisir ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 36
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Sam 30 Oct - 7:35

Ourm se satisfit gaiement de voir que Maïssane ne semblait plus peiner, et qu'en plus elle ne semblait pas le soupçonner.

Je suis heureux que tu apprécies !

L'amitié n'est qu'un poème
Qui s'écrit à l'éternité
Unissant les êtres qui s'aiment
Dans toute la simplicité

Parce qu'elle est franche, elle dure
C'est pourquoi elle ne ment jamais
Si tu veux continuer l'aventure
Il suffit de sincérité

La confiance est son bois béni
Le cœur est son héraut fidèle
Elle est le soutien de nos vies
Et elle est à jamais nos ailes


Comment dire la vie autrement que par la poésie ?


Si Maïssane avait dévoilé sa nature draconique, elle aurait maintenant aussi dévoilé le dragon blanc. Mais Ourm n'avait rien à craindre, pensait-il. Il aurait pu continuer à murmurer quelques poèmes, mais une question le ramena soudainement à la réalité.

J'en pense que c'est très bien. Les Elfes ne dorment pas beaucoup, alors, je serai la plupart du temps veillant à la porte, si je pressens que l'atmosphère n'est pas très claire. Mais je ne m'y connais pas beaucoup en auberges : j'ai l'habitude de dormir à l'extérieur...

La compagnie entra, et devant l'air patibulaire de l'aubergiste, Ourm proposa de s'arranger avec lui pendant qu'elles s'installeraient dans l'une des chambres à l'étage, la deuxième sur la gauche étant libre selon le grognement du supposé maître des lieux.

Maïssane avait cependant à peine installé Aaliyah sur le lit, qu'elle vit Ourm entrer d'un air ennuyé.


Il n'y a rien à faire pour l'arranger autrement... Il veut des... Bah ! Des pièces. Tu en as ? Si tu n'en as pas, je continuerai ma persuasion...


HJ: Je l'ai bien fait pour Ada-tigresse, il fallait que je la fasse aussi pour toi :p

La Djinna
Émerveillée
Insoumise
Libre
À jamais ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Maïssane Khaldiani

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 10/05/2010


MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   Jeu 18 Nov - 21:00

Toujours à l'écoute de l'elfe, elle fut encore agréablement surprise d'une telle description de l'amitié prononcée sous forme de vers. Créativement parlant, elle n'était pas trop douée, surtout si elle devait se forcer. Sa seule source d'inspiration demeurait l'image d'un prince noble aux effluves de roses. Il y avait bien là de la matière, bien que ce soit le seul sujet qu'elle arrivait à s'exprimer secrètement.

Elle regretta quelque peu de l'avoir interrompu pour des futilités, mais il n'était possible de faire autrement. Il faisait froid et les deux sœurs avaient besoin de repos, contrairement à l'elfe comme il venait de le dire.

Ils entrèrent donc dans l'établissement une fois d'accord et chacun s'occupa d'une tâche - lui de se renseigner et éventuellement payer, elle d'installer son amie. Le confort n'était pas du grand luxe, d'ailleurs elle vérifia la propreté des draps tant bien que mal avant d'y déposer Aalyiah. Elle ne voulait pas que quelqu'un attrape une méchante maladie. Cela ralentirait leur progression et serait bien pénible.

Déchaussant la jolie demoiselle, elle put s'empêcher de rire face à ses paroles et ses gémissements étourdis :


« De que tu fais ? Veux dorm. . . »

Pas très bien construites les phrases, seulement qui aurait l'idée d'interroger une personne endormie ?

Ourm parut discrètement de façon à ne pas déranger le sommeil d'Aalyiah, mais la guerrière voyait bien qu'il était embêté. Il lui fit part de son problème terminant par la proposition d'une solution. Préférant user de moyens surs la petite brune déposa ses affaires ne gardant sur elle que sa bourse et rejoint Ourm à l'extérieur de la chambre.

« On le paiera, j'aurais l'impression de le voler si jamais on recourait à vos moyens, repartit-elle en souriant. »

L'aubergiste n'avait pas l'air commode, par ailleurs il était mécontent que les demoiselles prennent place avant d'avoir payé. Sa grimace qui signifiait " z'avez intérêt à abouler l'frick " se détendit à la vue d'une pièce d'argent. Il proposa même le dîner, ce qu'elle accepta. A table, elle ne manqua pas de se présenter correctement, en bonne et due forme.

« Je m'appelle Maïssane Khaldiani, fille de Fahmi Khaldiani, et mon amie se nomme Aaliyah Yaosis, bientôt prêtresse de Devashri. »

Elle n'en dit pas plus sur sa sœur, ne voulant pas révéler sa vie sans son consentement. Elle attendit ensuite que l'inconnu en fasse de même puisque pas une seule fois son nom n'avait été prononcé.

HJ : Encore mersi Embarassed
Tu devras lui en faire un second pour qu'on soit égales ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Péripéties imprévues d'un dragon de passage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Péripéties imprévues d'un dragon de passage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume du Cygne :: Le Royaume du Cygne :: Echack-
Sauter vers: