Le royaume du Cygne

La guerre menace toutes les frontières du royaume. Les jours passent et la famille royale semble s'affaiblir. Mais dans l'ombre se cache un autre héritier de la couronne
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La servante et le chevalier.

Aller en bas 
AuteurMessage
Atheryth Kirath

avatar

Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: La servante et le chevalier.   Dim 14 Nov - 16:46

En me réveillant à l'aube, mon père m'attendait déjà dans la seule pièce de notre maison. Une mansarde en mauvais état, qui ne demandait guère de chose pour s'écrouler. Il avait passé sa nuit à boire dans les tavernes du coin, il puait l'alcool à plein nez et je tentais de faire profil bas pour qu'il me remarque à peine. Je savais bien que si c'était le cas, il finirait par me tomber dessus pour pas grand chose. Comme mon peu de rapidité ou même une minute de retard dans le service de son déjeuné. Je m'attelais donc à la tâche pour lui servir de quoi manger avant de me rendre à la Citadelle pour prendre mon service. A croire qu'aujourd'hui, il était une nouvelle fois de mauvaise humeur, comme souvent, il finit par m'envoyer un coup puissant dans la figure. La cause je ne la connaîtrais jamais, je sais juste qu'il n'était pas lui même. Je tombe à terre, je me relève et continu ce que j'ai à faire. Je ne pleure pas, je ne dis rien, même si une douleur atroce monte dans ma joue et dans mon oreille. Il ne tilte pas, ne dis rien, mange avant de sortir sans mot pour disparaître je ne sais où. Une fois qu'il est parti, je tente de masquer le coup, même si je sais pertinemment que personne ne regardera ou défendra mon cas, je le fais pour moi, parce que cela me rappelle trop ma condition de faible.

Quittant à mon tour la mansarde, je prends le chemin de la Citadelle. Je porte toujours les même vêtements, tentant chaque soir de les rabibocher comme je le peux. Un robe de tissu ingrat avec un simple tablier ainsi qu'une coiffe pour cacher mes cheveux. Malgré ma tentative pour camoufler les coups donnés par mon père, rien n'y fait, on ne peut que les remarquer. Mais que voulez-vous....

Une journée de plus à travailler d'arrache pied pour pas grand chose, la vie était vraiment injuste. J'avais couru toute la journée, nettoyant chaque recoin des appartements du Duc et de sa famille, aidant la cuisinière à la préparation des repas, lavant le linge et plus encore. Ma vie ne me convient pas, mais je ne me plains pas. Je ne peux pas, je n'ai pas le droit par respect pour mes parents et pourtant...

Je rêve toujours q'un preux chevalier me sorte de cette condition déplorable, mais un rêve reste un rêve. Jamais l'on ne fait attention à moi, je n'existe pas du moins pas pour les nobles et encore moins pour ceux qui partage ma condition de servante. Ils me méprisent, pourquoi ? Je ne le sais point. Je ne fais rien, je ne dis rien, je ne suis un poids pour personne et l'on me tient à l'écart de tout. Un vrai bouc émissaire.

Encore une journée ou j'en ai pris pour mon grade, mais je ne vais pas pleurer devant eux, ils en seraient tellement contents, tellement heureux de voir que leurs paroles me touche. Je fuis une nouvelle fois, mes tâches terminés, même si nous autres serviteurs n'avons jamais vraiment fini. La bibliothèque sera mon lieu de repos aujourd'hui. L'endroit est tellement calme, serein. Un lieu où je suis sûre que personne ne viendra me chercher. Avant d'y pénétrer, je prends garde qu'il n'y est personne, qu'il n'y est pas de noble. Enfin par une si belle journée, qui viendrait se perdre dans un lieu comme celui-ci.

Seule au milieu des étagères remplis de livre que jamais je ne serais capable de lire, j'attends là, immobile, comme si je me trouvais dans une sorte de sanctuaire, j'ai retiré ma coiffe pour libérer mes cheveux. Une douce musique vient à mes oreille, elle vient de l'extérieur. Je regarde par la fenêtre qui est ouverte, personne. C'est sans doute le vent qui la porte en son sein, comme pour réconforté mon coeur si lourd. Au milieu de cet endroit qui devient alors mon havre de paix, je me mets à danser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan de Hautetour

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Mer 17 Nov - 12:10

Tristan soupirait en parcourant les couloirs de la Citadelle. Il était aujourd'hui face à son pire ennemi. Celui qui hantait ses jours et ses nuits depuis un bon moment: l'ennui.

Il n'avait rien à faire. Non. Strictement rien. Son père avait formellement interdit à se qu'il quitte la Citadelle et il était bien forcé de suivre ses ordres. Mais du coup, il n'avait plus rien à faire et s'ennuyait comme un rat mort. Il avait écumé les rayons de la bibliothèque, parlé des heures avec son demi-frère et sa demi-soeur. Là, il tournait en rond comme un poison rouge dans cet énorme bocal de pierre qu'était la Citadelle.

Le chevalier prit la route de la bibliothèque. C'était un trompe l'ennui comme un autre. Il y aurait peut-être des nouveaux livres qui l'intéresseraient. Mais honnêtement, il n'y croyait pas vraiment.

Oh et puis zut. Ça l'occuperais un moment de chercher.

Le jeune homme entra dans la bibliothèque et commença à parcourir les rayons. Bon. Il ne trouvait rien. Mais il cherchait quant même. Après tout, il n'avait rien d'autre à faire.

Finalement, il attrapa un livre assez épais et se mit dans l'idée de le parcourir malgré son titre qui ne présageait rien d'autre d'un assommant ennui.

''Descriptions, généalogies et relations des grande familles des duchés du Nord agrémenté de maints portraits de grandes dames et puissants seigneurs'' tout un programme.

Un léger mouvement attira l'attention de Tristan. Le jeune chevalier s'approcha doucement sans faire de bruit. Une jeune femme était en train de danser entre deux rayons. Le jeune homme resta un certain temps à la regarder faire sans oser bouger.

Il allait partir, mais le sort en décida autrement.

Son livre lui échappa des mains et son contact avec le sol ne fut pas des plus discret.

Tristan se mit à se traiter interieurement de tout les noms d'oiseau qu'il connassait alors que la jeune femme se tournait vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atheryth Kirath

avatar

Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Mer 17 Nov - 16:17

En dansant ainsi, je m'imaginais au bras d'un beau chevalier, portant une de ces robes en soies de grandes valeurs que seul une dame de haut-rang peut se permettre de s'offrir. Je dansais encore et encore, oubliant ce qu'il y avait autour de moi, oubliant ma vie, mes devoirs, mon travail et même mon père. Comme la vie est plus douce ainsi.

J'étais tellement dans mon monde de rêve que je n'entendis même pas que quelqu'un pénétrait dans la bibliothèque. Je continuais mon manège, comme si j'étais seule au monde, seule avec mon chevalier imaginaire. Mais tous les rêves ont une fin, et le mien pris fin plus rapidement que prévu. Un bruit me réveilla de mon doux rêve et m'arrêta instantanément. Il y avait quelqu'un, et cette pensée m'effraya soudain. Me retourna lentement, je redoutais ce que j'allais voir.

Entre les rayons de livres se trouvant juste en face de la où je mettais adonnée à ma rêverie, se trouvait un homme. Il me regardait et mon visage s'empourpra rapidement, penchant de pâle à rouge pivoine. Je ne savais plus où me mettre, je regardais de tous les côtés ne sachant même pas quoi dire. C'est dans ces moments là qu'on aimerait se retrouver six pieds sous terre.

Son visage n'exprimait pas de la colère mais plutôt une sorte d'étonnement, en le regardant bien, je m'aperçu qu'il s'agissait d'un chevalier, donc d'un noble. Le moment fût encore plus humiliant. Je fis alors une révérence rapide et pas vraiment bien réalisé mais que voulez-vous dans un moment pareil, on perd tout ses moyens.


" Je.... Je suis.... Veuillez-me pardonner.... Je ne voulais pas vous déranger..."

Oui, je ne savais pas quoi dire, mais lui qu'allait-il faire me gifler ? Me dénoncer ? J'avais envie de prendre la fuite mais c'était bien la dernière chose à faire. Je levais alors mes yeux vers lui, ils se faisaient suppliant, j'avais peur. Peur que cela revienne aux oreilles de mon père.

" Je vous en prie ne le dîtes à personne..."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan de Hautetour

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Ven 19 Nov - 12:13

La jeune femme se retourna très lentement. Craignant se qu'elle allait découvrir face à elle. De quoi pouvait-elle avoir peur? Qu'il la dénonce? Elle n'avait rien fait de mal. Juste profiter d'un moment de liberté pour danser seule entre les rayonnages de la bibliothèque.

Rien de bien particulier en somme. Elle n'avait pas volé quoi que se soit ni fait autre chose dans ce genre.

Le charmant visage qu'elle avait s'empourpra violemment, devenant pivoine, presque cramoisi (j'exagère peut-être un petit peu). Visiblement, elle n'avait qu'une seule et unique envie: disparaître dans le sol et ne plus jamais réapparaitre.

Elle se fendit d'une révérence rapide et assez maladroite tant elle était gênée de se qu'il venait de voir. Elle en perdait tout ses moyens. Allons donc. Était-il si effrayant que cela?


" Je.... Je suis.... Veuillez-me pardonner.... Je ne voulais pas vous déranger..."

Apparemment, c'était plutôt lui qui l'avait dérangé elle. C'était peut-être son titre de chevalier qui la dérangeait autant. C'était qu'un titre. Rien de plus.

" Je vous en prie ne le dîtes à personne..."

Tristan rangea le livre de façon un peu expéditive qui consistait simplement à l'envoyer ailleurs.

« Vous n'avez rien fait de mal, dit-il tranquillement. »

Bien droit, il s'approcha d'elle. Arrivé à une certaine distance, il s'inclina devant elle et lui présenta son bras.

« Accepteriez vous de m'accorder cette danse? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atheryth Kirath

avatar

Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Lun 22 Nov - 13:31

Il avait tout du chevalier qui hantait mes rêves. Ce genre de chevalier qui apparaît pour vous sauver. Il était charmant, avec un doux visage. Et moi je me sentais si sale et si laide à côté de lui. Si seulement j'avais été une de ses nobles dames, je serais, je pense tellement mieux. Sa voix calme me détendit quelque peu.

« Vous n'avez rien fait de mal, dit-il tranquillement. »

Le rouge qui venait d'envahir mon visage commença à s'estomper, j'avais remis ma coiffe pour cacher mes cheveux qui il faut le dire étaient pas des plus propres. Comme le reste de mon corps, parsemé de marque de coups et trace de suis. Bref, un état lamentable. Je le regardais, s'avancer vers moi, bien droit, avec une allure si noble. Je fus étonné de le voir s'approcher de moi ainsi et encore plus de me tendre son bras.

« Accepteriez vous de m'accorder cette danse? »

Mon coeur fit un bon dans ma poitrine. Il m'invitait à danser ? Mais, pourquoi ? Se moquer de moi ou bien parce-qu'il le désirait vraiment ? J'étais de nouveau perdu et rougissante. A ce moment là, je me maudissais d'être dans une tenue pareil. On m'invitait à danser pour la première fois de ma vie, et en plus il s'agissait d'un chevalier fort charmant. Mes yeux exprimaient à la fois interrogation et bonheur d'exister aux yeux de quelqu'un. Je ne savais pas quoi répondre, aucuns sons ne sortaient de ma bouche alors que j'aurais voulu dire beaucoup de chose. Un simple sourire timide vint se dessiner sur mes lèves. Ma main se posa sur le bras de ce noble chevalier en murmurant:

" Avec plaisir messire. "

C'est une fois ma main sur son bras, que les questions fusèrent de nouveau dans ma tête. Pourquoi ? Je ne suis qu'une servante, je ne suis personne comme disait souvent mon père. Mais aujourd'hui voilà que j'étais quelqu'un, une jeune femme dansant au bras d'un noble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan de Hautetour

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Dim 28 Nov - 14:43

Le visage de la demoiselle se fardait de rouge, mais il s'estompa assez rapidement. Quel dommage que toute cette crasse cache sa beauté. Elle ne semblait pas laide du tout cette demoiselle. Certes, ses cheveux n'étaient pas des plus propres, et à voir son visage, sa tenue et ses mains, on se doutait qu'elle ne devait pas s'être lavé depuis un certain temps. Mais on ne pouvait pas non plus lui nier un certain charme. Même si de là ou il était, Tristan ne pouvait rien voir des marques de coups qui parcouraient son corps.

« Accepteriez vous de m'accorder cette danse? »

La voilà qui se mettait à nouveau à rougir. Elle paraissait à la fois étonnée, mais aussi heureuse. Heureuse qu'on l'ai enfin remarqué et que pour une fois on lui ait accordé un petit peu d'attention sans doute. Sans voix, elle ne parvenait pas à articuler le moindre mot, restant tout à fait silencieuse et incapable de parler. Il y avait juste ce timide qui vint fleurir sur ses lèves. Doucement, elle fini par poser sa main sur son bras avant de murmurer quelques mots.

" Avec plaisir messire. "

Tristan lui fit un de ses plus jolis sourire avant de commencer à la faire danser, elle ne se débrouillait pas trop mal pour une petite servante de Florissant. Il aurait pensé qu'elle savait moins bien danser que cela.

Il y eu quelque chose qui attira son regard. Quelque chose de légèrement violacé qui se trouvait sur sa nuque. Il n'eut pas le temps de vraiment bien voir de quoi il s'agissait.

Quelques minutes plus tard, il en fut tout à fait sur. C'était la marque d'un coup. Arrêtant de danser, il la regarda dans les yeux.


« Quelqu'un vous fait du mal? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atheryth Kirath

avatar

Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Lun 6 Déc - 22:24

Il m'emmena dans une danse des plus agréables. Je souriais, j'étais aux anges. L'espace d'un instant je me sentais exister. Je me sentais presque importante. Un des rêves que j'avais fait me revint en tête, en y repensant je fermais les yeux en me laissant aller dans cette danse qui m'emmenait loin de tout.

Florissant était en fêtes, je ne souviens plus pourquoi. Ce dont je me souviens c'est d'un bal, un bal masqué. Dans mon rêve, j'avais quitté la mansarde laissant mon père ivre mort. Je courrais pour pouvoir assister au bal et même pouvoir danser. Propre et vêtue simplement j'étais apparue masqué moi aussi. Qui aurait pu me reconnaître ? Je pouvais enfin me faire passer pour ce que je n'étais pas. Un chevalier comme celui qui me fait danser cette bibliothèque m'a invité et c'est tout la nuit que cette danse a duré. Mais le rêve c'est brisé pour laisser place à la réalité et comme toujours mon père mal réveillé m'a frappé.

Sans que je comprenne, mon cavalier s'arrêta d'un seul coup. Il me regardait fixement, pourquoi ? Ce chevalier avait donc remarqué. Cette trace que mon père avait laissé sur ma nuque. Ma punition du matin, une de plus. Mon corps en était recouvert. Ce regard qu'il me lançant me fit peu sur le coup. Je m'écartais de lui, reculant de quelques pas en mettant ma main sur ma nuque.


« Quelqu'un vous fait du mal? »

Que devais-je répondre à ça. Je n'avais pas pour habitude de me plaindre. Jamais personne ne me posait de question à ce sujet, si bien que je n'avais pas besoin de répondre quoique se soit. Le premier mot qui vint franchir mes lèvres fût :

" Non..."

Je fermais aussi la bouche, levant mon regard vers le chevalier. Qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire. Je n'étais que servante et c'était chose commune chez nous. On ne fait pas bien son travail, on est puni. Je me mordis la lèvre inférieure, mon corps tremblait légèrement.

" Je me suis cognée en travaillant. "

C'est tout ce que je trouvais à dire. Pourquoi dire autre chose. Mon père me bat, mais que pouvait-il faire ? Rien alors autant ne rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan de Hautetour

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Jeu 16 Déc - 11:24

La jeune servante s'écarta un peu de lui, essayant de cacher ce bleu quoi occupait sa nuque. Comme pour le cacher. Mais c'était trop tard. Le mal était fait, il l'avait vu. Se n'était plus la peine de tenter de le cacher. Il l'avait déjà vu.

Elle parut hésiter à répondre à la question qu'il avait posé. Elle hésitait. Mauvais signe. Elle allait lui mentir. Quant on disait la vérité, il n'y avait pas à réfléchir à se qu'il fallait qu'on dise. Tristan ne dit rien. Sans doute avait-il été un peu trop vite. Si elle avait des problèmes, se n'était sans doute pas à un inconnu qu'elle allait vouloir e parler. Et encore moins à un chevalier. En général, les servantes apprenaient à devenir tout à fait transparentes. Là, elle se retrouvait face à un chevalier qui lui demandait de lui parler de ses problèmes. Sans doute était-ce un petit peu trop pour elle.


" Non..."

Elle se mordit la lèvre, visiblement assez effrayée par se qui était en train de lui arriver. Elle était en train de trembler comme une feuille. Avait-elle peur? Oui. C'était tout à fait possible qu'elle était effrayée par lui.

" Je me suis cognée en travaillant. "

C'était tout à fait faux. Si elle s'était vraiment cognée, le bleu n'aurait pas eu cette forme là. Ça ressemblait plus à un coup qu'à autre chose. Mais il s'était attendu à se qu'elle lui mente. Se n'était pas vraiment une surprise. Elle protégeait peut-être celui qui la battait. C'était une possibilité. Ça arrivait que des gens battut soient persuadé qu'ils méritaient leur sort et que tout cela n'était fait que pour leur bien.

Enfin. Si elle ne voulait pas se confier, il n'allait pas non plus insister. Cela ne servait pas à grand chose. Elle se braquerait encore plus s'il restait sur le sujet.

Le jeune homme essaya de se faire rassurant. Il ne voulait pas non plus la traumatiser.


« Au fait. Peut-être qu'il serait temps de me présenter. Je suis Tristan de Hautetour. »

Il attendit une petite seconde avant de poursuivre.

« Me ferrez vous le plaisir de me donner votre nom? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atheryth Kirath

avatar

Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Lun 3 Jan - 21:28

J'avais pu voir dans son regard qu'il ne croyait pas à l'histoire que je venais d'inventer. Mais que dire d'autre ? Que mon père levait la main sur moi chaque matin et que ferait-il si je lui disais cela ? Rien. Alors il valait mieux que je garde ces faits pour moi. Une jour peut-être que quelqu'un le découvrira.

« Au fait. Peut-être qu'il serait temps de me présenter. Je suis Tristan de Hautetour. »

Le chevalier au doux visage se présenta sous le nom de Tristan de Hautetour. Tristan, cela sonnait comme le nom d'un prince. Mais voilà que je divague encore, je devrais arrêter de lire des contes. Ma main quitta ma nuque, et avec un sourire timide, je fis une autre révérence, tout aussi maladroite que la précédente.

" Je suis enchantée, Messire de Hautetour."

Quelque minutes de silence s'installèrent, mon regard timide scrutant les moindres traits de son visage. Je ne pouvais le quitter des yeux, il était pour moi tel le soleil. Mais voilà qu'il parla de nouveau.

« Me ferrez vous le plaisir de me donner votre nom? »

Le plaisir de lui donner mon nom ? Mais en quoi cela pouvait-il bien l'intéresser ? Voilà que maintenant je fais la fine bouche, un homme non pardon, un chevalier daigne poser son regard sur moi et je fais la difficile. Il m'invite à danser, il s'intéresse à moi, il veut connaitre mon nom et moi je reste là, muette à me poser des questions idiotes.

" Atheryth Kirath, messire. Je suis votre humble servante. "

Une autre brise d'air s'engouffra dans la bibliothèque si calme, apportant avec elle une sorte de hurlement. On me cherchait, mon travail n'était pas fini et pourtant je n'avais pas envie d'y retourner, je voulais rester ici, avec ce chevalier si gentil avec moi. Mon regard se tourna vers la porte de la salle, celle-ci s'ouvrit et une autre servante y pénétra avec un certain agacement.

" Atheryth ! "

Mon premier réflexe fût de reculer dans le rayon de livre juste derrière moi pour me cacher. Il ne fallait pas qu'elle me voit à rien faire sinon mon père serrait prévenu et je savais par avance que la soirée serait douloureuse. Mes yeux se posèrent sur Tristan et mon regard se fit explicite. Mes lèvres murmurèrent :

" Dîtes lui que je ne suis pas ici..."

Pas très glorieux mais que voulez-vous.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan de Hautetour

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   Sam 22 Jan - 14:05

La révérence que la jeune servante fit à Tristan était, il faut bien le dire, des plus maladroite. Oui, soyons honnête, elle avait un visage tout à fait avenant. Mais pour se qui était des courbettes, c'était pas son truc. Ça il n'y avait pas le moindre doute.

Mais l'effort était tout de même là et bel et bien louable, il fallait le reconnaître. Qu'elle se sente gourde et le paraisse un peu était une chose, c'était sur. Mais il y avait tout de même un effort notable qui était fait. Sans grand résultat, mais un effort tout de même. Et puis, Tristan n'était pas du genre à réprimander tout le monde pour une courbette un peu maladroite.


" Je suis enchantée, Messire de Hautetour."

Elle resta quelques moments à dévisager chacun de ses traits avec une certaine insistance, il fallait bien le dire. Cela eu pour effet de mettre quelque peu le chevalier mal à l'aise. Il avait plus l'habitude de rester au fond et de ne pas se faire remarquer. Mais là il était sous le feu de deux magnifiques projecteurs qui le fixaient avec insistance.

Elle parut très surprise qu'il lui demande son nom. Il avait quelque chose de coincé entre les dents? Possible vu la façon dont elle était en train de le regarder. C'était un peu comme s'il venait de lui proposer de lui faire un numéro de danse du ventre en tenue traditionnel de Kaliorn. Un peu particulier il fallait le dire. Quoi que la Citadelle respirait plus cette lointaine province du sud depuis que l'héritier avait épousé Dame Asima. Mais bon, il y a quant même des limites.

La jeune femme fini tout de même par quitter son mutisme obstiné pour ouvrir la bouche.


" Atheryth Kirath, messire. Je suis votre humble servante. "

Et vu se qu'il venait d'entendre venant de l'extérieur, on était en train de la chercher cette jeune femme. En même temps, c'était un peu logique. Il y avait assez peu de serviteurs qui vivaient dans l'enceinte de la Citadelle par rapport au nombre qui y travaillaient. Et aucun qui ne s'aventurait dans le donjon et la bibliothèque ducale quant ils n'avaient pas de travail. Cette pauvre fille avait sans doute vu son absence remarquée et était placée sous la direction d'un chef assez pointilleux pour le remarquer. Et sans doute un maniaque puisqu'il était en train de prendre le temps de la chercher et en plus de crier dans la Citadelle pour la retrouver au risque de tomber sur un noble peu aimable qui ne prendrait pas de pincette en lui reprochant son bruyant zèle.

À l'instant où une servante entra dans la bibliothèque, pouf. Plus personne. Atheryth s'était tout simplement vaporisée. Bon, elle n'avait fait que se cacher derrière un rayonnage de livre. Mais quant même.


" Atheryth ! "

La servante qui venait d'entrer n'était de toute évidence pas de bonne humeur

" Dîtes lui que je ne suis pas ici..."

Qu'elle ne veuille pas se retrouver face à l'autre n'était pas vraiment étonnant. Tristan lui adressa un sourire.

*On vas rire.*

De temps à autres, le fait d'être noble avait du bon. Et puis, il faut toujours suivre la règle n°32 du code de survie à Zombieland: ''savoir jouir des petites choses.''

Prenant un air assez renfrogné et un livre qu'il ouvrit à une page au hasard, Tristan sortit comme un diable du rayon.


« Non mais ça vas pas bien de crier comme ça? Qu'est-ce que vous voulez? Vous avez pas autre chose à faire que de venir me crier aux oreilles? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La servante et le chevalier.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La servante et le chevalier.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dédicace au chevalier Martineau
» Le Silure, Chevalier Noir
» [Blog] Film bionicle chevalier d'émeraude
» Chevalier Gris
» Croiseur d'attaque chevalier gris FW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume du Cygne :: Le Royaume du Cygne :: Florissant :: La ville :: La Citadelle-
Sauter vers: