Le royaume du Cygne

La guerre menace toutes les frontières du royaume. Les jours passent et la famille royale semble s'affaiblir. Mais dans l'ombre se cache un autre héritier de la couronne
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arbres et dragons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Lun 1 Nov - 13:46

Lorsqu'il lui demanda de le conduire auprès du tas déjà érigé, elle marqua une légère hésitation. Elle était dans un état relativement lamentable et n'était sur que cela soit une très bonne idée cette fois de la tendre la main. Seulement, il insista et elle n'eut pas le cœur de lui refuser son aide. Aussi se retrouva-t'il avec la main pleine de terre. Tant pis pour lui.

Remarque, à la vue de ce qui suivit, cela n'était pas franchement un souci. En effet, Ourm mit ses mains dans les tas de bois recouvert d'argile, tâtant, fouillant, testant pour s'assure de la quantité suffisante de matières naturelles. Du coup, il se retrouva rapidement dans le même état qu'elle. Si elle avait su, elle ne se serait pas donnée tant de mal pour limiter la présence de terre sur ses propres mains.

Lorsqu'il lui annonça qu'il manquait quelque chose, sa première réaction fut de s'agenouiller au niveau du tas, cherchant à savoir ce qu'elle avait bien pu oublier. Mais tandis que lui riait doucement, elle ne voyait vraiment pas ce qui manquait. Puis, sentant surement son inquiétude à travers ses gestes un peu plus précipités, il la rassura avant de tout lui expliquer. Un trou, elle n'aurait jamais pensé à ça, en effet. Heureusement, elle n'aurait pas à en creuser un maintenant, Ourm sachant assez maitriser le feu pour cela.

Elle obtempéra lorsqu'il lui demanda de poser ses mains au sommet du tas, avant de sentir les siennes se poser dessus. Une étrange chaleur sembla soudain parcourir ses bras et, avant qu'elle n’ait vraiment pu comprendre de quoi il s'agissait, le rugissement sourd des flammes se fit entendre. Enfermé par l'argile formant une sorte de bouclier autour, ces dernières s'éteignirent très vite, une fois l'oxygène emprisonné entièrement consommé.

Une fois le son des flammes définitivement disparu, elle écouta attentivement les nouvelles consignes qu'Ourm se fit une joie de lui prodiguer. Ainsi donc, ils disposaient encore de trois jours avant que le charbon ne soit vraiment prêt. Mais cela ne voulait pas pour autant dire trois jours de repos, loin de là. Dégager les poids de son âme. Elle eut un léger soupir à ces mots. En faire consciemment abstraction si le secret est trop grand. Oui, elle avait l'habitude maintenant. Mais en même temps, celui-ci lui pesait tellement parfois. Cependant, son esprit devant être calme et apaisé, elle ferait abstraction de tout ce qu'il faudrait.

Entre toutes les explications d'Ourm et son activité de la journée, le soir tombait déjà lentement. La tête encore pleine des images que son discours avait fait naitre en elle, elle se releva tranquillement. Bon, vu son état, même si cela ne faisait pas partie de sa quête, un bain aurait de toute façon été prévu très rapidement. Cependant, elle hésitait un peu à laisser Ourm ainsi seul.


"- Si je vous laisse ici le temps d'aller rencontrer l'esprit des eaux et de me purifier le corps et l'esprit, vous me promettez de ne pas faire de bêtise? Comme essayer de rentrer seul ou encore de grimper dans un arbre? Sinon, je vous préviens, je ne pourrais pas me concentrer sur ce que je fais."


Elle rigola doucement, sachant très bien qu'il ne ferait rien de dangereux. Mais le fait de poser des mots sur cette légère inquiétude qui la taraudait l'apaisa un peu. Une fois qu'elle eut sa parole qu'il se ne tenterait rien de stupide, elle s'éloigna un peu, s'enfonçant doucement dans les sous-bois. Le son de l'eau la guida et déjà, elle se trouvait au bord d'une petite rivière à l'onde rapide mais très claire.

Finalement, se couvrir de terre ne fut pas vraiment nécessaire, l'argile s'étant infiltré un peu partout. Elle prit quand même soin de bien s'enduire tout le corps de terre, avant de s'avancer lentement dans l'eau. Fraiche, elle lui arracha un petit frisson avant de laver à sa façon très spécial son corps fatigué par l'effort en même temps que la boue qui recouvrait l'intégralité de son corps. Elle ferma les yeux, oubliant tout l'espace de quelques minutes pour goûter à la paix de l'esprit. Puis, une fois ces ablutions terminées, elle ressortit aussi lentement qu'elle était entrée avant de se rhabiller et de reprendre le chemin en sens inverse.

Il ne lui fallut pas longtemps avant de retrouver Ourm là où elle l'avait laissé en partant. Il semblait rêveur, et moins préoccupé ce qui la rassura. Elle n'eut pas besoin de parler, sachant pertinemment qu'il était déjà au courant de sa présence. Le jour avait continué de décliné mais la nuit n'était pas encore tombée complètement.


"- Si nous y allions à présent? En profitant des derniers rayons de l'astre du jour, nous pourrions rentrer sans avoir à faire attention à nos pas. A moins que j'ai à nouveau oublié quelque chose."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Lun 1 Nov - 17:26

À nouveau l'elfine comprit et assimila toutes ses directions, ce qui fit plaisir au dragon. Elle était appliquée et sensible, et son intelligence était vive ; il ne l'avait pas repris sur quoi que ce soit, et ce ne serait vraisemblablement pas le cas, si ce n'est pour quelques détails sans grande importance.

Quand elle le laissa pour se baigner, cela laissa à Ourm une nouvelle opportunité pour méditer sur les événements et sa jeune élève. Elle s'était inquiétée pour lui et lui avait ravi une promesse : il ne bougerait pas. Sauf évidemment si l'absence d'Aiedaïl dépassait la normale, car il restait assurément le plus inquiet des deux : il n'aurait pas supporté qu'il lui arrive quelque chose. Cependant elle semblait vraiment en harmonie avec les éléments naturels, et il savait qu'il pouvait lui faire confiance.

Il la retrouva avec sérénité. En fait, passé les premiers moments où sa présence le troublait bien plus qu'il ne le laissait paraître, la présence d'Aiedaïl le rassurait maintenant. Une nouvelle étrangeté aux questions qu'il avait décidé de laisser en suspens, car il était bien rare qu'un personne lui inspire cela. Il se sentait d'ailleurs naturellement très docile, et cette attitude lui ressemblait peu, étant plus facilement sauvage et rebelle, et solitaire.


Nous pouvons y aller ! Mais nous pourrons rentrer... sans que TU aies à faire attention à nos pas !

Il rit encore doucement. En fait, il était très joyeux.

Oublié quelque chose ? Je ne pense pas. Je te suivrai jusqu'à ce que tu trouves à demander quelque éclaircissement, mais je crois que je peux te faire confiance pour l'instant.

Ils eurent peu à marcher jusqu'à atteindre le village. Là, Ourm lui demanda de le conduire à la plage publique pour son propre bain. Il insista lourdement pour qu'elle se promène où elle voulait en attendant, car il ne voulait pas attenter à sa liberté au delà de certaines limites.

Il y a toujours des elfes ici, et l'un d'eux me conduira à la maison, n'aie aucune crainte. Si tu es rentrée avant moi, prend toute forme de couvertures ou de coussins qui te plairait pour te faire un nid... enfin un lit... même parmi celles de mon couchage, j'en ai de trop de toute manière. C'est une petite manie chez moi de me faire un nid douillet, dans lequel rêvasser. Évidemment, tu peux aussi aller où bon te semble, je ne t'impose rien.


Une heure s'était écoulée et Ourm, les cheveux mouillés malgré la fraîcheur de la nuit maintenant tombée, était reconduit chez lui. Il chantait un ancien hymne en elfique antique, racontant des épopées oubliées depuis longtemps. Tandis qu'il remontait dans sa hutte, sa voix se fit discrète puis s'éteignit complètement. Il ne savait pas si Aiedaïl était là, mais si c'était le cas, il n'allait certainement pas risquer de la réveiller ou de la surprendre en faisant du bruit.

Demain était une journée paisible où le repos serait accessible. Et très important. Car dans moins deux jours, ils investiraient le bas-fourneau, et dans moins de trois allait commencer la partie la plus physique de la forge de ses armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Ven 5 Nov - 21:23

Tandis qu'ils prenaient le chemin du retour, elle le trouva plus calme, plus serein peut-être que lorsqu'elle s'était absentée. Tant mieux, elle préférait le voir ainsi. Elle esquissa un sourire lorsqu'il prit la peine de préciser qu'il pensait pouvoir lui faire confiance "pour l'instant". De toute façon, ils n'avaient pas trop le choix ni l'un ni l'autre. Lui, par rapport à sa cécité et ses blessures, elle au sujet de la forge et de ce qu'il lui restait à accomplir.

Ils marchèrent d'un pas tranquille et parvinrent au village avant que le crépuscule n'ait fini d'obscurcir le ciel. Une fois arrivés, elle accompagna l'elfe aveugle jusqu'à la plage publique avant de le laisser seul prendre son bain. Elle ne doutait pas que quelqu'un le ramènerait. Tous les visages qu'ils avaient croisés en chemin étaient avenants et plein de respect pour Ourm, révélant le respect qu'il inspirait à cette petite communauté. Aussi, c'est sereine qu'elle s'éloigna.

Elle parcourut les lieux bien plus vite que ce qu'elle n'aurait cru. Finalement, le lieu ressemblait vraiment à une cité miniature. De grandes allées pour porter les chargements d'un bout à l'autre de leur campement, des ruelles pour quelques maisons un peu branlantes servant surtout de stockage pour les produits finis et matériaux bruts ainsi que de nombreuses huttes pour le repos de chacun. Une fontaine au milieu de la grand place. Et quasiment que des hommes.

Cette réflexion ne la frappa que lorsqu'elle prit le chemin du retour vers l'arbre abritant la hutte d'Ourm. Elle n'avait aperçut aucune femme encore. Peut-être étaient-elles absentes des lieux pour une raison précise ou bien simplement invisible à ses yeux, leurs tâches ne leur permettant pas de se rencontrer. C'est sur cette interrogation qu'elle atteignit la hutte de l'elfe blessé.

Ce dernier n'était pas encore rentré mais la nuit, elle, étendait déjà son manteau sombre sur les cimes. Elle prit le temps d'examiner les lieux avant de repérer ce qu'il avait appelé son 'nid'. En effet, c'était bien le terme qui correspondait le mieux à ce qui lui servait de lit. Un amas impressionnant de tissus en touts genres creusé de la taille d'un corps en son centre. Elle sourit avant de dénicher trois couvertures qui trainaient un peu à l'écart.

Elle alla s'installer près de la fenêtre donnant à l'est, afin que les premiers rayons du soleil viennent caresser sa peau avec l'aube. Elle s'adossa au mur, la tête appuyée sur le rebord de la fenêtre, une couverture sous elle, la seconde sur ses jambes et la dernière sur ses épaules. Elle observa un moment les étoiles avant de se sentir happée par la douce langueur du sommeil. Sa tête descendit lentement le long du mur tandis qu'elle se retrouvait en position fœtale, serrant le tissu de la couverture sous elle entre ses doigts, le visage calme.

Après une première nuit blanche de marche suivit d'une seconde passée à voyager parmi la mémoire collective des végétaux de la forêt d'Eliandre, celle-ci ne serait donc offerte qu'au repos. Même si son esprit était en pleine ébullition depuis son arrivée, elle laissa son corps prendre le dessus et s'offrir le repos qu'il méritait amplement. Aussi, elle n'entendit pas Ourm rentrer, un simple appel d'air lorsqu'il ouvrit la porte la faisant frisonner un instant dans son sommeil. Ce dut à peine si un léger gémissement franchit ses lèvres, signalant ainsi inconsciemment sa présence au nouvel arrivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 6 Nov - 14:05

Une très douce respiration avertit le dragon qu'Aiedaïl était bien présente, et dans les bras de ses songes. Avec des précautions infinies, il gagna son couchage sans bruit. Comme il n'y voyait guère, mais qu'il se serait reproché durement de causer un réveil en sursaut à l'elfine qui n'avait déjà que trop peu dormi, il mit un temps considérable à y arriver, dans toute sa volonté de ne rien renverser et de ne trébucher sur rien. Le pire ayant été de trébucher sur elle ! Mais elle semblait s'être mise sagement à l'écart. Toutes ces émotions contraignirent Ourm a faire ce qu'il faisait très peu depuis son millième anniversaire : dormir.

La présence d'Aidaïl eut par ailleurs un effet inattendu, car il dormit à ce point apaisé qu'il ne se réveilla pas le premier... Or, Ourm sentait toujours les autres revenir pour les précéder dans l'éveil. C'est pourquoi il se réveilla très surpris en sentant une présence à ses côtés, toute réveillée, en tous cas bien plus que lui.


Oh, heu, oui, hem ?

Rassemblant ses esprits le plus rapidement possible, il continua :

Bien sûr que je t'accompagne... Enfin, je te suis.

Il ne vit pas le gracieux sourire qui illuminait le visage de l'elfine, amusée par l'air un peu perdu et embarrassé d'Ourm. C'était heureusement tant mieux, car il était probable que si le dragon avait été dans ses capacités normales, il n'aurait su résister à plonger dans le doux regard d'Aiedaïl, porteur d'une flamme qu'il n'avait presque plus eu l'espérance d'imaginer depuis d'innombrables années... Et si Ourm découvrait pleinement Aiedaïl, il aurait été à craindre qu'il ne réussisse plus du tout à être son professeur.

Ainsi pourtant, les journées s'écoulèrent selon les mêmes coutumes et les mêmes habitudes, Aiedaïl prenant soin de son travail, et d'Ourm, et Ourm prenant soin d'Aiedaïl, et de son travail. Il y eut peu à faire le deuxième jour, qui fut plutôt sous le signe du nettoyage du corps et de l'esprit et de l'osmose avec les éléments naturels qui allaient servir la forge. Le troisième jour, ils investirent une salle de forge et allumèrent un petit feu dans le bas-fourneau. Ils restèrent le soir dans la salle, veillant sur cette flambée. Le minerai attendait sagement à leurs côtés. Le lendemain, ils allaient chercher l'eau, et le charbon...


Si tu veux dormir n'hésite pas ! Je te réveillerai si je sens qu'il faut ranimer le feu. Tu te sens toute prête ? Demain est le grand jour, l'alchimie de ton métal ! Cela demandera toute la journée, puis toute la nuit pour refroidir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 6 Nov - 14:49

Les premières lueurs de l'aube vinrent doucement jouer sur son visage. Elle sourit dans son sommeil avant que la légère sensation de chaleur familière ne la fasse doucement ouvrir les yeux. Comme toujours, elle s'éveillait avec le soleil. Une habitude ancrée profondément à présent. Elle s'assit doucement et s'étira avant de se lever et de contempler le jour se lever sur les cimes. Elle laissa ses yeux se perdre un instant dans les hauteurs avant de revenir à la petite hutte.

Ourm dormait à poing fermé dans son immense lit de couverture. Le voir comme ça la fit sourire. Franchement, elle n'y aurait pas cru sans le voir. En même temps, il semblait tellement paisible. Ce dernier se réveilla tandis qu'elle l'observait en silence. Elle n'eut même pas à lui demander s'il voulait venir avec elle voir ou en était la création du charbon que déjà il lui répondait, prêt à partir.

Une fois présentable, ce qui prit un peu de temps pour l'elfe aveugle, ils sortirent tranquillement pour se rendre vers le lieu de combustion du bois enfermé sous la glaise. Une fois certains de la bonne avancée de la préparation de charbon, elle passa le reste de la matinée à apaiser son esprit auprès des forces de Dame Nature. Elle passa ensuite l'après-midi à observer consciencieusement les gestes des forgerons avant de consacrée sa soirée à sa purification physique et spirituelle.

Le lendemain, ils allumèrent le bas-fourneau. Lentement, ils le firent monter en température, veillant à ne pas brusquer les flammes ni la chaleur, ce qui leur prit la journée. Le soir, après un dernier bain purificateur, ils veillèrent sur l'âtre en devisant un peu, l'ambiance nocturne pour compagne. Ourm s'inquiétant à nouveau de son sommeil, elle le rassura doucement.


"- Je ne suis pas fatiguée pour le moment, et je vous fais confiance pour me réveiller si jamais je venais à m'endormir. Sinon, je ne sais pas si 'prête' est le terme exact. J'ai hâte, autant que je suis inquiète. Je ne pensais pas que tellement d'éléments entraient en ligne de compte. Alors, je préfère me concentrer sur des choses dont je suis sûre. Le minerai rapporté, le fourneau allumé... et la nuit, calme et sereine."

Elle laissa son regard voyager des étoiles aux flammes, des briques du fourneau aux arbres proches. Elle savait qu'elle n'aurait pas besoin de dormir cette nuit, bercée par les rythmes mêlés de la forge et de la nuit.

Enfin, au petit matin, ils délaissèrent le bas fourneau. Il ne leur fallut pas longtemps pour récupérer le charbon à l'odeur enivrante ainsi que l'eau, douce et claire, nécessaire à leur travail. Ils déposèrent le tout à côté du sac remplit de sable qu'ils avaient déjà amenés la veille. Maintenant, le vrai travail commençait. Aiedaïl retroussa ses manches et posa ses poings sur ses hanches en englobant toute la scène du regard.


"- Je crois qu'il est temps de se mettre à l'œuvre, à présent."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 6 Nov - 17:33

La nuit s'était écoulée avec beaucoup de grâce, sous les étoiles et le discret murmure du crépitement du feu à l'intérieur du bas-fourneau. Ourm avait même ri un peu, s'excusant envers Aiedaïl de ne pas lui avoir tout raconté avant de la lancer sur une telle aventure, mais l'elfine avait ri aussi et assuré que c'était parfait ainsi. Ourm ne pouvait bien entendu s'en assurer complètement, mais il lui semblait qu'elle n'avait effectivement pas fermé l'oeil de la nuit. Sans doute une certaine excitation avait gagné son coeur, à la pensée de ce qui les attendait.

La nuit avait en tous les cas passé très vite, rythmée par des moments de silence ou de douce discussion, presque chuchotant comme s'ils craignaient de déranger les esprits du lieu. Par ailleurs, c'est sur ce sujet-là qu'ils engagèrent la plupart de leurs discussions. Aiedaïl ne parla pas beaucoup, mais écouta avec attention les histoires qu'Ourm connaissait sur les esprits des quatre éléments. Il avait une tendresse particulière pour les esprits de l'eau, et il parlait des esprits du feu comme s'il en était un lui-même. Lorsque l'aube survint, ils étaient tous les deux pensifs mais Ourm davantage.

Il leur fallut moins de la moitié de la matinée pour rapporter les deux éléments manquants ; Aiedaïl pétillait comme une eau de source et ne semblait jamais fatiguée. Ils en avaient à peine fini qu'elle se déclara fine prête pour la suite des événements.

Ourm sourit et tendit calmement les mains vers elle, demeurant silencieux jusqu'à ce qu'elle les lui saisisse.


Éteins le feu avec respect. Nettoie soigneusement le bas-fourneau, sans te brûler toutefois. Ferme l'ouverture du bas avec les briques, et joints-les avec de la terre mêlée à un peu de l'eau que nous avons ramenée. Par l'ouverture du haut, mets un peu de charbon réduits en tous petits morceaux avec un marteau de bronze, un tout petit peu de minerai, un peu de charbon, un tout petit peu de minerai... Jusqu'à mettre tout le minerai. Il doit rester relativement beaucoup de charbon ; nous en aurons besoin ensuite pour forger proprement dit. Enfin ferme l'ouverture du haut... Et nous referons la même manipulation de feu que pour le charbon ! Il faudra ensuite faire marcher le soufflet connecté au bas-fourneau... jusqu'au soir. Mais je prendrai ta relève dès que tu seras fatiguée.

Il sourit à nouveau

La nuit venue... Je t'obligerai à dormir s'il le faut ! Mais je pense que je n'aurai pas besoin de te prier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 6 Nov - 19:09

Elle écouta attentivement tout ce qu'elle devait faire, prenant soin de noter dans un coin de sa tête l'ordre exact de chaque manipulation. Cela ne représentait une somme de travail faramineuse, mais la quantité de petites choses à faire avant d'en avoir terminé était, elle, assez impressionnante. Mais il en faudrait plus pour la décourager. La dernière remarque de l'elfe lui tira un léger rire avant qu'elle ne se mette réellement au travail.

Alors, tout d'abord, éteindre le feu. Plutôt que de l'étouffer sous la cendre, elle trouva plus respectueux de limiter lentement la quantité d'air l'alimentant jusqu'à ce qu'il s'éteigne de lui-même. Cela lui prit un peu de temps, mais cette manière de faire lui semblait la plus appropriée. Une fois les dernières braises éteintes, elle nettoya avec soin le bas fourneau avant de commencer à en sceller l'ouverture avec les briques.

La terre qu'elle humidifiait du bout des doigts trouvait parfaitement sa place et créait des joints quasi parfait. Elle parvenait à avancer à bon rythme, posant une brique, couvrant ses bords de terre humide avant de déposer une nouvelle pierre et ainsi de suite. Une fois cette étape terminée, elle se releva et ramena près d'elle charbon de bois et sable fin.

Pour les premières poignées, elle prit le temps de bien les doser, avant que les suivantes deviennent plus mécaniques. Réduire trois poignées de charbon en tous petits morceaux, les mettre dans l'ouverture puis faire de même avec une poignée de minerai. Et comme l'avait prédit Ourm, il restait encore une bonne quantité de charbon de bois une fois le minerai épuisé.

Enfin, elle ferma l'ouverture supérieure du fourneau. Elle se passa une main sur le visage avant d'observer le fourneau enfin prêt. Bon, maintenant, il restait à reproduire la même manipulation que pour le charbon, à savoir éveiller le feu sans même manipuler de flammes. Elle était curieuse de recommencer, sachant cette fois à quoi s'attendre.


"- Pour cette partie, je vais avoir besoin de votre aide. Je ne maitrise pas le feu comme il semble faire partie de vous."

Oups, ce genre de réflexion ne se dit pas. En même temps, elle n'avait absolument pas prévu de parler de cette impression qu'elle avait eu à son contact. Aussi, elle fit comme si de rien n'était tandis qu'ils allumaient le bas-fourneau par le simple contact de leurs mains sur les briques.

C'est là qu'elle découvrit la partie la plus physique de la forge. Le soufflet. Il avait des allures d'énorme instrument de torture, bien que n'étant en rien menaçant. Cependant, il mit rapidement son endurance à rude épreuve. Le soufflet en lui-même n'était pas si lourd, mais le fait de répéter des heures durant, inlassablement, le même mouvement finissait par fatiguer bien plus qu'un effort court mais intense.

Aiedaïl avait ôté sa cape et tirait depuis de longues heures déjà sur le soufflet. L'après-midi était à présent bien avancé même si la nuit ne viendrait pas avant d'autres longues heures de dur labeur. Elle comprenait mieux la remarque que lui avait fait l'elfe à propos du sommeil. En effet, elle ne risquait pas d'en manquer ce soir.


"- Eh bien.... Les forgerons.... sont des gens.... vraiment infatigable..... C'est que ça.... commence à peser.... pour de l'air.... Nahastou!!"

Manquant de lâcher la chaine du soufflet, elle avait laissée échapper un juron. Heureusement, elle la rattrapa de justesse et reprit son mouvement, en respirant de plus en plus fort sous l'effort. Assez fière, elle ne se résolvait pas à ce qu'Ourm prenne sa relève, surtout dans son état. Pourtant, elle devait bien admettre qu'elle commençait sérieusement à fatiguer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Sam 6 Nov - 21:34

L'elfine se mit à la tâche sans attendre, mais Ourm, attentif autant qu'il le pouvait, dévoila vite qu'elle était efficace et enthousiaste mais pas précipité et impatiente. Le seul temps qu'elle avait pris à éteindre le feu pouvait le lui confirmer. S'il avait été dans ses capacités normales, apte à la guider au mieux, il aurait dit qu'il avait là une élève remarquable. Mais en son état, il lui fallait plutôt penser qu'il avait une élève exceptionnelle. Après tout, il avait en quelque sorte un excellent prétexte à l'affection et à l'attirance qu'elle lui inspirait. À tout le moins, il pouvait s'en excuser en remettant sur ses talents l'attention qu'il lui dédiait.

Il fut surpris de sa remarque à propos du feu, et ne sut s'empêcher de le laisser paraître. Il essaya d'y répondre, mais n'y réussit guère... Que pouvait-il dire ? Il ne pouvait ni lui confirmer que le feu faisait partie de lui, même sous sa forme elfique, et ne pouvait pas non plus mentir en disant que le feu n'était pas pour lui ce qu'elle croyait. Tout à ses réflexions, il en oublia l'invocation de feu, mais l'invocation marcha malgré tout, ses mains en contact avec celles d'Aiedaïl, cette fois-ci comme si le feu venait d'elle. Elle allait penser que c'était lui... Mais il ne devait pas lui donner son impression. Trop avait déjà été dit... Il ne savait pas d'où elle venait mais, si elle dévoilait sa nature draconique, il était à craindre qu'elle ait eu une éducation très réprobatrice des dragons, comme la très grande majorité des elfes... Quel coup se serait pour lui, si elle lui reprochait sa nature ! Ce n'était déjà pas facile en soi, alors venant en plus d'une personne qu'il appréciait tant...

Ourm était ainsi reparti dans ses songes. Aiedaïl, qui avait beaucoup à faire, le remarqua sans doute moins, mais il finit par oublier tout ceci et revenir plus concrètement à l'instant présent. En vérité, il était étonné de savoir son élève depuis si longtemps au soufflet... Même pour un elfe en bonne forme, il était rare de ne pas chercher le relais. Pour une elfine... Déjà la forge était une affaire très masculine, mais il n'avait vraiment jamais découvert une telle endurance chez une elfine... D'où lui venait sa force ? Le bruit lent et régulier du soufflet lui prouvait pourtant que l'air n'était pas en reste.

Elle finit par protester, et montrer par le ton de sa voix que si le souffle ne manquait pas au bas-fourneau, il commençait à lui manquer à elle. Elle ne demandait pourtant aucune aide. Il s'apprêta à lui jouer un de ses tours, poser sa main innocemment sur son épaule, et lui transférer un peu de sa force par magie. Il s'apprêta à le faire, mais s'arrêta net, trébucha et manqua tomber à la renverse.

Il s'appuya contre le mur, comme s'il avait été frappé par quelque massue invisible. Aiedaïl ne pouvait laisser là son soufflet et devait se contenter de le regarder, se demandant ce qui pouvait bien se passer. Elle voyait Ourm trembler légèrement, pour la toute première fois.

Il n'avait pas entendu de draconique depuis trois mille sept cent vingt ans, et surtout, il n'avait jamais entendu de draconique chez un autre représentant de la race des Dragons.

Il se mit pourtant à respirer de nouveau, et à reprendre contenance. Sa raison revenait, et lui disait que tout ce qui lui était arrivé ces derniers temps commençait à avoir raison de son jugement. Il avait cru entendre du draconique, mais ce ne pouvait être le cas. D'ailleurs, il n'y avait pas d'accent draconique. Même un dragon d'avant-poste perdu l'aurait prononcé mieux que cela.


Pardon, j'ai eu un vertige imprévu... C'est ma tête qui me lance parfois, à cause de mes yeux. Rien de grave, je suis désolé.

Il resta silencieux un instant, mais ne réussit pas à contenir sa question. S'il ne le faisait pas, il allait y penser sans cesse...

Tu as dit, tout à l'heure... ? Na... hem. Na Astu ?!

Il n'avait pu s'empêcher de le prononcer à la draconique pour sa part, avec des sons roulants et vibrants. Il le regretta juste après, en même temps qu'il ressentait de la joie au coeur à avoir ainsi exprimé le langage de ses ancêtres.

Rien dans son attitude ne laissait supposer qu'il attendait pourtant une réponse. Dire ces mots l'avaient étonnamment apaisé, et il souriait un peu. Quand il était triste et seul, il chantait toujours du draconique, et cela réveillait toujours sa joie. Comme si de rien n'était, il posa sa main sur l'épaule d'Aiedaïl et invoqua la magie qu'il avait précédemment voulu. Elle n'allait rien sentir et probablement pas faire un rapprochement clair, mais en théorie, son essoufflement devait s'apaiser, et ses bras retrouver une nouvelle force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Dim 7 Nov - 10:29

Lorsqu'Ourm trébucha et manqua de tomber, la jeune elfe eut une grande seconde d'hésitation. Elle hésitait à tout lâcher maintenant, mais elle ne pouvait se résoudre à ne rien faire. Elle allait venir à son aide lorsqu'il se redressa et s'excusa de cette frayeur. Le voir trembler ainsi l'inquiétait un peu mais il lui assurait que tout allait bien. Alors, elle se remit à l'ouvrage.

Le rythme du soufflet avait légèrement baissé, aussi reprendre son rythme de croisière lui demanda quelques efforts mais elle y parvint. Elle ne quitta cependant pas Ourm du regard. Il semblait en effet reprendre des couleurs et se sentir mieux, donc elle accepta son histoire de vertige sans faire de commentaires. Par contre, la question de l'elfe à propos de ses dernière paroles li arrachèrent un sourire un peu gêné.


"- Oh! Ça? Je suis désolée, ça m'a échappé. C'est une expression qu'utilisait souvent mon père lorsque j'étais plus jeune et que quelque chose lui déplaisait. Par la force des choses, j'ai fini par le répéter moi aussi. Le fait que ça ne ressemble pas à une langue connue me le rendait sympathique.
Par contre, votre façon de le prononcer vraiment magnifique. On dirait une chanson en un seul mot."


Elle sentit sa main sur son épaule, pour la rassurer sans doute sur son état. Elle se sentait un peu gênée d'avoir eu recours à ce mot d'argot, complètement inapproprié à la situation. Elle espérait seulement ne pas l'avoir choqué par ses paroles.

Tandis qu'elle se concentrait sur ses pensées, elle eut l'impression de se sentir un peu reposée, comme si son corps se retrouvait doucement lavé de sa fatigue. Ses bras redevinrent plus léger et par le même coup son souffle plus régulier et son esprit plus clair. Elle continua donc ainsi à actionner le soufflet jusqu'à ce que la nuit tombe enfin sur la forêt d'Eliandre.

Lentement, elle réduisit le rythme avant de s'arrêter complètement, laissant ainsi le bas-fourneau s'éteindre de lui-même en consomment les dernière particules d'oxygènes prisonnières à l'intérieur. La fatigue était revenue et ses bras lui semblaient peser étrangement lourd. Elle comprenait mieux l'absence de femme dans cette catégorie de métier.

Elle vint alors s'asseoir aux côtés de l'elfe blessé, reprenant tranquillement son souffle et épongeant la sueur qui perlait de son front. Pfff, elle était bien contente que cette partie soit terminée. Si cela ressemblait à un accouchement, eh bien, pour le coup, elle n'était pas pressée d'en vivre un vrai.


"- Voilà une bonne chose de fait. Je crois avoir gagné ma nuit de sommeil. Vous aviez raison, vous n'aurez pas à me prier ce soir pour prendre du repos."

Déjà ses yeux se fermaient tandis qu'elle parlait. Elle s'assit une jambe sous elle, l'autre repliée et tenue par ses bras, la tête posée contre le pan de mur. Elle ne sentit pas Morphée l'emporter mais son souffle régulier profond prouvait, s'il le fallait, qu'elle était bel et bien déjà partie au pays des songes. Elle parvint juste à murmurer, d'une voix plus qu'ensommeillée.

"- Bonne....nuit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Dim 7 Nov - 14:36

Voudrais-tu redire ce Nahastou pour moi ?

La demande pouvait paraître particulièrement inhabituelle, mais Ourm était un dragon spontané, et il ne parvenait pas à se défaire de la flamme qui était apparue dans son coeur quand il avait entendu Nahastou de la voix de la jeune elfe. Cela avait réveillé un sentiment qui semblait rayonner dans toute sa poitrine, et un désir presque incontrôlable de faire résonner ces sons...

Face à la réponse plus précise d'Aiedaïl, il n'avait réussi qu'à rester sans voix. Il se refusait à poser des questions trop précises, comme il se serait refusé à répondre sur son propre passé ou sa propre enfance. Quoi qu'il en soit, le compliment sur sa prononciation du draconique lui suffisait, et fut un prétexte suffisant pour chanter à son attention en draconique, ce qu'il ne faisait pourtant jamais pour personne. Ses mots furent, cette fois-ci, très doux, presque un murmure, qui suivait une mélodie lancinante et un peu mélancolique.


Anum drakan nim
Nim drakan umin
Drakan drakan traret ?
Traret namu Drakanet ?
Nim astar irulenor
Arunaru nim liulenor
Nim arunaru ilimanam
Nem nim alinanam
Atran nistaram uranam
Uranam na Drakan
Uranam na Drakani...
Nim anumaru nani
Atran drakani nani
Nim anumaru nani
Atran namu nani...


Lorsque la nuit fut venue, le soufflet arrêté et le bas-fourneau en doux refroidissement, la jeune elfe ne fut pas longue à plonger dans le sommeil. Sa respiration trahissait la profondeur toute particulière de ses songes. Ourm n'avait pourtant pas l'intention de dormir. Il se dirigea vers le bas-fourneau, déposa ses habits à un endroit où il était certain de tous les retrouver, et se dirigea vers Aiedaïl sous sa forme bien aimée de pégase. Cette forme animale, en plus de dégager un charisme rassurant et apaisant qui ne pouvait ni effrayer ni même réveiller la jeune elfe, lui accordait une sensibilité plus élevée encore qu'à la moyenne elfique. À l'odeur et au son, il savait presque exactement où elle se trouvait et en quelle position. Il se coucha à ses côtés, une aile étendue vers elle.

Avant l'aurore, il se hâta de regagner le bas-fourneau qui indiquait l'emplacement de ses habits, et reprit une forme qui convenait pour s'en vêtir. Il réussit avec la grâce d'un manche à balai, mais réussit tout de même, et s'assit en tailleurs en face du bas-fourneau, dans l'attente que l'elfine se lève.

Il fallait désormais desceller les pierres du bas pour dégager la base, où un bloc de métal encore brûlant attendait le premier rayon de lumière... et sa forgeronne. Allait-elle avoir la force de le dégager ? Il ne le savait pas encore. Mais il la devinait têtue, et même si cela allait lui prendre plus de temps, elle allait vraisemblablement y arriver, et prendre possession toute seule de la propre matière de sa forge...



/HJ/ : Traduction du chant de marche d'Ourm, que personne en théorie n'est sensé comprendre hormis les vieux dragons :

Un noble dragon je suis
Je suis un dragon blanc
Dragon dragon êtes-vous ?
Êtes-vous, enfants des Dragons ?
Je suis un grand cheval ailé
Je possède des ailes
Je possède la liberté
Mais je suis faible
Pour avoir perdu mon coeur
Le coeur de dragon
Le coeur de dragonne
Je ne suis plus protecteur
Car les dragonnes ne sont plus
Je ne suis plus protecteur
Car l'enfant du dragon n'est plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Dim 7 Nov - 16:04

Tandis qu'elle dormait cette nuit là, les paroles de la chanson que lui avait chantée Ourm un peu plus tôt résonnèrent de façon étrange dans son esprit. Il n'y avait pas prêté grande attention au moment il avait chanté, ce contentant d'apprécié la douceur des sons et la voix tranquille de l'elfe qui semblait faire descendre cette musique directement des cieux. Mais la nuit est propice aux voyages de l'esprit et le sien, jeune et intrépide, parti à la rencontre de ces mots étranges et pourtant si doux.

Des images se formèrent derrière ses paupières closes, des cieux clairs et sans nuages, une sensation de liberté intense. Et des battements d'ailes. Pourraient-ils être les siens? Elle se voyait voler. Cela faisait des années qu'elle n'avait plus rêvé de cela. Pourtant, ce soir, son âme ne réclamait que cela. Alors, elle la laissa traverser les étendues imaginaires de ses songes qui se déroulaient sur fond de mots énigmatiques résonnant en échos dans ses pensées.

Le soleil finit doucement par remplacer la lune dans la voute céleste, sonnant la fin de onirisme et le retour à la terre ferme pour un esprit encore un peu volage. Bien que reposée, Aiedaïl dut bien avouée que si elle avait pu, elle aurait bien dormi encore un peu, son corps un peu courbaturé des efforts fournis la veille. Mais c'est sans se plaindre qu'elle ouvrit les yeux et se réveilla doucement avant de se remettre au travail.

Et le premier qui l'attendait ne fut pas celui auquel elle pensait. En voyant l'allure d'Ourm au matin, elle sourit avant de venir l'aider à se faire plus présentable. Comment avait-il fait pour les mettre dans cet état? Une fois ce dernier redevenu plus présentable, elle s'enquit des tâches à accomplir.

Desceller les briques n'était pas la partie la plus compliqué. Avec un bon coup de marteau dans les briques soumises à des températures extrêmes et passant du chaud au froid, il fut aisé de faire sauter le mortier les joignant les unes aux autres. Elle récupéra et mis dans un coin toutes les briques encore utilisables, la plupart avant de s'attaquer à la partie la plus compliquée.

Elle observa le bas-fourneau et le bloc de métal neuf encore fumant qu'elle devait en extraire. Une idée germa dans son esprit sans trop savoir si elle serait applicable. Mais qui ne tente rien n'a rien. Elle rouvrit donc la partie supérieure du fourneau. D'en haut, elle aspergea, très peu d'abord, puis à allure plus rapide, le bloc afin de le faire refroidir. Régulièrement, elle s'interrompait avant de vérifier sa chaleur en avançant la main. Enfin, lorsqu'elle put le toucher sans se bruler, Elle fit glisser derrière via l'ouverture supérieure un morceau de corde épaisse liée à deux bâtons solides. Récupérant les deux morceaux de bois, elle tira de façon à faire sortir le bloc de son trou.

L'opération lui prit une bonne partie de la matinée. Malgré sa fatigue, elle était ravie de ce qu'elle avait déjà réussit à faire. Elle regarda le bloc de plus près. Étrangement égal, d'une teinte foncé, unie et profonde, il semblait dégager une certaine chaleur malgré le fait que le métal soit froid.


"- Et voilà notre matière première. Un beau bébé d'un poids plus que respectable."


Lui qui aimait utilisé l'image de l'accouchement, eh bien là, il serait servi.



Dernière édition par Aiedaïl Lullaby le Jeu 11 Nov - 9:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ourm

avatar

Masculin Age : 35
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Mar 9 Nov - 10:19

Puis-je le prendre ?

Le dragon avait parlé comme s'il s'était agi d'un être vivant, et était hésitant comme si Aiedaïl en était la mère, elle qui l'avait fait émerger seule comme il l'avait prévu. En vérité, cela faisait assez longtemps qu'une femme, jeune de surcroît, avait montré autant de force et de courage. Arriver simplement à ce stade était déjà un bel accomplissement.

Elle lui permit de le prendre, d'autant qu'elle ne devait pas être très pressée de le reprendre elle-même. En plus du poids surprenant, le bloc de métal était très irrégulier et d'innombrables picots rentraient dans la chair. Ourm le tint avec respect et tâta toute sa surface, le retournant dans tous les sens comme s'il espérait en dévoiler la forme exacte. Ses mains suivaient les sillons et les cristallisations qui faisait du bloc tout un monde. Un être unique, qui allait forger des armes uniques – comme tout être vivant sur la Terre.

Il posa doucement le métal et se redressa, avec la majesté retrouvée qu'il devait à Aiedaïl pour avoir rendu l'aveugle plus présentable. Il s'adressa à l'elfe avec douceur et respect, comme si elle avait accompli une grande tâche.


Repose-toi, belle enfant. D'ailleurs, il ne faut pas brusquer les choses. Les premières heures du nouveau né sont sacrées et on ne saurait le placer sans trêve dans le feu de l'action.

C'est à toi de choisir ton moment. Alors, nous attiserons le fourneau avec notre charbon. C'est moi qui serai au soufflet pour cette fois. Le métal devra être chauffé à nouveau... Tu observeras attentivement la succession des couleurs, de plus en plus brillantes... Tu dois le retirer au jaune éclatant. Attention, c'est très important. Si tu l'oublie, il finira par la couleur de la lumière et deviendra blanc. Ce serait irréparable, car tu l'aurais abîmé.

Après l'art du soufflet, voici venu l'art de l'enclume... Le poids du fer, après le poids de l'air !


Une légère inquiétude parut toutefois sur son visage

Mais je te le demande... Prends soin de toi et ne présume pas de tes forces. Nous prendrons le temps qu'il faudra, aucune hâte n'est nécessaire. Certaines armes exceptionnelles demandent des années de forge !

Il rit

Mais ne t'en fais pas ! Notre travail ne demandera que quelques semaines encore.

Puis, reprenant ses instructions

Il te faudra choisir ton marteau, selon le poids qui te conviendra. Frappe ton métal rougeoyant, jusqu'à le sentir de nouveau trop dur et de couleur rouge sombre... Alors remets-le à la forge et demande-moi d'activer à nouveau le soufflet. Pas question que tu le fasses toi-même : détends tes bras et laisse-les se remettre de leur effort durant la montée en température, puis recommence. Et ainsi de suite.

Sois très attentive à tes pensées et à ton intention. Ici se révèle plus encore la démarche de purification que nous avons suivie. Car tu vas affiner ton métal... À chaque coup de marteau, tu feras ce métal tien. Chaque impulsion, chaque choc, que tu dois donner avec force mais en même temps douceur, amour et respect, construira la matière de tes futures armes.

En cet affinage, tu découvriras que le bloc va devenir lingot.

Une nouvelle pause est alors à prévoir.

Puis du lingot, tu vas obtenir un feuillet.

Et là, nous passerons à une nouvelle étape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souryami.eklablog.fr/
Aiedaïl Lullaby

avatar

Féminin Age : 30
Messages : 49
Date d'inscription : 02/10/2010


MessageSujet: Re: Arbres et dragons   Jeu 11 Nov - 10:33

Lorsque l'elfe lui demanda s'il pouvait toucher le bloc de métal tout juste sorti du fourneau, elle accepta avec, peut-être, une pointe d'inquiétude. Le poids imposant du bloc ne risquait-il pas de réveiller chez Ourm certaines de ses blessures récentes et non encore parfaitement cicatrisées? Cependant, elle se calma bien vite, l'elfe parfaitement conscient de ce qu'il faisait.

Elle l'observa avec attention tâter le métal, le tourner et le retourner dans ses bras comme pour en prendre le pouls où en extraire un secret bien caché. Il prit le temps de le parcourir en long, en large et en travers, ses mains semblant prendre s'animer toutes seules en révélant les multiples petites imperfections naturelles constituant cette matière brute.

Au bout de longues minutes d'une inspection silencieuse, Ourm reposa le bloc de métal au sol avec douceur avant de se tourner à nouveau vers Aiedaïl. Il prit alors le temps de lui expliquer dans le détail comment allait se dérouler la forge en elle-même. Elle l'écouta avec attention, réfléchissant déjà aux pensées et aux intentions qu'elle souhaiterait enfermée dans le métal encore brulant.

Elle fut surprise d'apprendre que certaines armes réclamaient des années de forges avant d'êtres enfin prêtes. Une question lui traversa l'esprit, qu'elle n'osa cependant pas formuler. Parlait-il des
Armes de L'Aube? Elle préféra chasser cette idée de son esprit avant de s'accorder le repos qu'il lui conseillait et qu'elle était heureuse d'accueillir. Elle ne chercherait pas à prévoir le moment où elle se remettrait au travail. Ce dernier viendrait à elle, comme une évidence.

En attendant, elle profita de se temps de repos pour sortir de la forge et se rendre à la rivière la plus proche. Après tout ces efforts, elle avait besoin de fraicheur et il n'y avait rien de tel pour cela que l'eau de source. Une fois son bain terminé, elle revint sur ces pas, plus calme et l'esprit apaisé. Elle s'assit à l'entrée de la forge, le visage tendu vers les rayons du soleil et le dos droit. Ainsi, elle laissa son esprit vagabonder librement, somnolent légèrement avant de se réveiller bel et bien à la tombée de la nuit.

Elle entra dans la forge et, regardant le bloc de métal gisant prêt du fourneau, un léger sourire naquit sur ses lèvres. Le moment était venu. Elle alla donc choisir un marteau, assez épais mais remplissant bien sa main avant de revenir préparer le fourneau. Une fois le charbon en place, elle se tourna vers Ourm qui, silencieux, avait forcément suivi toute sa préparation.


"- Je crois qu'il est temps pour moi de me mettre à l'ouvrage."


Pas besoin de long discours, ces quelques paroles suffisaient. Elle aida l'elfe à se rendre jusqu'au soufflet et, une fois le fourneau activé et chaud, plaça le bloc en son sein. Elle observa avec attention le métal changer de couleur, s'éclaircissant en montant en température avant d'atteindre un puissant jaune vif. Elle le retira alors et commença le véritable travail du fer, attentive à la musique du fer et du marteau.

Elle n'avait pas besoin de guider ses pensées. Elle savait ce qu'elle voulait et ses dernières coulaient dans ses veines comme une source vers la mer. Chaque fois que le métal devenait trop froid, elle le remettait à chauffer. Une fois de le bonne couleur, elle recommençait à le marteler avec énergie et précision. Peu à peu, ce lingot dont lui avait parler Ourm émergea sous ses yeux.

Elle avait perdue toute notion de temps, seulement concentrée sur son ouvrage lorsque ce dernier toucha à sa fin. Enfin, cette partie, plus précisément. Il faisait toujours nuit dehors, mais moins sombre, l'aurore arrivant à grands pas. Mais il avait tout aussi bien pu se passer quelques heures que plusieurs jours. Et elle doutait d'être arrivée à ce résultat en moins d'une nuit. Fatiguée et en âge, elle laissa cette fois le lingot reposer sur l'enclume et devenir parfaitement froid. Elle l'observa, plutôt satisfaite du résultat.


"- Bon, la première étape est terminée. Maintenant, je pense qu'un peu de repos ne serait pas de trop. Je ne me suis que rarement sentie épuisée de la sorte. Que diriez-vous de lâcher ce soufflet et de vous reposer aussi?"

Pour l'instant, encore dans le feu de l'action, elle tenait le coup. Mais elle sentait la fatigue s'insinuer doucement en elle. Oui, elle avait grand besoin de dormir et de manger quelque chose. Elle commença par boire. Beaucoup, mais en se forçant à ne pas aller trop vite, se sentant soudain étrangement déshydrater. Comme si elle avait mit entre parenthèse ses propres besoins durant toute la durée de la forge.

Le fait de manger lui fit le plus grand bien. Son corps avait brulé beaucoup d'énergie et cet apport extérieur était le bienvenue. Elle se laissa même aller à un peu de gourmandise. Enfin, une fois que son corps eut obtenu ce qu'il désirait, ce fut à son esprit de réclamer sa part de repos. Le sommeil vint la prendre rapidement, sans qu'elle ne le sente arriver. Mais ce dernier fut le bienvenue.

Elle dormit d'un sommeil profond et sans rêves, reposant et paisible. Elle se réveilla en pleine nuit, après avoir dormi presque une journée complète. Elle chercha Ourm du regard, un peu désolée de l'avoir ainsi abandonnée. Même si elle était persuadée qu'il comprendrait, elle espérait qu'il n'ait pas eu besoin d'aide durant son 'absence'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arbres et dragons   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arbres et dragons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les dragons du Vol Noir
» MTG : Duel Decks: Knights vs. Dragons
» Arbres exotiques [Mod CXL 2011-CXL 2012]
» SUPPRIMER DES ARBRES?
» [Lego] Dragons Universes : Copie des HF signée MegaBloks ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume du Cygne :: Eliandre :: L'Athanëlis Milria-
Sauter vers: