Le royaume du Cygne

La guerre menace toutes les frontières du royaume. Les jours passent et la famille royale semble s'affaiblir. Mais dans l'ombre se cache un autre héritier de la couronne
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arbres et dragons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Arbres et dragons   Dim 10 Oct - 20:29

(Ce rp se déroule plusieurs décennies avant l'époque présente, lors du dernier séjour d'Ourm en Éliandre.)

Les amis elfes sont d'excellent amis pour les dragons, pour une évidente question de longévité. Avouons que l'espérance de vie humaine est une véritable misère du point de vue draconique. Ourm évitait en général de s'attacher aux humains, car c'était comme s'il devait les perdre le lendemain, surtout rapporté à sa vie longue déjà de nombreux millénaires.

Les amis d'Ourm en Eliandre étaient, en vérité, de vieux amis. Cela datait d'un conséquent nombre de siècles... Durant le millénaire qui suivit l'Âge de Mort et qui fut baptisé du Chaos. Jadis donc, le dragon avait débarrassé la forêt elfique d'une créature assez abominable, issue du Chaos. Pour la première fois de sa vie, il s'était battu contre un adversaire qui n'était pas un dragon et qui pouvait lui tenir tête sous sa forme draconique. Il en avait résulté un combat retentissant, des amis plein de gratitude pour sa victoire, et des mécontents plein de ressentiment pour un dragon qui avait osé dévoiler sa nature en présence d'elfes, qui se souvenaient encore trop bien de leurs anciens tortionnaires.

Ourm, à la suite du combat, était presque mourant. Se battre contre un vampire était plus qu'un jeu d'enfant face aux rejetons du Chaos. De plus, il était encore jeune et n'avait même pas encore atteint son premier millénaire. Un groupe d'elfes le soigna avec bienveillance et le cacha de ceux qui lui vouaient une bien injuste rancune. Depuis lors, il se coupa de la plupart des Elfes d'Eliandre, à l'exception de ces amis qui ne lui faillirent jamais.

Les millénaires passèrent, et régulièrement, le dragon leur rendait visite. Il était toléré dans la forêt grâce à ces protecteurs, dont certains étaient des forgerons elfes respectés. Il travaillait avec eux des projets de forge ou d'alchimie.

La puissance d'un dragon peut toutefois rendre certaines expériences dangereuse, et c'est ce qui se passa. Quelques décennies avant l'avènement du chevalier Nicolaï KalonErc'h
, quand la djinna Chiraz Orital n'avait pas encore commencé son exil en bouteille, le dragon Ourm, sous sa forme elfique habituelle, était immobilisé dans sa hutte elfique au sommet d'un arbre, bougonnant, râlant et pestant contre les blessures dont il était victime du fait de son imprudence, quand il avait soufflé le feu draconique à un puissant mélange alchimique instable. Ourm avait un bandeau sur les yeux avec interdiction de l'enlever pour les dix jours à venir, il boitait, avait un bras en écharpe et, ce qui était pire encore (enfin, pour lui) est qu'il avait brûlé ses cheveux, et on avait dû le raser en attendant que de nouveaux repoussent.

C'est alors... qu'on en profita pour lui envoyer une jeune élève, une elfonne presque encore, qui cherchait à approfondir la forge de certaines armes. On savait qu'il était préférable de lui donner une occupation, au risque qu'il fasse des bêtises due à son impatience quand on lui coupait la possibilité d'agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Mer 13 Oct - 17:06

Cela faisait maintenant plusieurs mois que la jeune Aiedaïl attendait avec impatience cette matinée. Depuis que l'équinoxe avait offert son spectacle à ses pupilles, ses notions et sa maitrise des armes blanches s'étaient révélées si efficace qu'elle avait enfin réussit son pari. Désarmer son géniteur lors d'une joute amicale, mais plus que sérieuse. Fier des progrès de son enfant, ce dernier décida de demander à des elfes forgerons de l'aider à créer ses propres armes.
La réponse, positive, n'était pas plus tôt arrivée que la jeune elfe était partie en direction de l'Athanëlis Milria.

Elle avala la distance, le pied et le cœur léger, sa curiosité piquée au vif. Elle n'avait que peu entendue parler d'elfes forgerons. Leur arme de prédilection restant l'arc, et ne nécessitant en général pas de métal, elle était presque étonnée d'entendre ses deux mots aller de pair. En même temps, elle trouvait cela plutôt logique. Leur couteau ou autre fermoirs ne pouvaient pas tomber du ciel.

Lorsqu'elle arriva enfin auprès des Maitres forgerons, ces derniers semblaient particulièrement occupés. L'un des elfes présents, un solide gaillard d'âge mûr, vint la saluer chaleureusement, s'excusant de l'accueil un peu distrait lui étant réservé. Il régnait une certaine effervescence et ce n'est qu'un peu plus tard qu'elle en comprit la cause.
L'homme entreprit de lui faire visiter les lieux, pour qu'elle trouve rapidement ses repères. Elle remarqua ce qui ressemblait à des traces d'incendie et l'elfe acquiesça à sa question silencieuse. Elle avait trouvé l'origine de leur tracas.

La visite terminée, il finit par la mener au pied d'un arbre auquel il commença à grimper agilement, l'invitant à faire de même. Elle l'imita sans se faire prier et découvrit une hutte dissimulée au sommet. Son guide lui révéla enfin que son 'maitre d'apprentissage' était à l'intérieur, blessé suite à un accident récent. Déjà il se préparait à redescendre avant de lui préciser de ne surtout pas l'écouter s'il parlait de retirer ses pansements ou de ne pas respecter les ordres du médecin. Puis, il disparut, la laissant seule devant la porte.

Elle hésita un instant, se demandant de quelle genre de blessure il pouvait bien souffrir pour pouvoir prendre une élève tout en étant visiblement quand même sérieusement blessé. Elle prit une grande inspiration puis poussa la porte qui s'ouvrit doucement. Elle resta un instant sur le seuil, attendant qu'il se rende compte de sa présence, avant de prendre la parole d'une voix neutre et égale.


"Que le Grand Arbre vous offre une guérison rapide. Je suis Aiedaïl Lullaby et je viens auprès de vous chercher le savoir qui me manque. C'est moi qui serais votre élève pour les semaines à venir."

La présentation était un peu formelle, mais parfaitement dans l'éthique elfique. Ne sachant absolument rien de son futur maitre, elle avait opté pour une formule de politesse simple mais sincère, un peu impersonnelle cependant. Elle modulait ses réponses en fonction de la personne lui faisant face, mais ne connaissant rien de son interlocuteur, elle resta très objective. Puis, elle attendit sa réponse, debout dans l'encadrement de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Mer 13 Oct - 20:26

Une élève ! Ourm était heureux de servir à quelque chose. Quand on lui avait suggéré la possibilité, il avait clairement répondu que ses quelques égratignures n'étaient en rien un handicap. S'il ne pouvait plus continuer les recherches en forge, ni marteler lui-même une enclume ou surveiller la bonne forme d'un alliage, c'était l'opportunité de faire autre chose. Faire, agir, marcher ! Il avait fortement rugi sur le malheureux qui avait osé lui dire qu'il devait respecter une convalescence. Son impétuosité draconienne bouillait à l'intérieur de lui.

Pour autant, sa nature posée et son naturel à exprimer la douceur et la sensibilité généralement commune aux Blancs de son espèce, le faisait aussi calmement méditer sur les derniers événements. Il savait que tout devait assurément trouver sa juste place. Peut-être cet enseignement était-il plus important que le travail qu'il menait précédemment, et qui l'aurait empêché d'être disponible.

Cette tâche qui lui était dévolue l'intriguait toutefois. Les maîtres forgerons avec lesquels il travaillait étaient fréquemment sollicités pour des commandes, rarement pour des apprentissages. Et si un jeune elfe voulait se faire forgeron, il se mettait sous la tutelle d'un maître durant de longues années. On avait la mesure des talents et des connaissances d'Ourm, et ses vieux amis elfes savaient sa nature draconique bien qu'ils la gardent au secret pour sa propre sécurité en Éliandre. Mais on savait mieux encore qu'il ne restait jamais très longtemps au même endroit. Quelle était donc cette mystérieuse élève, et que pouvait donc bien être sa quête ?

C'est alors qu'il sentit la porte de sa chambre s'ouvrir. Il se dirigea vers le courant d'air, et entendit une petite voix flûtée, fort agréable à entendre. Le ton, ou la présence, de cette voix l'avait en même temps surpris et presque envoûté, sans qu'il puisse en dévoiler les raisons. Il regretta ses blessures, par dessus tout le bandage qui masquait la lumière à ses yeux, et soupira discrètement.

La jeune elfine dut craindre un court instant la longueur de sa réponse et ce petit soupir, mais Ourm se hâta de dire quelques mots à son tour.


Les arc-en-ciel ne sont pas moins beaux pour les aveugles, pourvu qu'un coeur sache écouter leur harmonie...

Ses habits étaient dans un joli désordre (il avait refusé qu'on l'aide) et un bonnet enfoncé sur sa tête, pour cacher sa honte d'avoir grillé la plupart de sa chevelure, lui donnait un petit air d'ermite. Il sourit rêveusement, puis ajouta finalement :

Je guéris toujours... Et je partage toujours, si ce que je connais sait t'être agréable ou utile. Je te demanderai seulement, en échange, le serment de ne pas utiliser ce savoir à des fins adverses ou cruelles.

Il tendit la main de son bras valide, paume vers le haut, espérant recevoir et sentir la main de l'inconnue à défaut de pouvoir échanger un regard.

Puissent les fées de la sylve bénir et toucher le savoir que nous ferons émerger, et les étoiles veiller sur son accomplissement.

Il sourit. Il adorait les protocoles elfiques emplis de poésie. Il aurait certes aimé lui demander ce qu'on attendait précisément de lui, mais la plus élémentaire politesse elfe lui interdisait de se montrer verbalement trop curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Jeu 14 Oct - 18:02

Lorsqu'elle eut finit de se présenter, son futur maitre laissa échapper un soupir. Elle se demanda un instant si elle avait commis une erreur, mais la réponse de ce dernier arriva bien vite pour couvrir le blanc qui s'était installé un instant. Elle laissa ses traits se détendre un peu, son corps se relâcher également à l'écoute de ses mots. Elle aimait bien ses phrases pleines d'emphases et riches d'images dont les elfes sont friands. Et apparemment, il savait manier ces tournures avec tact et doigté.
La dernière partie sur les étoiles la fit légèrement sourire. Était-ce un hasard ou avait-il fait le rapprochement entre son nom et celui de la première étoile de l'aube, justement? Après tout, peu importe, mais l'intention la toucha quand même. Elle le regarda lever la main, paume ouverte dans sa direction pour lui souhaiter la bienvenue avant de venir y poser sa propre paume. Sa main semblait bien petite par rapport à la sienne, et d'une finesse plus marquée que d'habitude.


"- Je fais la promesse, par nos deux mains présentement liées, que le savoir acquis en ces lieux restera pur de toutes pensées et actions nuisibles ou néfastes."


Elle prit enfin le temps de l'observer un peu. Sa tenue laissait quelque peu à désirer, comme s’il s’était purement et simplement battu avec. Résultat, victoire du tissu. On l'avait prévenu qu'il avait eu un accident récemment mais pas de ce qu'il avait comme blessure ni comment cela était arrivé. Pour le comment, elle verrait plus tard, et puis cela ne l'intéressait pas vraiment. Cependant, elle ne s'attendait à ce qu'il soit autant blessé.

Privé de la vue et de l'usage d'un bras, son apprentissage risquait de se révéler un échange de bon procédé: elle lui viendrait en aide tandis que lui lui offrirait le savoir nécessaire à sa formation. Elle retira sa main de sa paume avant d'exercer une légère pression sur le tissu des ses vêtements au niveau des épaules. Voilà qui était déjà beaucoup mieux.


"- Accepteriez-vous mon aide durant votre convalescence? Je ne voudrais pas m'imposer, mais j'ai quelques connaissances sur les plantes qui pourraient se révéler utiles. Et puis, cela sera pour moi une façon de vous remercier du temps que vous allez me consacrer dans les jours à venir."

Sa voix s'était faite plus douce, perdant ce léger ton de formalisme qu'elle avait adoptée au départ. Maintenant qu'ils avaient commencés à discuter, il n'était plus de mise. Et puis, elle commençait à se sentir un peu plus à l'aise. Le soleil lui chauffait le dos tandis qu'elle fit un léger pas vers l'intérieur de la hutte.

"- Puis-je entrer, maitre.... ??"

Elle se rendit compte qu'elle n'avait même pas prit le temps de demander à qui que ce soit le nom de son maitre d'apprentissage. Un peu confuse, elle attendit sa réponse en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Jeu 14 Oct - 20:20

Aiedaïl avait posé sa main sur celle d'Ourm avec une telle douceur qu'il ne s'en aperçut pas sur l'instant. Il s'en rendit compte avec surprise, car la main de l'elfine exprimait la même chaleur que la sienne, ce qui était très rare. Son sourire grandit au fur et à mesure qu'il entendit son serment et l'élan de son coeur qui transparaissait dans sa voix. Il murmura très doucement :

Je ne recevrai pas cette promesse, car je sens la sincérité de ton coeur, et cela vaut tous les serments. Par nos mains liés, je sens ton coeur battre, et sa lumière est pure...

La vue ne rajoute vraiment rien au langage des coeurs, se dit Ourm, qui ne fit pas un mouvement jusqu'à ce que Aiedaïl reprenne sa main.

Ce n'est pas la vue qui dévoile, mais ce qui bat à l'intérieur de nous. Et je sais sans la voir que tu as une main de princesse, et que la magie coule dans ses veines.

Puis, se drapant de plus de simplicité, dans tout le désir de mettre son invitée à l'aise :

Je suis honoré de te connaitre !

Il se figea à nouveau lorsque l'elfine remit gentiment un peu d'ordre dans son champ de bataille vestimentaire, puis la remercia avec un mélange de chaleur et de timidité. Il se demanda avec une légère inquiétude si son apparence n'était pas effrayante pour une jeune elfine, entre ses blessures, sa cécité et son habillement qui aurait pu laisser croire qu'il sortait tout juste de se battre avec une coalition de farfadets.

Aiedaïl lui proposa son aide, ce qui sembla beaucoup le toucher.

Tu dois auparavant attendre de voir si je puis réellement t'apporter autant en échange... Je ne veux pas que tu te sentes obligée d'une façon ou d'une autre. Ta liberté est tienne et je ne saurais la limiter d'aucune sorte. Tu ne dois pas supporter les coûts d'une... mésaventure dont je porte la responsabilité.

Puis, plus joyeusement :

Et en ce qui concerne les plantes, n'hésite pas à m'enseigner aussi ! J'ai quelques notions parce que je me suis toujours senti proche du monde de la Nature. Mais je m'y connais peu.

Il perdit cependant son naturel lorsqu'il réalisa qu'il avait manqué à la plus élémentaire courtoisie en restant à la porte. Il se retira pour lui laisser la place, manquant trébucher par l'exercice mais il se retint de justesse.

Sois la bienvenue... ! Pardonne-moi seulement le désordre... Tu peux prendre le fauteuil comme s'il était le tien, ainsi que tout ce qui serait à boire ou à manger si cela te tente, bien que je sois assez pauvre sur ces sujets-là. Je m'appelle Irildor.

Il s'interrompit soudain, embarrassé. Était-il troublé ou commotionné au point de dire son nom draconique ? Il n'était plus dragon depuis longtemps et presque personne ne l'appelait ainsi.

Enfin, tout le monde ici m'appelle Ourm. L'autre fait partie d'une ancienne vie que tu as fait émerger je ne sais pourquoi, mais je suis un peu perturbé, ne fut-ce que parce que je n'ai pas l'habitude de n'y pas voir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Ven 15 Oct - 17:47

Son futur maitre d'apprentissage avait une façon bien à lui d'appréhender les choses. Même blessé et privé d'un de ses sens, il n'en restait pas moins quelqu'un de très sage, à la parole douce et à l'approche plutôt aisée. En arrivant, elle avait un peu craint cette rencontre, ne sachant pas à quoi s'attendre, mais il n'y avait plus une once d'inquiétude dans son comportement. Il utilisait les mots comme il aurait utilisé ses yeux, se repérant et dénichant les secrets enfouis grâce à ses derniers.

Cela la fit craindre un instant pour son identité. Comment pouvait-il sentir la magie dans ses veines puisque seul son pouvoir draconique le lui offrait? Comme il e semblait pas avoir de fait de lien pour le moment, elle se contenta de garder cette phrase dans un coin de sa tête. Après tout, elle se faisait sans doute des idées pour rien. Depuis trop longtemps, elle se cachait même parfois à elle-même sa véritable nature.

Il changea vite de sujet, se montrant intéressé par son savoir et refusant cependant son aide avant d'être sur de lui apporter au moins autant en échange. Un véritable elfe de la vieille école, pensa t-elle avec un sourire amusé. Lorsqu'il l'invita enfin à entrer, elle pénétra plus avant dans la hutte qu'il occupait. Cette dernière était plutôt sobrement meublée mais bien aménagée, même s'il régnait pour le moment une sorte de chaos de bric et de broc. Apparemment, sa cécité le gênait quand même plus qu'il ne voulait bien l'admettre.


"- Laissez-moi au moins vous aider à aller vous asseoir. Cela me fait plaisir. Et puis, vous risqueriez d'aggraver vos blessures en trébuchant maintenant. Ce n'est pas ce que vous voulez, je me trompe?"

Entrer et s'installer sans la présence du maitre des lieux aurait été d'un irrespect vulgaire. Et puis, elle sentait bien une sorte d'impatience émaner de lui. Il n'aimait visiblement pas être dépendant des autres. Aussi, avait-elle trouvé là un argument imparable. Elle le guida jusqu'au fauteuil ou elle le laissa s'asseoir avant de venir s'installer elle-même par terre et en tailleur tout près de lui. Comme il ne pouvait la voir, elle le laisserait au moins sentir sa présence, c'était la moindre des politesses.

Tandis qu'ils avançaient vers le salon, ce dernier se présenta enfin. Le premier nom qu'il cita résonna étrangement à ses oreilles, mais elle n'y prêta pas plus d'attention. Si tout le monde l'appelait Ourm, elle ferait de même. Et puis, cette d'ancienne vie semblait en effet le perturbé un peu, alors autant ne pas réveiller de vieux souvenirs. Il avait déjà assez à faire avec son état actuel. Afin de pas s'éterniser là-dessus, elle prit l'initiative de changer de sujet.Elle reprit donc la parole d'un ton plus léger.


"- Maitre Ourm, soyez rassuré. L'aide que vous propose est offerte de bon cœur, ce n'est en aucun cas une obligation pour moi. Alors, comme le problème est réglé, n'en parlons plus. Sinon, laissez-moi vous exposer le but de ma visite, je pense que cela doit vous intéresser."

Elle marqua une petite pause, attendant l'assentiment d'Ourm avant de continuer.

"- Mon père m'a envoyé ici dans le but de forger moi-même mes futures armes, après que je l'ai battu en combat loyal. J'ai toujours été intimement persuadée qu'un lien secret relie le créateur à son œuvre, sans en avoir trouvé de preuve tangible cependant, et qu'il n'y a pas meilleure équipe qu'un forgeron et son arme. Les temps actuels n'étant pas des plus sûrs, je voudrais être capable d'assurer ma propre protection ainsi que celle de ceux auxquels je tiens. Voici la raison première de ma venue auprès de vous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 16 Oct - 9:46

Ourm bénit intérieurement la Sylve, heureux et soulagé que l'elfine soit aussi compréhensive et sensible. Elle n'avait pas même cherché à avoir une réponse sur la vie qu'il avait discrètement évoqué, ce qui l'aurait bien ennuyé. Il se reprochait ses manquements et ses distractions, étonné d'être ému et troublé par la présence d'une elfe comme il ne l'avait pas été depuis une éternité. Cependant, il accorda promptement à sa cécité l'ensemble de ces troubles : il n'avait jamais été aveugle, et cela justifiait assurément que ses perceptions et ses réactions soient différentes.

Il se préparait à insister pour qu'elle prenne le fauteuil, lorsque Aiedaïl lui parla en des termes qu'il ne réussit pas à contredire. Avant qu'il ait su dire un mot, il se retrouva lui-même dans son fauteuil et il sentit l'elfine qui s'asseyait par terre tout à côté. Ourm était à nouveau rêveur ; quand elle l'avait guidé, son contact avait réveillé le sentiment qu'il avait déjà eu en touchant sa main. Car Ourm, en tant que dragon, voyait naturellement la plupart des elfes qu'il côtoyait de haut, pas par prétention mais par évidence : peu d'elfes exprimaient la puissance d'un dragon, et c'étaient des héros ou des rois. Or, le fait était que cette petite elfe, il la sentait comme...

Elle lui parla à nouveau et interrompit ses pensées. La grâce de sa voix le fit cependant conclure ses réflexions : c'était probablement une princesse elfe, décidée à se former sans faire usage de son rang, comme il était courant chez les elfes de le faire. Cela expliquait tout, et pourquoi il la sentait à fois si différente et si touchante.


Je t'en prie, ne m'appelle pas maître. N'es-tu pas toi-même instruite et supérieure à moi en certains domaines comme les Plantes amies ? Tu peux même m'appeler par un nom que tu choisiras. Qu'est-ce qu'un nom, sinon le reflet d'un seul aspect de sa personnalité ? Tu me vois différemment que je me vois moi-même, aussi, sens-toi libre de m'appeler selon ton coeur, par le nom qui te plaira pourvu que ce ne soit pas maître !

Il réfléchit un court instant, penchée vers Aiedaïl comme s'il essayait de la sentir.

Si tu veux bien me le permettre, et si cela te plait, je t'appellerai Elenwen, qui en elfique, signifie elfine-étoile.

Il écouta avec une grande attention le but véritable de sa venue, et sembla ravi par ces paroles.

C'est la vérité. Si nous menons ensemble cette quête, tu découvriras que ton intuition était parfaitement juste..

Il laissa couler quelques instants de silence, puis ajouta, épelant distinctement ses mots comme pour révéler leur importance :

Il s'agit d'une naissance. D'incarner dans la matière l'âme d'un prolongement de toi, qui ne sera pas seulement protecteur, mais aussi une force et un compagnon pour te soutenir. En tant qu'elfe, tu connais la conscience des êtres et des choses. Tu reconnais et respecte la vie de l'arbre qui soutient notre chambre, comme tu reconnais et respecte ma vie propre. Tu sais que par ta conscience, tu peux appeler et incarner la vie. Dans une lame, si tel est ton souhait. Sache que cela demandera entre deux et trois semaines de travail, depuis la recherche du minerai, qui est la fécondation de l'oeuvre, jusqu'au trempage, qui est sa naissance.

Il s'assit en tailleur au pied de son fauteuil, en vis à vis correct face à Aiedaïl espéra-t-il.

La forme la plus réceptive est celle de la Lame. Voilà pourquoi les elfes n'utilisent que l'arc, dont le bois est comme un prolongement de la forêt protectrice, et la lame, qui peut recevoir la lumière. Elle devient alors une protectrice, une gardienne et une compagne. Voilà pourquoi, aussi, les masses, haches et autres fléaux maniés par les êtres moins subtils sont ignorés par les elfes. Si la vie les habite parfois, c'est celle de la guerre et de la destruction.

S'il avait été valide, il aurait pris les mains d'Aiedaïl pour ses derniers mots, mais il n'avait aucune idée de l'endroit où se trouvaient les mains de l'elfine. Il se contenta donc de parler avec douceur, comme s'il lui confiait des mots précieux :

Si tu confirmes ton engagement en ceci, tu deviendras génitrice plutôt que créatrice. Et en tant que mère, la lame que tu feras naître ne sera pas tant une arme qu'un instrument de vie et de Paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 16 Oct - 15:51

Sa remarque sur la façon dont elle l'appelait depuis le début de leur rencontre l'amusa un pue. Elle ne l'avait appelé maitre uniquement car elle ne connaissait pas son nom lors de son arrivée. Elle avait ensuite continué, par respect autant que par protocole. Mais maintenant qu'il lui demandait de n'en rien faire, cela ne serait pas un souci pour elle. Elle aimait beaucoup le mode de pensée et de langage des elfes, mais ce dernier pouvait se révéler un peu lourd de formules par moments.

Elle n'était pas entièrement d'accord avec sa vision du nom. Connaitre le nom des plantes permettait de savoir lesquelles étaient vénéneuses ou curative, donner son propre nom revenait à offrir à l'autre une sorte de pouvoir sur soi. Les elfes ne choisissaient jamais un nom par hasard. Les dragons non plus. Mais il était vrai qu'il était difficile d'englober un être entier dans un simple mot. Aussi finit-elle par acquiescer à ses paroles.

Il se rapprocha un peu d'elle, comme pour être certain de sa présence avant de lui demander son accord pour la nommer Elenwen. Elle sourit en reconnaissant à nouveau le lien avec les étoiles. Encore une fois. Sans doute étaient-elles liées d'une certaine façon. Elle réfléchit un instant, songeant au nom qu'il avait prononcé plus tôt. Irildor. Elle avait du mal à le chasser de son esprit mais cette évocation l'ayant mis un peu mal à l'aise, elle choisit de ne plus y faire allusion.


"- Je n'y vois aucun inconvénient. C'est un très joli prénom. Pour ma part, je pense continuer à vous appeler Ourm. Et je promets de faire un effort pour arriver à vous tutoyer avant la fin de mon séjour en ces lieux. Mais les vieilles habitudes ont la vie dure, aussi je vous demanderais d'être un peu patient."

Lorsqu'il apporta du crédit à ses intuitions personnelles, elle se sentit rassurée. Ainsi donc, elle n'avait suivi une chimère. Ce lien qu'elle avait cru percevoir existait donc bel et bien. Elle l'écouta donc, buvant littéralement chacune de ses paroles, avide de son savoir et de ses connaissances. Elle ferma les yeux, laissant les mots qu'il prononçait se changer en images derrière ses paupières. Elle avait toujours eu 'impression de mieux retenir et mieux comprendre en ce concentrant sur un seul sens à la fois. Elle ouvrit donc grand ses oreilles afin de ne rien rater de ses explications.

Lorsqu'il se mit à parler des lames comme de protections et de gardiennes, elle réalisa toute la différence que le statut que chacun accordait à son arme se matérialisait dans ses gestes. Elle avait vu des combats, et des armes ne servant qu'à dispenser mort et douleur. Ce n'était pas ce qu'elle voulait. Mais se voir devenir 'génitrice' l'effrayait malgré tout légèrement. Sa volonté était noble, son cœur pur, mais serait-elle capable de faire naitre cette lame à son image?

Un léger blanc s'installa tandis que ses pensées se chevauchaient. Elle rouvrit les yeux, retrouvant par la même son calme, avant de s'exprimer.


"- J'espère vraiment être à la hauteur de cette ambition, même si je dois bien avouer que le doute me taraude un peu. J'avais déjà réfléchi à la question, mais pas en des termes si concrets. La question de la recherche du minerai ne m'était pas venue à l'esprit."


Elle préférait être franche, et lui offrir ses doutes aussi bien que ces certitudes, persuadée que cela serait pour elle le meilleur moyen d'avancer.

"- Mais cela n'entame en rien mon engagement. Ce projet me tient à cœur depuis que j'ai appris à manier une arme. Ces dernières m'ont toujours semblé trop froides, vides. Comme s'ils leur manquaient quelque chose. Je ne tiens pas spécialement à me battre, malheureusement, il est des fois où la meilleure défense reste l'attaque."

Des images de fuites, de batailles, de sang versé et de fers brisés lui revinrent douloureusement en mémoire. Elle les chassa d'un mouvement de tête. Revenant à l'instant présent, elle jeta un coup d'œil vers les fenêtres. Le soleil avait continué sa course dans le ciel mais ne se coucherait pas encore tout de suite. Tant mieux. Elle reporta son regard sur Ourm avant de reprendre la parole.

"- Si jamais vous désirez vous reposer, dites le moi. Je suis curieuse et j'ai tendance à oublier un peu le reste lorsque que je suis intéressée par un sujet. Sinon, vous parliez de minerai un peu plus tôt. Y en a de nombreuses sortes adaptées à la forge? Y en a t'il dans les environs où allez-vous les chercher loin?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 16 Oct - 19:14

Ourm sourit, satisfait de pouvoir l'appeler par le nom qu'il avait senti en la "regardant" en profondeur. Il aimait beaucoup appeler une personne de la manière qu'il la ressentait. Un ressenti est rarement permanent, et une rencontre est appelée, sur la durée, à évoluer et se transformer. Il aimait que le nom soit le miroir de cette évolution. Les plantes, les animaux et les minéraux évoluaient bien trop lentement pour que cette appréhension du monde puisse les toucher. Les Nains également. Mais les Elfes et les Dragons évoluaient au fil de leur vie, et surtout, ne se laissaient dévoiler qu'au fur et à mesure. Les humains, plus rapidement encore, à en donner le vertige parfois...

Je te remercie ! Et ne t'inquiète pas, c'est le ton de ta voix bien plus que le vouvoiement qui m'importe. Sois toujours franche et spontanée, c'est un beau cadeau pour moi.

L'attention de l'elfine était palpable, et quand Ourm eut fini de parler de la Forge, il sut dès l'instant qu'il avait une élève attentive et passionnée.

Le doute ? Sur toi-même ? Tu exprimeras dans la matière ce que tu es, et du peu que je ressens, ce sera assurément lumineux. Lorsque le minerai et le bas-fourneau seront prêts, nous nous laverons le corps, le coeur et l'esprit, et nous ne laisserons que notre travail nous remplir. Je ne doute pas que ce sera une très belle quête.

Il rit un peu en l'entendant dire que la meilleure défense restait l'attaque, et pour la première fois, Aiedaïl le découvrit sous un aspect gentiment taquin.

Je pense davantage que la meilleure attaque reste la défense !

Puis, plus sérieusement :

Oui, je pense tout à fait la même chose. La plupart des armes sont creuses, comme un récipient vide. On ne les porte que pour l'apparat, l'intimidation, pour répondre au mal ou pour en faire soi-même. Dès lors qu'une arme est vivante, on la dit magique, ou enchantée. Mais il n'est pas besoin de faire de la magie, il suffit, tout simplement, de forger en conscience. Le forgeron devient alors un peu l'arme qu'il a forgée. Comme une mère est un peu son fils. Dans tous les sens du terme, je considère la vraie forge comme une gestation.

Il sourit aimablement à sa dernière remarque, d'un air presque taquin encore, preuve s'il en était besoin que Ourm était à l'aise.

Je suis curieux moi aussi, et puis, pour être franc, je dors très peu. Je suis très probablement pire que toi ! Et quand je suis intéressé, j'oublie complètement le reste, y compris le boire et le manger.

Puis, rêveur :

La nuit, plutôt que dormir, quand je suis seul, je regarde souvent les étoiles. Je me plais à les reconnaître et à les appeler, ou me souvenir des légendes qui sont liées à elles.

Reprenant la conversation :

Le minerai est partout, pourvu qu'on sache le trouver ! Surtout celui qui nous intéresse, le plus précieux, le fer. Le plus précieux et, fort heureusement, le plus abondant. On peut tout faire avec. Les autres métaux ne sont pas utilisables. Sauf, bien entendu, dans une démarche alchimique, spirituelle ou intérieure. L'or devient alors le plus précieux. Il n'y a nul hasard dans le monde, et si la soif de l'or entraîne constamment des drames, c'est qu'intuitivement, tout être conscient à la prescience de ce que l'or représente en vérité. Chaque élément est relié à un archétype, il exprime une énergie particulière. Le Fer est stabilisateur. Il exprime la fondation des choses. Il incarne ce qu'on lui donne. Selon la tradition alchimique, nul lieu ne peut se passer de fer, c'est une assise à la matérialisation d'un monde, et c'est pour cette raison qu'il est si abondant.

Nous n'aurons pas beaucoup de chemin à faire. Une journée en comptant l'aller et le retour, plus le temps de récolte évidemment. Nous pouvons aller à la Falaise ocre, ou à une berge de la rivière Loris qui contient du sable ferrugineux. Le minerai de la falaise sera facile à récolter et difficile à réduire en petits morceaux, le sable ce sera le contraire, plus long à récolter mais plus facile à apprêter pour le bas-fourneau. C'est toi qui choisiras. Nous pouvons partir cette nuit pour arriver le matin sur les lieux, ou partir demain matin et dormir là-bas dans un arbre. La forêt y est sauvage, mais je te veillerai puisque le sommeil n'a pas la même importance pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Dim 17 Oct - 9:54

L'entendre dire que le doute sur soi n'était finalement pas nécessaire puisque tout se passait uniquement via la transmission de sa propre existence dans l'objet de sa quête personnel lui fit voir les choses sous un autre angle. Il est finalement impressionnant de voir combien les êtres vivants peuvent s'encombrer par moments de questions sans réelles importances mais capable de leur bloquer tout horizon vers une possible évolution de leur être. Elle décida donc de laisser derrière elle toutes ses appréhensions et autres questions, attendant que le temps et les évènements lui dévoilent les seuls ayant un réel impact sur sa vie.

Son rire lui fit l'effet de découvrir une sorte d'enfant caché loin au fond d'un esprit aiguisé et adulte. Contraste saisissant qui étira un peu ses lèvres. Elle se revoyait offrir le même genre de réactions à son père, ce qui avait tendance à le faire soupirer bruyamment malgré le sourire qu'il affichait toujours. Cependant, Ourm reprit rapidement son sérieux avant de s'étendre un peu plus sur la diversité des armes et la nuance, parfois subtile mais essentielle, entre celle froides et vides servant de simples outils et celles, vivantes et intègre, étant un pur prolongement de son propriétaire.

Bien qu'elle n'ait jamais éprouvée de réel intérêt pour les armes, se limitant à leur maniement sans que leur histoire ou leur création ne l'affecte, elle se découvrait soudain portée par les mots de cet homme. Sa capacité à 'voir' les choses, à sentir leur essence et leur nature, la fascinait littéralement. Elle remercia intérieurement son père d'avoir céder à son caprice et de l'avoir envoyée ici.

Il lui avoua avoir le même défaut qu'elle, en pire si cela était possible. Quelque part, cette révélation ne la surprit pas plus que ça. Bien qu'il soit surement beaucoup plus âgé qu'il ne le paraisse, il devait avoir passé de nombreuses années à réfléchir sur tous ces sujets pour arriver à les développer de la sorte. Cependant, elle prit note dans sa tête de penser à le rappeler à l'ordre si besoin. Se laisser dépérir pour de telles raisons serait vraiment dommage.
Puis, il lui parla de son attirance pour les étoiles. Elle comprit mieux au vu de ses paroles son choix de la nommer Elenwen et se contenta de hocher la tête.

Et puis, un peu de but en blanc, il repartit sur leur conversation. Elle écouta attentivement ses paroles, les pesants avant de finir par adhérer à sa pensée même si cette dernière lui paraissait parfois incongrue au premier abord. Ainsi le fer était 'le' stabilisateur par excellence, le rendant de ce fait le métal le plus précieux de tous. Intéressant.
Il enchaina enfin sur les lieux de collecte des matériaux de base. La Rivière ou la Falaise. Chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. Cependant, son choix fut vite fait.


"- Si le choix est mien, je souhaiterais récolter le fer nécessaire aux abords de la rivière Loris. Quant au départ, eh bien, je ne suis pas vraiment fatiguée et l'aube étant un des plus beaux moments de la journée à mon gout, j'aimerais pouvoir en profiter depuis les berges. Le jeu des couleurs sur l'eau est un spectacle d'une grande chaleur, pour les yeux comme pour l'âme de ceux qui le contemplent.

Dans tous les cas, il ne sera pas nécessaire de veiller sur mon sommeil. Je peux passer une nuit blanche de temps en temps sans en pâtir. Et la compagnie est parfois plus gratifiante qu'un simple repos.
Avons-nous besoin de matériel spécifique avant de nous mettre en route? Peut-être qu'un petit en-cas frugal avant de partir ne serait pas une mauvaise idée. Puis, une fois apprêtés comme il se doit, nous pourrons prendre la route tranquillement. Qu'en dites-vous?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Dim 17 Oct - 18:39

Le dragon tenta de ressentir, au delà de l'attention d'Aiedaïl, les pensées qu'elle en faisait émerger. Aussi proche de quelqu'un, les énergies se mêlaient, et il lui était facile de faire taire sa propre conscience pour tester le sentiment de l'autre. Il était nécessaire pour cela d'avoir affaire à une personne de coeur, qui ne brouille pas son émotion par le bourdonnement de ses réflexions mentales, mais l'elfine laissait visiblement parler son coeur. L'intuition lui souffla qu'elle ne semblait, en fait, rejeter aucune parole, et boire ses mots tout en les confrontant à sa propre expérience de la vie. L'adage du blanc-draconisme, sagesse du peuple dragon, affirmait souvent Vis le mot avant de le croire. Il sentit qu'il n'avait pas besoin de le rappeler. Son attention n'avait d'égal que la force de sa personnalité ; elle n'allait jamais croire sans un assentiment complet de son propre coeur. S'il voyait juste, il ne pouvait avoir meilleure élève, car c'était de cette manière seulement qu'elle stabiliserait le savoir qu'elle déciderait de faire sien.

Elenwen... Qu'il en soit ainsi ! Nous nous rejoignons sur ce point aussi. J'aime avancer sans attendre quand une décision est prise. De toute manière, pour moi, pour le moment, la nuit ou le jour, cela ne fait pas grande différence.

Tu ne regretteras pas le spectacle que tu prévois. Je regrette de ne pouvoir t'accompagner en cela par mon propre regard, mais si tu le veux bien, tu me décriras toi-même le jeu des couleurs de l'aube sur la rivière, et le miroitement de la rosée sur les feuilles...


Il s'interrompit un instant, puis, avec une grande douceur dans sa voix, s'inclina légèrement devant elle.

C'est un honneur et une joie de savoir que ma compagnie serait plus gratifiante que ton repos.

Se redressant :

Tu découvriras cependant que par rapport à la moyenne elfique, je mange et je dors excessivement peu. En fait, il me suffit de quelques périodes où je dors ou mange beaucoup. C'est... un tribut de famille. Tu ne dois cependant en aucun cas prévaloir sur tes besoins matériels. Mon apparence et mon coeur son jeunes, mais je suis plus vieux que je peux éventuellement paraître. Je ressens en revanche beaucoup de jeunesse en toi. Tu dois prendre soin de toi.

Enfin, avec un ton visiblement joyeux dans la voix :

Tu trouveras ici une grande jarre en terre, avec une gourde à côté. Prends la gourde mais ne la remplis pas à la jarre, nous utiliserons directement la fontaine en passant à côté. Il doit y avoir quelque part un pâté aux glands aux cornilles, et des airelles confites au miel. Ce sera parfait pour deux jours, en complément de ce que nous trouverons en route si c'est insuffisant pour toi. Contre le petit buffet, tu trouveras un bâton surmonté d'un globe de verre. Amène-le moi, s'il te plaît. Pour le reste, vérifie que tu as de quoi ne pas avoir froid si nous dormons dehors. La cape blanche à coté de la porte me suffira pour ma part, et elle est même suffisamment grande pour que je t'en passe un peu au besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Lun 18 Oct - 16:53

Elle sentit une légère pointe de déception dans sa voix lorsqu'il évoqua le fait de ne pouvoir partager avec les joies de la découverte du lever du jour sur les bords de la rivière. Un instant, elle se sentit un peu idiote d'avoir abordée le sujet sous cet angle. Elle n'avait pas encore l'habitude de parler à une personne momentanément privée de la vue. Elle fut cependant vite rassurée par le ton qu'il adopta. Il ne semblait pas fâché par sa mégarde. Elle se promit malgré tout d'être plus prudente à l'avenir.

Elle fut surprise de son petit salut lorsqu'elle lui avoua préférer sa compagnie à son propre sommeil. Il lui rappela de prendre bien soin d'elle, de ne pas se calquer sur lui mais de penser à ses propres besoins sans doute différent au vu de son âge. Elle se contenta de hocher affirmativement de la tête. De toute façon, si elle voulait être productive, il lui faudrait être en forme et donc ne pas oublier les besoins essentiels de son corps et de son âme.

En suivant les indications du maitre des lieux, elle se mit en quête des divers objets et aliments nécessaires à leur départ. Elle commença par récupérer la gourde avant de se mettre à fouiner méthodiquement dans les tiroirs. Elle finit par dénicher le pâté mais mit plus de temps à trouver les airelles. Ces dernières ayant rejointe le reste au fond d'un sac assez grand qu'elle dégota derrière le fauteuil. Puis, elle récupéra le bâton de marche avant de le donner à Ourm et vérifia ses propres affaires. Sa cape de voyage ainsi que sa couverture en patchwork faite main lui tiendrait suffisamment chaud. Enfin, elle récupéra le manteau blanc et vint le poser et l'attacher aux épaules d'Ourm. Comme ça, elle serait sûre qu'il tiendrait correctement.


"- Eh bien, nous somme prêts. Il ne nous reste plus qu'à y aller à présent."

Elle hésita à lui proposer son bras, ayant compris qu'il souhaitait au maximum se débrouiller seul, comme si de rien n'était. Elle s'abstint donc au début. Si jamais elle le voyait en difficulté, elle pourrait toujours remédier à cela en le forçant à accepter son aide. Et puis, ici, il était chez lui. Sans doute connaissait-il les lieux comme sa poche et les yeux fermés. Pour une fois, cela lui serait utile.

Ils descendirent donc de la hutte perchée avec quelques difficultés. Le bras en écharpe d'Ourm ne l'aidait pas vraiment dans cet exercice. Ils parvinrent cependant en bas entiers et prêts à se mettre en route. Ils commencèrent par se rendre à la fontaine afin d'y remplir leurs gourdes. Le soleil commençait à décliner et ils croisèrent sur leur chemin de nombreux ouvriers troquant leur labeur de la journée contre un repos bien mérité. Ils les saluèrent, accompagnant parfois leurs signes de quelques vœux de rétablissements destinés l'elfe momentanément aveugle.

Tranquillement, ils prirent la direction de la rivière Loris, s'éloignant peu à peu du brouhaha du campement des elfes forgerons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Mar 19 Oct - 13:17

Aiedaïl s'occupa des préparatifs avec efficacité. Ourm entendit différents bruits de tiroirs, de bois et de tissus alentour jusqu'à tout sentir prêt autour de lui. Il n'aurait pas mis moins de temps bien qu'en sachant la place de toutes ses affaires.

Marchons et chantons vers les étoiles ! répondit joyeusement l'elfe.

Il n'avait d'ailleurs pas été aussi joyeux depuis un certain temps, même valide. Et il semblait ravi de ce voyage qui allait lui changer les idées. C'était exactement ce qu'il lui fallait pour ne plus penser à son handicap... du moins, jusqu'à la prochaine branche ou racine mal placées.

Quand ils furent descendus, leurs gourdes remplies, et quelques adieux échangés avec les elfes de passage, Ourm redressa les épaules et refusa catégoriquement de frayer le chemin avec son bâton à la manière d'un aveugle prudent. En quelque sorte, il était assez habile à sentir les grands obstacles, comme les arbres ; il avait par magie, renforcé son aura de manière à sentir quand elle touchait un obstacle avant son corps matériel. En revanche, il avait beaucoup plus de mal avec les racines, et n'était pas non plus en bonne forme physique... Aussi, bien qu'il essayât d'aller assez vite, il dût rapidement se résoudre à aller plus lentement, s'il voulait arriver indemne à la fin du parcours.

Le chant crépusculaire des oiseaux l'avertit de la tombée de la nuit. Il s'arrêta et s'adossa à un arbre en faisant semblant de ne pas être essoufflé.


J'espère que mon allure ne t'énerve pas... Je te dirais bien que tu peux gambader en avant, mais je crains alors de ne pouvoir te retrouver. Et, entre nous, je te serai reconnaissant de ne pas me perdre au milieu des bois...

Il eut une petite moue.

Quelle ironie ! Moi qui connaissais le chemin par coeur... Bon, surveille que nous suivons bien ce sentier, et quand il y aura une fourche, nous prendrons à droite. Quand il y aura un carrefour, nous prendrons tout droit, même s'il n'y aura là aucun sentier. Nous marcherons autant de temps à travers bois, jusqu'à traverser un petit ruisseau, puis atteindre la rivière. Nous la remonterons jusqu'à trouver la plage de sable noir. Attention, elle ne se voit pas beaucoup, à cause de la mousse.

Il décida finalement de s'asseoir.

Ce n'est pas que je sois fatigué, mais...

Il prit le globe de verre qui surmontait mystérieusement son bâton, et souffla par l'ouverture. Curieusement, cela ne fit pas de buée, le verre sembla d'ailleurs encore plus transparent. Il avança la main, se concentra une minute, et une flamme vive apparut. Il replaça le globe sur le bâton. La lumière n'était pas aveuglante et plutôt bleutée, bien que sa lueur fut nettement rouge. Les elfes voient bien la nuit, mais il ne faut pas non plus présumer, d'autant quand il n'y a qu'une seule paire d'yeux pour deux personnes.

Il lui tendit le bâton.

Tu seras le porte-flambeau ! Cette lumière éloignera aussi les animaux éventuellement dérangeants, selon la taille et le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Mer 20 Oct - 18:58

Ils se mirent en route d'un bon pas, la jeune femme plutôt impressionnée par l'habilité dont faisait preuve son maitre, aveugle temporaire, pour se déplacer sans trébucher plus que cela. Elle sentait une sorte d'aura émané de cet homme dont elle ne savait au final que peu de choses, mais cette dernière était douce et rassurante. Aussi continua-t-elle son chemin en calquant son rythme sur celui impulsé par Ourm.

Cependant, elle réalisa rapidement que ce dernier ralentissait peu à peu l'allure avant de finir par s'adosser à un arbre le temps de reprendre un peu son souffle. Elle se garda bien de faire une remarque, bien que l'envie ne lui manque pas de le titiller au sujet de cette mini fierté dont il n'avait pas besoin avec elle. Lorsqu'il s'excusa de son allure, elle se contenta de se rapprocher en essayant de s'imaginer 'gambader' devant lui. L'image lui arracha un léger sourire.


"- Ne vous en faites, nous ne sommes pas pressés. Et puis, chaque lieu possède des charmes différents suivant le moment ou nous le traversons. J'aurais ainsi l'occasion de découvrir de façon plus attentive la vie nocturne de ces bois. Et puis, je n'ai pas l'attention de vous perdre, on me poserais trop de questions dans ce cas."


Une touche d'ironie dans la voix, elle se permit cette petite fantaisie. Après tout, quel intérêt aurait-elle à le perdre? En plus, lui seul connaissait le chemin. Sans vraiment la prévenir, il se mit à lui donner les détails de leur itinéraire. Ce dernier ne semblait pas bien compliqué et elle n'aurait aucun mal à s'en rappeler. Elle fut un peu surprise lorsqu'il parla de sable noir. N'en ayant encore jamais vu de cette couleur, elle avait à présent hâte de découvrir cette merveille de la nature.

Finalement, il s'asseya en avouant à demi-mot sa faiblesse. Elle eut le tact de ne rien ajouter, observant ses gestes avec une attention renouvelée. Voir naitre cette flamme puis demeurer emprisonnée dans ce simple globe lui parut presque magique au milieu du doux chant des animaux nocturnes. Elle saisit le bâton lorsqu'il le lui offrit en la nommant du même coup 'porte-flambeaux' officiel de leur petite expédition.


"- Je remplirais ma mission à n'importe quel prix."


Le timbre un peu chantant laissant percer sa taquinerie, elle attendit qu'Ourm se relève avant de se remettre en marche. Tant qu'ils se contentèrent de suivre le sentier forestier, leur allure fut relativement soutenue. Mais arrivés au croisement, lorsqu'ils s'enfoncèrent un peu plus dans les fourrés, ils durent ralentirent leur rythme. Leur progression continua malgré tout, avant que le bruit d'un ruisseau ne vienne doucement se mêler à ceux de la nuit.

Trouver un passage à gué ne fut pas une mince affaire, et les pierres y demeurant glissantes, la traversée en elle-même se révéla plutôt périlleuse. Heureusement, avec maints efforts, ils finirent par atteindre tous deux l'autre côté, et parfaitement secs qui plus est. Enfin, ils atteignirent la rivière qu'ils entreprirent de remonter un petit moment, jouissant de l'agréable clapotis de l'onde claire sur les galets polis.

Ils suivirent un moment le lit du cours d'eau avant que le sol ne semble peu à peu devenir plus friable. N'ayant jamais assisté à ce phénomène étrange, la jeune elfe se concentra dessus, cherchant l'origine, la raison de cette différence subtile de terreau aux alentours. Puis, du coin de l'œil, elle remarqua de multiples amas de mousses qui manquèrent de lui passé inaperçu par cette nuit sombre. Elle s'en approcha jusqu'à traverser ce mini mur naturel et finit par découvrir le but de cette marche nocturne.

Devant son regard, s'étendait la plage de sable noir, les premières couleurs de l'aube commençant juste à se dessiner dans les ciel matinal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Jeu 21 Oct - 14:53

En définitive, plus les deux elfes continuaient leur marche et s'enfonçaient dans la forêt, et plus la dignité draconique d'Ourm fondait comme une neige printanière vaincue par un soleil rieur. Tout chez Aiedaïl taquinait ses principes de dragon, depuis le timbre de sa voix jusqu'à sa présence, qui l'enveloppait lorsqu'il se rapprochait d'elle. Qui était-elle ? Si seulement il avait pu plonger dans son regard et lire ce qui dansait véritablement à l'intérieur de son coeur. La question le tourmentait d'autant plus que la réponse lui semblait d'une spéciale évidence, tout en lui échappant totalement. Elle le narguait comme un petit oiseau tournoyant autour de sa tête, qu'il ne pouvait attraper à cause de ses bras liés. Oh, mais ! docteurs ou pas docteurs, il allait retirer ce bandeau de ses yeux avant les dix jours ! Il ne fallait pas exagérer, tout de même.

Même le ruisseau fut passé à gué sans qu'il fût mouillé. Aiedaïl était toujours là pour veiller sur un faux pas, mais jamais présente à l'excès, comme un ange gardien qui lisait en lui. La plus grande partie de la marche fut accomplie en silence, car l'essentiel se transmettait sans mots. Ourm rêvait par ailleurs beaucoup ; la présence d'Aiedaïl le rendait rêveur bien davantage que d'habitude.

Lors de l'une de leurs courtes pauses, il décida de se mettre d'accord sur une idée poétique et provisoire, jusqu'à la reconquête du sens de la vue. Il allait le lui dire, quand les mots lui restèrent dans la gorge, et qu'il se trouva, non seulement privé de la vue, mais aussi de la parole. Et voilà ! Il était troublé ! Troublé comme, il y a deux mille cinq cent ans, il pouvait être timide avec une jeune cousine, la dernière parente de son espèce qu'il connût, tuée par l'arme d'un Favori du Chaos. C'était alors le plein de l'Âge du Chaos. Il avait poursuivi ce monstre jusqu'en Éliandre même, et l'avait vaincu avec une hargne qu'il ne se connaissait pas, bien qu'il serait probablement mort des suites de ses blessures sans l'aide des elfes. C'est notamment depuis cette époque qu'il avait refusé le maniement des armes, même s'il n'avait jamais cessé d'aimer la forge.

L'idée poétique et provisoire resta ainsi dans la pensée d'Ourm. Elle se résumait à cette idée simple et gracieuse qui faisait d'Elenwen, la jeune elfine étoile, Wendelen, l'étoile jeune elfine. Il préférait en effet penser à une étoile sous forme elfique, plutôt qu'à une elfe aux reflets d'étoile. Bien que l'un et l'autre...

Il fut interrompu par une pause qui semblait plus prononcée et plus imprévue que de coutume.

Dans la frondaison des arbres, les chants mélodieux des oiseaux sylvestres annonçaient l'augure de la journée nouvelle.


Sommes-nous arrivés ? Vois-tu le sable ? Et l'aube, dis-moi ?

Il y avait comme un empressement dans sa voix, comme une soif soudaine de se replonger dans l'arc-en-ciel de la vie, dont les couleurs ne lui étaient plus accessibles que par ses rêves.

La lumière fera étinceler ce sable comme de l'or... Il y a des paillettes brillantes, mais ce n'est pas du métal, et il ne faut pas les prendre. Il y a également du vrai sable, un petit peu, qui est blanc, il faut le mettre de côté lui aussi. Juste le sable très noir. Il est magnifique, n'est-ce pas ? Les sables ferrugineux parfois sont de couleur verte, mais c'est beaucoup plus rare...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Ven 22 Oct - 19:19

Malgré la question d'Ourm et le vif empressement qui perçait à travers sa voix, elle garda un instant le silence. Même son corps ne remuait plus, comme si soudain elle s'était fondue dans le décor, calquant presque les battements de son cœur à ceux, infiniment ténus mes précieux, de la terre battant sous ses pieds. Elle laissa le premier rayon du jour heurter ses paupières closes une seconde avant de commencer à parler, d'une voix faible mais très claire, douce et chantante.

"- Le sable est bien là, plus sombre que le cœur des ténèbres eux-mêmes. Mais il scintille d'une agréable lueur pâle et hésitante. Comme s'il rechignait à rendre au ciel et aux regards alentours les fragments d'étoiles qu'il avait emprisonnées durant la nuit. Mais son tribut s'échappe malgré ses efforts, rendant la plage plus brillante que la surface de l'eau toute proche."

Elle fit un pas avant de soulever son pied pour en ôter la sandale, puis faire de même avec l'autre. Elle laissa ses orteils joués avec les grains, les laissant couler le long de sa peau.

"- Malgré l'heure matinal, il est déjà tiède. A peine humide en surface, il est incroyablement doux au toucher. La trace de mes pas est bien dessinée mais pas un grain ne reste collé à mes pieds, comme s'ils savaient que leur place étaient auprès des autres, qu'ils s'attiraient avec une force énorme mais ressentie d'eux seuls."


Un nouveau pas. Les premières couleurs commençaient à naitre, le noir uni se changeant peu à peu en passant par toutes les déclinaisons possibles des couleurs de l'Arc-en-ciel. Leur reflet sur l'eau, qui les renvoyaient à nouveau dans toutes les directions, semblaient donner vie à une véritable explosion de vie nouvelle.

Une libellule qui décolle, un bruissement de feuilles accompagné du clapotis d'un poisson, cette sérénité qui s'empare d'elle l'empêche d'exprimer comme elle le voudrait la beauté des lieux. Alors, elle se laisse aller à Fredonner doucement les mots qui viennent couler d'eux-mêmes à travers sa voix, aussi cristalline que l'onde.

"- Vagues et ridules,
Surface qui ondule,
Danse sur les bulles
Petite libellule.

Vague de lumière,
A l'image éphémère,
Imprime à la Terre
De nouvelles frontières.

Vague de sensations,
Au cœur emplit d'émotion,
Que le jour polisson
T'offre cette chanson.

Pour qu'à la nuit nouvelle,
Quand nous prendra le sommeil,
Qu'importe ce qu'il nous révèle
Survivent monts et merveilles."


Le silence s'en suivit, seulement ponctué du doux pépiement des oiseaux et du réveil progressif de la nature. Un sourire s'étire sur le visage de la jeune fille avant qu'elle ne se mette réellement à l'ouvrage. Il n'était plus temps de rêvasser ni de chanter maintenant. Elle se pencha et commença à examiner les différents types de grains dont Ourm lui avait parlé un peu plus tôt.

Elle comprenait mieux à présent pourquoi il disait que le ramasser ici assez difficile. Faire le tri entre les vrais grains noirs et les autres n'était pas une mince affaire. Mais elle n'avait pas peur du labeur. D'autres avaient réussis avant elle, il n'y avait donc aucune raison pour qu'elle n'en soit pas capable. Le temps était en plus très agréable rendant son travail plus doux, une légère brise la rafraichissant régulièrement.

Elle œuvra donc ainsi de longues heures, à genou ou assise dans le sable, fouillant, grattant, triant patiemment ce qui deviendrait d'ici quelque temps une arme unique. La sienne, créé et bâtie de toute pièce par sa propre imagination et la sueur de son front. Elle ne prêtait plus attention depuis longtemps au temps qui défilait ni au sac qui se remplissait de plus en plus. Lorsqu'elle releva enfin la tête vers le ciel, le soleil allait atteindre son zénith et son sac était déjà presque rempli.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 23 Oct - 11:45

Le silence d'Aiedaïl était la plus belle des réponses, tandis que la chaleur de l'Aube chassait la nuit de son visage blessé. Au fur et à mesure du lever de l'aurore, qui teintait les cimes des grands arbres avant de se répandre sur les flots chantants de la rivière, l'osmose avec leur environnement les gagnait tous les deux. Il n'y avait plus Ourm et Aiedaïl, mais un seul être, comme s'ils étaient devenus les deux membres d'un seul corps qui palpitait d'une vie immense. L'esprit de la Nature buvait la lumière naissante, espérance éternelle des forêts, matrice même de l'origine du monde selon les traditions elfiques faisant de la lumière la fondation originelle de l'existence.

La voix de l'elfine, qui s'éleva soudain, s'envola avec tant de douceur et d'accents chantants qu'elle ne rompit en rien la magie de l'union de leurs deux coeurs parmi tous les coeurs de la Forêt ; il sembla que les dryades avaient trouvé par sa bouche le canal de leur beauté, et que là bas, à la source même de la rivière, la naïade originelle chantait avec eux. Dans ces instants de grâce, l'elfe se sentait étreindre l'univers entier. Il voulut répondre, mais quels mots pouvaient exprimer un tel sentiment ?


Merci, se contenta-t-il de murmurer en tâchant d'insuffler à ses mots la même douceur qu'il sentait au travers d'Aiedaïl.

Elle se mit à chanter, mais lorsque sa voix se tût et que les derniers accents de son poème se fondirent en lui, il eut le désir de le continuer à sa façon, et sa voix alors prit la relève, elle écoutant, lui chantant

...Les étoiles à nouveau ont brillé
Cadeau du crépuscule et héraut du Levant
Espoir inébranlable placé au firmament
Lumière inextinguible toujours à se donner...

Afin que nous ayons pour toujours nos clartés
Les étoiles le jour descendent en nos regards
Pour que sous le soleil nous ayons en miroir
La beauté de nos âmes consciemment reflétée

C'est pourquoi tant d'amour au matin est levé
Couvrant d'or le soleil et d'azur les nuées
Le fondement du tout est la joie et la paix
Et c'est pourquoi dès l'aube le soleil est doré...


L'elfe, assit sur un rocher couvert de mousse, suivait attentivement le travail d'Aiedaïl par le léger bruit qu'elle faisait. Il lui faisait toute confiance. De longues heures s'écoulèrent, et l'après-midi naissait quand il sentit que son travail touchait à sa fin.

Tout est parfait ainsi, tu sais... Parfait que le minerai soit en sable, et il est très difficile de le casser soi-même. Ce sable, il a fallu à cette rivière sans doute des dizaines de milliers d'années pour le créer. Ce faisait, elle l'a béni. Tu ne peux trouver de minerai plus pur, dans le sens intérieur du terme. Par ailleurs, le travail minutieux et attentif que tu as été forcé de mener est, lui aussi, une bénédiction. Tu as commencé à le remplir de ton énergie et de ton intention.

Il laissa s'écouler quelques instants, puis, avec un léger mais doux sourire :

En vérité, tu es réellement entrée dans ta quête, maintenant.

Vois-tu, la première étape, qui est celle de la préparation, est la quête des esprits élémentaux. Tu vas chercher la bénédiction des quatre puissances élémentales. Tu as commencé avec les esprits de la Terre. Ce minerai est leur don. Si tu le leur volais, toute notre recherche serait remise en cause. Mais en ramassant ce sable avec patience et douceur, et surtout, grâce à ton jeune coeur empli de grâce et de pureté, le don des esprits de la Terre coule de façon aussi évidente qu'une source.

Cependant, tu ne dois pas oublier de les remercier... Quand tu auras suffisamment de minerai, tu devras leur offrir à ton tour quelque chose, c'est à dire, ta gratitude à la Terre et à ses Gardiens. Concentre-toi alors un instant sur eux, et ouvre-leur ton coeur. Tu feras la même chose pour les trois autres étapes, bénie du Feu, puis de l'Eau, puis de l'Air. Alors tout sera vraiment prêt. Les quatre Éléments sont liés lors de la Forge, mais en introduisant cette démarche pour son ouverture, ils seront tous les quatre avec toi, en toute conscience, les esprits des quatre éléments seront prêts à travailler avec toi. C'est assurément essentiel pour donner vie à une lame, et faire la meilleure lame... Faire une lame consciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 23 Oct - 19:23

Lorsqu’Ourm se mit à chanter à son tour, comme en réponse à ses propres paroles, elle les écouta avec attention, laissant leur magie opérer par elle-même. Il y avait des moments où aucun mot n'était nécessaire, comme lors de leur marche nocturne à travers les bois. Il en était d'autres où ceux-ci révélaient toute leur beauté et leur pouvoir à ceux capables de les entendre. Et de les laisser s'envoler bien plus lin que la conscience limité des êtres qu'ils étaient. Car qu'importe leur race, leur religion ou leur sexe, ils restaient des êtres humains, et par là même, faillible.

Ces baignèrent encore longtemps son ouvrage, résonnant dans sa tête en un agréable écho. Le silence fut à nouveau brisé par l'elfe aveugle qui lui vanta les mérites de se quelle venait d'accomplir avant de lui expliquer les relations profondes unissant en chaque chose les quatre éléments fondamentaux.

D'elle même, elle n'aurait pas forcément songé à relier la forge à tous les éléments, le feu y étant plus que prédominant. Mais en s'attardant un minimum sur le sujet, en y réfléchissant un tant soit peu, il apparaissait évident que chaque interaction ne pouvait se faire que grâce à l'intervention de chacun des quatre composant élémentaires. Devant ses explications, elle regretta un peu de ne pas être plus instruite dans ce domaine, mais il fallait savoir faire des choix et elle ne regrattait pas les siens.

Le sac était à présent si plein qu'elle dû retirer quelques poignées de sable afin d'arriver à le fermer. Cette première étape était donc terminée. Mais avant de revenir vers le chemin qui les ramènerait à la forge, elle s'agenouilla à la lisière de l'onde et du sable. L'eau parvenait à certains instants à effleurer sa peau avant de se retirer rapidement. Puis, elle ferma les yeux, enfonça délicatement ses doigts dans le sable tiède et attendit.

Déjà, elle sentait à nouveau les pulsations qu'elle avait distinguées à l'aurore. Elle laissa son cœur se calquer sur ce rythme lent avant de finir par rouvrir les yeux. Elle savait s'en trop savoir comment que tout avait été accompli. Ils pouvaient désormais repartir sans que rien n'entrave leur retour. Elle retourna auprès d'Ourm.


"- Nous pourrons repartir dès que nous serons prêt. En attendant, étant moi-même tiraillée par la soif, voudriez-vous boire et manger quelque chose afin de reprendre des forces avant de rentrer? Bien que le chemin soit plus aisé de jour, il ne faut pas pour autant en oublier toute prudence."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Dim 24 Oct - 14:45

À nouveau, le dragon sentit que sa jeune élève avait tout accompli ainsi qu'il se devait, puis Aiedaïl lui parla et le lui confirma.

Il est essentiel de savoir prendre son temps. Quel endroit autre que celui-ci saurait mieux nous accueillir ? Surtout pour moi... Le chant de la rivière m'aide à construire sa beauté.

Il se leva et fit face à sa voix.

Veux-tu me guider jusqu'au plus bel endroit, au plus près de la rivière ?

Il tendit la main pour s'y faire amener. Ourm avait beaucoup changé depuis le premier jour. Il était dorénavant confiant et se laissait mener comme un petit enfant. Elle ne le savait pas, mais cet abandon était un signe admirable, guidé par le secret de leur nature commune qu'ils ne savaient encore imaginer.

Tu sais, nous allons effectivement nous diriger vers le village, mais nous nous arrêterons avant, non loin. La nuit sera tombée à nouveau. Nous dormirons dans l'arbre le plus accueillant que nous trouverons. Car il nous appartient maintenant d'accomplir la seconde quête, celle du Feu justement.

Il sourit. Bien que l'elfine ne posait pas la question, il devinait sa curiosité. Il était lui-même curieux, comme tous les dragons par ailleurs, et il n'eut pas le coeur de lui refuser la réponse.

Le fer, seul, ne peut pas te donner une épée. Il se plierait ! Tu serais terrassée par la première arme venue. Autant se battre avec une cuillère à soupe !

Il rit gaiement, imaginant la situation.

Il faut transmuer le fer par l'alliance de la vie. Le fer est l'élément minéral. Le charbon est l'élément de vie, ce qui reste de tout corps, animal ou végétal, humain ou elfique, s'il est brûlé et que le feu apporte son élément fondateur au cycle naturel. Le charbon redeviendra alors la vie.

Il fit une courte pause.

Mais le charbon, au lieu de construire directement la vie, peut se marier avec le minéral. Le fer et le charbon s'accoupleront pour donner un élément particulier, qui n'existe pas à l'état naturel. Leur union nous fera ce cadeau. Les elfes l'appellent de nombreux noms, mais le plus usité est Erëneïva, le don du Fer à la Vie. Les humains l'appellent l'acier.

C'est pourquoi le charbon est aussi essentiel que le minerai que tu as là. Un charbon de bois fait avec autant de conscience. C'est le Feu qui nous le permettra, aussi, cette seconde étape sera la recherche de la bénédiction du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Lun 25 Oct - 10:22

Lorsqu'il lui demanda de la guider au plus bel endroit de la rivière, elle ne se posa même pas la question. Il s'agissait une minuscule anse dessinant un joli creux, où semblait parfois si avide qu'elle en serait capable de sortir de son lit juste pour venir jusqu'à eux. Elle fut un peu surprise quand Ourm lui tendit la main de lui-même alors qu'au départ, il rechignait un peu à être guidé. Mais elle mit cela sur le compte du voyage et de la relative confiance qui s'était installée entre eux.

Une fois arrivé à l'endroit demandé, il commença à lui expliquer la suite des évènements. Tiens donc, il n'avait parlé que d'une nuit dans les bois lorsqu'ils étaient dans sa hutte. A présent, une deuxième allait être nécessaire. Cela ne la gênait pas le moins du monde mais elle se demandait en quoi cet arrêt serait si important. Et surtout, suite à ces paroles, comment pourrait-elle réaliser la quête du feu alors qu'il ne parlait que d'arbres et de nature.

Elle le vit sourire, comme s’il s’amusait de ses réactions qu'il devait deviner assez aisément. Après tout, elle ne cherchait pas à les cacher. L'image d'un combat à coups de cuillère en bois la fit sourire tellement elle trouvait cela saugrenue, mais au vu des explications qui suivirent, elle réalisa l'importance que cette simple prise de conscience pouvait représenter. La survie, ni plus ni moins.

Pour la quête du feu, c'est donc au travers du charbon qu'elle trouverait la solution. Comme elle avait trouvé le sable pour celle de la terre. Elle sourit un instant en se rappelant ce qu'il avait dit un peu plus tôt. Ils dormiraient. Non. Lui peut-être, mais si elle devait créer du charbon de bois, elle ne laisserait pas ce dernier bruler seul. Déjà afin d'éviter tout risque de débordement et d'incendie, ce qui serait une catastrophe pour les lieux, mais aussi simplement car elle savait qu'elle ne le pourrait pas. Responsable de ce travail, elle le ferait jusqu'au bout.


"- Il n'empêche qu'avec tout ça, vous n'avez pas daigné me répondre. Alors je vais décider seule pour la peine. Comme vous m'avez dit être capable de tout oublier, il est temps à présent de vous nourrir. Sinon, vous ne guérirez pas aussi vite que vous le voudrez."


Ils partagèrent donc un repas simple et rapide, juste histoire de regagner des forces. Puis, ils se mirent en route tranquillement. Le gué fut passé aisément, avant qu'ils ne s'enfoncent un peu plus dans la forêt. Les frondaisons offraient un magnifique dégradé de teintes lumineuses tandis que le jour déclinait lentement. Ils étaient revenus sur le chemin tracé, au niveau de l'embranchement à présent. Les yeux de la jeune fille se mirent à chercher l'arbre qui serait le plus accueillant pour la nuit et finit par le dénicher.

Grand, fort et robuste, vieux de nombreuses années, ses branches épaisses garnies de multiples feuilles d'un vert éclatant et son tronc massif laissait deviner sa vigueur. Oui, il serait parfait. Ils n'étaient plus très loin du camp des forgerons, les coups de masse sur le fer chaud ainsi que le bruit sourd des soufflets leur parvenant de temps à autre avec les murmures du vent.


"- Laissez-moi vous présentez votre résidence pour la nuit."

La voilà qui se mettait à faire de l'humour maintenant, chose qui ne lui était pas arrivée depuis bien longtemps. Cela lui arracha un sourire tandis qu'elle guidait doucement Ourm jusqu'à l'arbre qu'elle avait jugé adéquat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Lun 25 Oct - 15:46

La halte auprès de la rivière fut même saluée par un diner improvisé. Le dragon n'aurait jamais songé à manger par lui-même, mais maintenant que l'idée était si bien avancée, et Aiedaïl si convaincante, il se laissa facilement faire, et fit même preuve d'un bon appétit.

Le retour se fit aussi gracieusement que l'aller. Lorsqu'ils furent tout proche du village, Ourm se vit soudainement inviter dans une "résidence sylvestre".


Avec grande joie ! répondit-il gaiement, comme s'il devait aller au palais royal.

Il suivit l'elfine dans les branches et dût en effet convenir que la place était aussi spacieuse que confortable, moussue à souhait avec un merveilleux tronc sur lequel s'adosser.

J'aime les arbres... murmura-t-il d'un air songeur.

Il étendit la main jusqu'à toucher Aiedaïl et être certain de son emplacement, afin de se tourner vers elle.

La lumière est nécessaire pour choisir le bois que nous ferons brûler. Il y a encore beaucoup à faire, tu sais. Si tu veux dormir n'hésite pas un instant, mais préviens-moi auparavant. Je me ferais le plus discret possible, afin de ne pas risquer de te réveiller.

Il laissa le souffle du soir caresser son visage, puis :

Mais cette nuit a néanmoins toute son importance. Demain matin, nous aurons gardé l'osmose avec les éléments naturels, et la recherche de bois n'en sera que plus harmonieuse. C'est la manière de faire elfique. Et puis, nous serons sur place dès le premier rayon de soleil, pour commencer le ramassage du bois et de l'argile.

Tout va pour le mieux n'est-ce pas ? Dis-moi tout, au besoin. Je voudrais vraiment que tu sois parfaitement à l'aise, et c'est un élément essentiel de l'harmonie de notre travail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 30 Oct - 10:52

Elle dut bien admettre que se mouvoir aussi librement sur un arbre ne lui était pas arrivé depuis des lustres. Bien qu'Eliandre ne soit qu'une immense forêt, de tels arbres ne se trouvaient pas partout. Et celui-ci, elle devait bien l'avouer, lui plaisait beaucoup. Il y est bien connu que les elfes ont des affinités plus ou moins prononcées pour certaines essences de plantes. Et bien celui-ci faisait indéniablement partit des siennes.

Elle aida un peu Ourm à trouver le lieu qui lui conviendrait le mieux pour la nuit avant de s'installer à proximité, sur une autre branche cependant mais à distance de bras. D'ailleurs, elle se réjouit de cette idée lorsqu'elle vit sa main la chercher afin d'être certain de l'emplacement de son élève. Elle hésita un instant à se déplacer, histoire de s'amuser un peu, mais y renonça. Elle aurait d'autres occasions de le taquiner.

Dormir. C'était une idée. Elle ne se sentait pas vraiment fatiguée, le premier travail auprès de l'esprit de la terre ne lui ayant pas vraiment paru fatiguant. Même plutôt reposant maintenant qu'elle y pensait. Mais elle ne s'avança pas pour le moment. Par contre, elle trouvait un peu étrange l'idée qu'il puisse la réveiller, vu comment il s'était montré discret jusqu'à présent. Deviendrait-il un peu paternel dans une certaine mesure? Qui sait.

Elle l'écouta attentivement, tout en s'installant confortablement. Dos au tronc d'abord, elle se retourna pour se trouver de profil, les jambes repliées sous elle et la main posée sur l'écorce, près de son visage, l'oreille collée au tronc. Étrange position fœtale version semi-assise. Elle sourit en écoutant le chant de la sève. Elle avait toujours aimée sentir battre le cœur de la forêt sous ses doigts. Elle ferma les yeux pour mieux profiter de cette douce musique qui l'enivrait doucement, la faisant voyager à travers tout Eliandre en quelques secondes.

Du moins, ce qu'elle prit pour quelques secondes. Elle n'avait pas vraiment dormi, mais lorsqu'elle ouvrit enfin les yeux, la course de la lune était quasiment terminée et l'aube pointerait sous peu. Elle sourit avant de se tourner vers Ourm. Il semblait avoir perdu son regard aveugle dans la contemplation du ciel infini. Le jour naquit lentement. Dès que la lumière serait assez forte, elle se mettrait au travail. Mais une question avait jaillit durant sa nuit.


"- Pour le bois à récolter, je suppose qu'il faut le prendre encore vivant? Du bois mort ne serait pas convenable puisqu'il s'agit de 'donner vie' à quelque chose au final. Quant à l'argile, y a-t'il des endroits privilégiés pour le recueillir?"


Elle avait déjà repéré la veille des emplacements où la terre était un plus de teinte ocre, donc plus riche, mais elle n'était pas certaine que se soit de celle-ci dont ils aient réellement besoin. Après tout, celle qui vit au pied des arbres est à son avis meilleure car pleine de cette vie qu'ils cherchent à faire naitre via le mélange des éléments naturels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 30 Oct - 12:21

Ourm était enchanté par ces instants. Cet arbre était parfait. Il était à peu près certain de savoir duquel il s'agissait, bien qu'il ne pouvait évidemment en être certain.

Une douce harmonie remplit l'air et, bien qu'il sentit Aiedaïl attentive à ses réflexions, le silence seul répondit à ses mots. Peu de temps ensuite, son ouïe d'elfe, se concentrant sur elle, perçut une respiration profonde et sereine qui dévoilait le voyage. Volait-elle au pays des rêves ? Pas vraiment, pensa-t-il, car il sentait différemment sa présence. Son âme voyageait aux cimes, tandis que son corps se nourrissait de la douce étreinte de l'arbre. Quelle elfine étrange... Sans doute étaient-ce ses particularités qui le rendait si réceptif à sa présence. Sa façon d'être trahissait une nature différenciée de l'elfe. Était-elle de sang mêlée ?

Il se leva sans un bruit et s'éloigna du plus qu'il pouvait, prenant le risque de tomber mais il ne craignait pas la chute. Il inspira profondément, très irrité contre lui-même. Sa colère chassa son sentiment, et il se sentit d'une compagnie plus acceptable. Il se reprochait trop son attirance. Comment un vieux dragon tel que lui pouvait-il ressentir un sentiment envahissant pour une toute jeune elfe, fut-elle elfe à moitié ? Lui, un dragon blanc, qui n'avait pas le naturel vital et impulsif de ses frères de couleurs ! Après quatre mille sept cent vingt-trois années, il ne se comprenait toujours pas lui-même ! Son hérédité pourtant, n'était pas d'un blanc pur. Son père Astreldir était un dragon noir, l'un des nombreux fils du dernier Rachacx. De nature douce et aimable, il avait été chassé de l'impitoyable famille royale, avec laquelle il ne s'entendait pas, si ce n'est avec son frère aîné Fafnir, mais celui-ci était lui-même un dragon polémiqué. La mère d'Ourm, une toute jeune Dragonne blanche issue de la lignée la plus pure, avait pris Astreldir sous son aile, et avait concrétisé un événement des plus exceptionnels, la rarissime union d'un dragon blanc avec un non-dragon blanc. Ils avaient eu deux enfants. Faïna, une dragonne noire, et Irildor, un dragon blanc... Lorsqu'il perdit le dernier membre de sa famille, Irildor substitua un autre nom à son nom draconique, lui qui déjà pouvait si peu retrouver la forme qui était réellement la sienne. Et se fit, dès lors, appeller Ourm.

Pourquoi pensait-il tellement à cette vieille histoire ? Il ne le savait pas, mais il se sentait, maintenant, particulièrement apaisé. Il retourna silencieusement à sa place, infiniment plus serein.

Le premier oiseau matinal sortit Aiedaïl de son voyage en des lieux qu'Ourm ne pouvait décrire ou deviner. Sa voix s'accorda finalement aux chants des oiseaux pour questionner le dragon, la tête levé pensivement vers les étoiles. Il lui répondit par un doux sourire :


Fais-toi confiance...!

Puis, un peu plus précis :

Le bois ne doit pas être trop jeune, mais il ne doit pas être trop mort non plus, comme tu l'as senti.
Nous prendrons l'argile là où nous creuserons notre trou. Il faudra probablement la mouiller un peu, donc chercher un peu d'eau. L'essentiel est de couvrir entièrement le bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 30 Oct - 17:43

La première réponse qu'il lui offrit lui arracha un sourire. Elle secoua un peu la tête, comme pour soupirer silencieusement devant une gentille blague. La confiance ne suffisait plus à présent. Elle avait besoin de savoir, sa curiosité jamais réellement satisfaite. Et surtout, elle ne voulait pas commettre d'erreur. Pas maintenant que tout avait si bien commencé.

Tandis qu'il se montrait enfin plus prolixe en explication, elle laissa ses jambes pendre un peu dans le vide, savourant le jour nouveau. Finalement, Ourm se contentai de lui donner peu d'indications. Pour le sable, elle s'était contentée de remplir le sac emporté par leurs soins mais là, aucune idée et pas un mot de sa part à propos de la quantité qui serait nécessaire. Tant pis, elle se débrouillerait avec ça.

Elle entreprit de se laisser glisser au bas de son lit de fortune, s'assurant qu'Ourm parvienne en bas sans mauvaise chute. Une fois qu'ils touchèrent enfin tous deux terre, elle fit un ou deux pas et respira profondément. L'humus et l'écorce neuve embaumait l'air et au lieu, une légère odeur de fumée, ténue. Celle des forges qu'ils retrouveraient bientôt.

Elle se mit ensuite en quête de bois. D'abord, uniquement dans les abords proche de l'arbre lui ayant servi d'abri pour la nuit avant de s'éloigner peu à peu, décrivant des drôles de cercles à chaque passage un peu plus large. Elle ratissa la zone ainsi durant un bon moment, revenant régulièrement déposée à quelques mètres du grand arbre, les nouvelles branches qu'elle avait récupérées.

S'estimant satisfaite de sa recherche, elle revint vers le tas ainsi constitué et entreprit de trier à nouveau les morceaux de bois présents. Vu la quantité récoltée, elle préférait choisir ceux qui lui parlait le plus. Elle les reprit tous en main, les uns après les autres, les soupesant et les observant avant de statuer sur leur sort définitif. Elle en retira donc quelques uns avant de s'estimer vraiment contente de cette première partie de son travail.

Maintenant, l'argile. Elle se rapprocha du vieil arbre et choisit une zone claire, entre deux racines, afin de commencer à creuser. La terre n'était pas si difficile que cela à extraire mais l'eau se révéla en effet un atout très pratique. Elle utilisa ainsi toute l'eau contenue dans sa gourde, remplit à la fontaine la veille au soir. Puis, elle amena l'argile poignée après poignée jusqu'au tas de bois, prenant soin de le recouvrir sous tous les angles.

Elle n'avait aucune idée du temps passé lorsqu'elle s'estima enfin contente de son œuvre. Elle avait beau être couverte de terre jusqu'aux genoux, sur les bras ainsi qu'une bonne partie du visage, elle sourit en passant sa main sur son front pour en dégager une mèche volage, dessinant un nouveau sillon terreux sur son visage. Enfin, elle retourna auprès de son maitre d'apprentissage.


"- Maintenant que la terre et le bois sont réunis, je n'attends plus que votre 'feu' vert pour continuer."

Il semblait plus silencieux ce matin, comme préoccupé. Aussi, espérait-elle d'une certaine le faire sortir de son mutisme de par sa petite blague mais aussi par sa simple présence. Elle n'irait pas lui demander de but en blanc si quelque chose n'allait pas. Mais elle espérait que ce qui semblait le tracasser n'était rien de sérieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Dim 31 Oct - 10:21

Ourm était resté méditatif tandis qu'Aiedaïl travaillait avec une constante et joyeuse énergie. Lorsqu'elle finit par lui demander son approbation, il lui demanda de le guider jusqu'à l'endroit.

Elle sembla réticente à lui donner la main, mais il insista... Et se retrouva avec une main pleine d'argile ! Cela lui souffla une certaine gaieté, et il imagina l'état de l'elfine selon l'humidité qui semblait se dégager d'elle. Il s'en réjouit beaucoup ; une fois encore, il découvrait tout l'enthousiasme et la motivation qu'elle exprimait.

De toute façon, Ourm, arrivé devant le tas d'Aiedaïl, mit les mains à l'argile, tâtant l'épaisseur et, surtout, appuyant fortement pour vérifier que le bois avait été suffisamment tassé. Enfin il sembla satisfait et se dégagea, humide et plein d'argile lui aussi, bien qu'il n'avait pas atteint le point d'Aiedaïl. Son visage semblait avoir reçu des peintures de guerre tribale, mais à la lumière de ses traits fins et délicats cela ne faisait que la rendre charmante, sauf pour Ourm évidemment qui ne s'était fait une idée de son apparence qu'à partir de sa douce voix.


Il manque quelque chose !

Il rit un peu, mais pas longtemps car Aiedaïl, elle, ne riait pas du tout.

Mais ne t'en fais pas, ça ira. Il manque le trou par lequel on doit amener le feu. Mais je suis très à l'aise avec le feu, on pourra se passer de ce trou, et invoquer directement les flammes. Veux-tu poser tes mains sur l'argile ?

Elle fit comme il le lui demandait, et il chercha à tâtons ses mains pour poser les siennes par dessus. À sa grande surprise, il sentit le feu jaillir à la moitié de son appel. Depuis quand les elfines catalysaient le feu ? Une nouvelle interrogation sur elle...

Rien n'avait été visible, mais à l'intérieur du tas de bois recouvert d'argile, un rugissement grandit. Le feu se répandait avec une très grande force. Cependant, il épuisa l'air disponible aussi rapidement qu'il s'était élevé, et le silence revint.


Bien... Maintenant, il faut attendre. Nous sommes à trois jours de l'activation du bas-fourneau. Trois jours, pendant lesquels nous penserons à ce bois qui se fait lentement charbon, sous la puissance du feu. Nous nous préparerons nous-mêmes. Il faut que tu te dégages des poids de ton âme... Si certains sont trop lourds pour être dissipés, fais-en consciemment abstraction, jusqu'à la fin effective de la forge. Ainsi, ton esprit sera comme l'eau d'une source et chacun de tes actes sera le miroir de cette pureté, qui gagnera le propre coeur de ce que tu forgeras.

Chaque soir à partir de maintenant, nous nous baignerons intégralement dans la rivière de ce lieu, afin que le corps soit le reflet de cette quête. Le premier soir, en nous enduisant d'argile quelques instants avant le bain. À cette heure-là, quel que soit le temps, il y a toujours de nombreux baigneurs à la plage traditionnelle. Si tu veux être tranquille, tu peux me laisser là avec les autres, et t'enfoncer un peu plus loin dans les bois.

Dans deux jours, nous allumerons un feu dans le bas-fourneau, pour l'assécher et commencer la montée en température. Un petit feu de bois tout simple. Et dans trois jours, avant de chercher le charbon, tu te mettras face au vent et tu appellera les esprits de l'Air, afin qu'ils soutiennent et bénissent l'essentiel Soufflet de forge.

Je te le dis, ce sera très émouvant de commencer. C'est comme une naissance. Tout ce que nous faisons est comme la gestation d'un métal de vie et de lumière, et le bas-fourneau est son accouchement. Tu verras... Quand il sera là, et suffisamment refroidi pour que tu puisses le toucher, ce sera comme un être vivant, qui s'offrira à toi pour devenir tes Armes de vie et de lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arbres et dragons   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arbres et dragons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les dragons du Vol Noir
» MTG : Duel Decks: Knights vs. Dragons
» Arbres exotiques [Mod CXL 2011-CXL 2012]
» SUPPRIMER DES ARBRES?
» [Lego] Dragons Universes : Copie des HF signée MegaBloks ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume du Cygne :: Eliandre :: L'Athanëlis Milria-
Sauter vers: