Le royaume du Cygne

La guerre menace toutes les frontières du royaume. Les jours passent et la famille royale semble s'affaiblir. Mais dans l'ombre se cache un autre héritier de la couronne
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Chiraz Abd'Al Tahar
// Modérateur ~
avatar

Féminin Age : 26
Messages : 355
Date d'inscription : 02/01/2010


MessageSujet: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Lun 15 Mar - 1:29

Quel temps merveilleux pour prendre la mer ! Aujourd'hui clémente, c'était la dâte idéale pour le départ. Le ciel bien dégagé de Tal'Shek portait le soleil comme seule parrure, lumineux comme toujours. Ce soleil, il lui manquera beaucoup quand elle approchera du nord, bien plus qu'elle ne le pense et plus vite aussi. Ces quelques semaines passées en bateau le lui apprirent. Au début, elle n'avait pas eu trop de mal à pointer son nez dehors, mais elle du se couvrir de plus en plus au fur et à mesure que Kaliorn s'éloignait. Elle passait ses journées à parler avec Rameen et à se battre contre lui, ce qui avait eu le don d'énerver Reza. Parfois le vizir se joignaient à eux, rappelant par ses victoires au sabre que Shereen avait encore du travail à faire avant de le battre. Il était frustrant quand il le voulait, sans s'en rendre compte.

Près du galion Talois ( adjectif de Tal'Shek ) naviguait un bateau nordique. Apparament ils prenaient le même chemin et n'avaient pas l'air de pirates, leur compagnie ne fut pas désagréable. Celle d'un troisième bateau le fut en revanche. Ce dernier était chargé de pilleurs des mers, tous avides de richesses. Le galion avait du les attirer et ils avaient sous estimé la protection mise en place. Rapidement les soldats furent prêts à combattre. Shereen et Dounia durent se mettre à l'abri dans un compartiment dur à atteindre, plus éloigné que celui des servantes. Elles en profitèrent même pour discuter.


« Je déteste l'agitation. . . commença Dounia.
- Ah. . . répondit la djinna qui s'en fichait pas mal.
- Ca ne te fais pas peur Shereen ?
- De ? répondit la djinna, agacée.
- Nous sommes en train de nous faire attaquer ! ! !
- Tu me gonfles. . . pourquoi devrai-je avoir peur ?
- Tu parles comme si tu allais attaquer alors que tu ne sais qu'allumer, dit Dounia d'un air de défis.
- Tais-toi Ben Ehsan. Ton mari rampe à mes pieds, c'est différent, répliqua son interlocutrice en riant moqueusement. Voilà ce que je te propose : on va sur le pont et on sa bat. Si tu plantes un pirate, je reste à Florissant.
- Ca me va. . . et si c'est toi qui en plante un ?
- Je t'arrache la langue. »


Sans attendre l'accord de la parieuse, Shereen sortit du compartiment, Dounia sur ses talons. Elle avait pris sa rivale au mot et craignait pour sa vie à présent. D'abord, elle n'avait pas compris tout de suite que la djinna était sérieuse, en plus elle ne savait pas se battre, contrairement à Shereen qui avait de l'expérience. L'amour d'un homme peut faire accepter les pires folies ! Dounia était bête, c'est tout. Shereen aussi l'était de laisser cette idée dangereuse s'échaper de ses lèvres. Le temps de remonter le combat s'était déjà terminé. Ce fut rapide car les nordiques avaient aidé les kaliorniens. La seule chose que put dire la djinna ce fut :

« Zut. . . j'ai raté une occasion de te faire taire.
- Tu n'es qu'une sorcière ! Je vais le dire à Reza ! répondit mi-horrifiée Dounia.
- Je t'en prie. »


Puis elle s'éloigna, rejoignant Rameen. Il lui expliqua que c'était des birsarks qui les avaient aidé. Reza discutait avec l'un d'eux qui semblait être leur chef et Shereen approcha sans aucune hésitation, cette fichue Dounia derrière elle. Il cherchait ses mots mais avait encore du mal avec le parlé du nord. Remarquant ses efforts admirables - pittoyables aux yeux de la djinna - elle rit puis s'en alla, le tout discrètement. Sans le savoir, elle venait de rencontrer Thorgen, illustre barbare. D'ici quelques heures ils arrivaient à quai, un bon moyen pour s'échapper de tout ces gens.

Elle prit son manteau de brocart doublé de fourure recouverte de taffeta, le tot noir, puis s'en alla à l'écart sans prévenir personne. Comme à son habitude voilée, elle était vêtue d'un ferace ( longue tunique pas très chic ) vert sombre, assortit à la gaz sur son visage et cacha ses cheveux grâce à sa capuche. Grâce à son manteau elle put dissimuler son arme, mais elle doutait de son utilité dans le coin. Pendant qu'elle s'en était allée, Reza avait demandé au dénommé Thorgen de la retrouver. Restait à savoir si oui ou non il accepterait.

Le ciel était bien dégagé, comme le jour de son départ, et on entendait le bruit des gens qui travaillaient. Certains chantaient en effectuant leurs tâche, apportant une touche de gaieté. Shereen était enjouée par ce spectacle, malgré que la température commençait déjà à lui faire défaut. Non loin de là c'était établit un marché où les commerçant vantaient haut et fort leur produit. Comme la djinna voilée les intriguait, ils s'en moquèrent gentiment.


« Allé ma 'tite dame ! Ils sont beaux mes bijoux, ils sont beaux ! Viens les voir ils vont pas te manger !
- C'est qu'elle est timide ! Laissent tomber les bijoux, viens plutôt voir mes étoffes ! Sous tes vêtements t'as l'air de t'y connaître ! »


Bien qu'elle les trouvait sympathiques elle préféra continuer sa route, cherchant à sortir de tout ce monde. Elle réussit à atteindre une rue plus calme, où de riches boutiques exposaient leurs marchandises. Pas de doutes, on était bien près d'un port ! L'argent allait et venait à une vitesse folle, comme les gens et les objets. Shereen flânait tanquilement, jusqu'à ce qu'un bruit métalique survint à son oreille. Devant elle, un homme haut et de carrure imposante venait de perdre sa bourse. Elle n'avait pas très envie de parler mais elle ne pouvait ignorer ce qu'elle venait de voir. Elle ramassa le sac de pièces et interpella :


« Monsieur ! Excusez-moi, mais vous venez de perdre ceci. »

Elle parvint à sa hauteur et lui tendit la bourse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fafnir

avatar

Age : 27
Messages : 175
Date d'inscription : 24/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Lun 15 Mar - 18:02

Un petit roux aux yeux bleus avait surveillé au loin, l'arrivé d'un bateau qu'il avait repéré bien avant. Durant les combats, une ombre avait survolé les bateaux, bien trop lointaine pour être identifiable. Et cette ombre était celle de cet homme au nom oublié depuis plusieurs millénaires. Avait-il repéré une pore? Il surveillait le bateau seulement pour profiter d'une occasion de jouer les chevaliers, les héros, une fois à terre. Et alors qu'il passait à proximité du bateau, une jeune femme passa, sans le voir.

L'odorat draconique pouvait percer à jour tout déguisement et le ferace ne le trompait pas: ce n'était pas une pauvre humaine qui venait de passer: elle avait une odeur inhumaine. Une elfe? Non, pas assez fruité, le parfum était trop sec, elle venait du désert. Mais Fafnir n'ayant jamais régner sur le désert ne voyais pas ce que cette créature au parfum entêtant pouvait être.

Le dragon, Fafnir, puisque c'était lui, s'amusa à suivre, devancer, pister, la créature, ne perdant jamais sa trace grâce à son odorat.
Il s'amusait même à prendre diverses apparences, parfois même animales, n'ayant que leur nature mâle et les yeux bleus en commun.

Puis il prit la forme d'un enfant, fit les poches d'un ivrogne et cacha sur lui la bourse de cuir: riche ivrogne vu le cuir et le poids de la bourse, et enfin, dans une ruelle déserte, prit sa forme humaine classique, véritable forme humaine en tout point fonctionnelle, a ce qu'il savait, et non simple illusion, d'une grande puissance cependant, les dragons ayant des pouvoirs que les plus puissants mages ne pouvaient imaginer. Mais en même temps, ces humains ne pouvaient déjà pas imaginer l'étendue des pouvoirs des vampires, alors un dragon?

Finalement, sachant que la femelle, ce n'était pas une illusion, l'odeur était reconnaissable quel que soit l'espèce, était à seulement deux ou trois mètres derrière lui, il fit tomber la bourse de cuir. Aussitôt une voix on ne peut plus féminine l'interpella.

Fafnir se retourna alors, souriant, et fut charmé par la grâce des mouvements de la créature, et ses mains s'attardèrent sur celles de l'inconnue alors qu'il saisissait sa bourse… Apprécierait-elle le contact quelque peu rêche d'une peau normalement constituée d'écailles?


"Quel étourdi je suis! Mais je suis impardonnable! Merci charmante demoiselle de me l'avoir ramassé."

Relâchant les mains, prenant la bourse il sembla réfléchir.


"Mais que faites vous seule dans ces rues peu sures? Ne souhaitez vous pas un peu de compagnie? Nous pourrions ainsi discuter, et faire connaissance, non? D'ailleurs, j'allais encore l'oublier, mais je m'appelle Fafnir!"

Déclara souriant l'humain, grand, musclé, brun et aux yeux bleus. Puis il sembla soudain rougir et balbutia.

"En tout bien tout honneur, ne vous méprenez pas, mais vous êtes un voyageur venu de loin, tout comme moi, d'un pays chaud, contrairement à moi, et j'aimerais en apprendre plus sur vous et votre pays."

Bizarrement, Fafnir semblait désarmé, car il n'avait apparement pas d'arme, mais il dégageait un sentiment de puissance qui faisait que personne ne l'attaquait. Et quiconque serait près de lui, ou considéré comme son ami, serait en sécurité. Chose non négligeable à une jeune femme à laquelle on ne cessait de faire des avances beaucoup moins innocentes que celles du grand brun, aux yeux bleus, et aux traits réguliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorgen

avatar

Masculin Age : 31
Messages : 369
Date d'inscription : 20/02/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Ven 19 Mar - 20:57

Alors que le rouquin et la femme étrange venaient de se recontrer, des jurons indignés se firent entendre dans la foule, aussitôt tus lorsque les gens regardaient ceux qui fendaient la foule sans s'excuser.

Le groupe de nordique qui avait escorté le bateau se déplaçait en direction des deux personnes en train de parler, et se plantèrent devant eux. Leur chef s'avança.




C'est vous Shereen? On m'a promis une belle somme si je vous attrapais. Moi, j'ai rien contre un peu d'argent... Par contre, on m'a dit que vous étiez une sorcière, alors, je reste sur mes gardes, et préfère donc parlementer. Pourquoi est-ce qu'on vous recherche? Car j'ai horreur d'exécuter des ordres sans savoir pourquoi. J'ai déja eu des mauvaises blagues en suivant a l'aveuglette comme ça...


Dernière édition par Thorgen le Lun 22 Mar - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiraz Abd'Al Tahar
// Modérateur ~
avatar

Féminin Age : 26
Messages : 355
Date d'inscription : 02/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Lun 22 Mar - 18:33

[ HJ : Thorgen, Chiraz se fait appelée Shereen. C'est écrit dans son journal ^^ ]

L'étranger avait un comportement bien direct, presque trop famillier si il n'était pas jugé excessif en son genre. C'est sans prendre la peine de se soucier des états d'âme de Shereen qu'il s'emparra de ses mains. Certes, le bellâtre avait beau être courtois ce genre d'attitude la laissait toujours trop méfiante. . . Au moins avait-il la politesse de la remercier ! Cela faisait quand même deux points positifs contre un : un physique agréable et les onnes manières contre la familiarité. Quoique que cette peau étrangement rugueuse pouvait s'accumuler aux points négatifs. Comment cela se pouvait-il ? L'inconnu ne semblait pas déshydraté pourtant. . .

Relâchant ses mains et récupérant son bien, il resta un instant perplexe, ses yeux bleux s'agravaient sous le poids de la réflexion. Que pouvait-il se passer dans sa tête ? La djinna voulait repartir mais cette rencontre ne s'achèverait pas ainsi, il y avait d'autres choses encore qui n'avaient pas été dites.


« Mais que faites vous seule dans ces rues peu sures ? demanda-t-il finalement. »

Pour la kaliornienne, il n'était pas question de danger. Après tout elle dissimulait bien son tulwar sous ses vêtements amples, enlaidissant méchament sa silouhette, alors que les rues soient sûres ou pas on ne peut pas dire que l'effrontée craignait quoique ce soit. Malgré tout, son interlocuteur semblait vraiment préoccupé, seulement peut-on savoir ce que cache l'agneau ? Shereen avait bien l'air innofensive, et pourtant elle était suffisement dangereuse pour se risquer n'importe où. . . Alors ce beau jeune homme - humain sûrement - musclé qui paraissait bienveillant n'était-il pas lui aussi un loup ?

Pour l'heure, elle préférait écouter sagement, à l'affut d'une anomalie certaine sur la véritable nature dudit Fafnir. Quel étrange nomination pour ces oreilles du sud. Bien qu'elle ait lu des livres ayant pour sujet l'histoire cygnac, jamais elle n'avait entendue de pareil prénom. Peu évocatif, elle n'arrivait pas à assimiler de caractère à ce jeune homme ni par son comportement, ni par son prénom. Dois-je rappeler que les mots ont un pouvoir ? Ouf, vous me rassurez car je n'en avais pas envie, surtout qu'expliquer "Fafnir" ne serait pas évident à la djinna qui n'oublie jamais les questions qu'elle se pose, alors plus tard, peut-être au cours de l'invitation, l'interrogerait-elle à ce sujet.

Il lui offrit un sourire radieux pour se présenter et l'inviter ensuite, plaisant à regarder. Il n'y avait pas d'arrogance, juste de la simplicité. Alors comment se faisait-il qu'un jeune homme fort et aussi beau que lui soit destabilisé par. . . mais par quoi au fait ? A aucun instant Shereen n'avait été méchante ou inconvenante. . . Néanmoins, Fafnir rougissait jusqu'à n'en plus pouvoir, quelque peu hébêté pour on ne sait qu'elle raison. Quel étrange phénomène que le changement soudain d'attitude. Il avait une carrure imposante, il fallait même reconnaître qu'une certaine puissance se dégageait de lui et même. . . un sentiment de sécurité ? Son sourire ne trahissait pas sa timidité bien qu'il fut sans crier gare confus comme il est difficile de l'être aussi rapidement. Il parvint à dire, malgré sa gêne :


« En tout bien tout honneur, ne vous méprenez pas, mais vous êtes un voyageur venu de loin, tout comme moi, d'un pays chaud, contrairement à moi, et j'aimerais en apprendre plus sur vous et votre pays. »

Haussant un sourcil, perplexe, elle allait lui demandait comme il était aussi fort aux devinettes. Depuis le début de la conversation elle n'en avait pas placé une mais il avait su sa provenance. Peut-être sont-ce ses vêtements qui le faisaient croire, ou encore ses yeux ? Elle allait accepter son invitation pour en savoir plus - et aussi pour que l'on arrête de la déranger, seulement il y avait de l'agitation. Le monde à la base est agité ; il se dépêche pour avoir les meilleurs produits, les livreurs se hâtent pour la distribution, les commerçants t'entent d'attirer la clientèle, puis n'oublions les bons travailleurs qui veulent déjeuner à leur pause et qui affluent en masse dans les rues. Alors comme si cela ne suffisait pas, un groupe d'hommes quelque peu brutaux ébranlaient la foule, recherchant on ne sait quoi. Le plus imposant d'entre eux approchait vers la djinna, qui se demandait bien si c'était pour elle ou Fafnir. . .

« C'est vous Shereen ? On m'a promis une belle somme si je vous attrapais. »

Devait-elle jouer l'innocente et chercher refuge derrière son compagnon ? Manipulatrice avérée, elle semblait pour l'instant plus coupable qu'innocente. Surtout si il y a une somme à la clé. Voilà qui suspendait l'activité alentours. . . ce n'était qu'une femme, facile à attraper sans doute. Eux ( la foule ) aussi pouvait tenter leur chance.

« Moi, j'ai rien contre un peu d'argent... Par contre, on m'a dit que vous étiez une sorcière. . . »

Le dernier mot prépara le départ des inintéressés. Tant mieux, si ils avaient peur de ça elle pourrait peut-être en jouer.

« . . . alors, je reste sur mes gardes, et préfère donc parlementer. Pourquoi est-ce qu'on vous recherche ? Car j'ai horreur d'exécuter des ordres sans savoir pourquoi. J'ai déja eu des mauvaises blagues en suivant a l'aveuglette comme ça. . . »

Que pouvait-elle répondre à tout ce blabla ? Shereen regarda le birsark dans les yeux, un peu honteuse d'attirer l'attention, encore plus devant un gentilhomme. C'est dingue, c'était elle où bien elle était entourrée que de personnes baraquées ? Voilà de quoi la calmer un peu et la faire réfléchir à ses agissement futurs. Surtout le meneur des birsark. . . elle se sentait toute petite face à lui.

** Je rêve ou c'est moi qui suis impressionnée ? **

Récupérant son entrain et sa force mentale, gentilhomme en témoin ou pas, Shereen parla d'une voix assurée et calme.

« En effet, je suis bien Shereen. . . mais je suis bien loin d'être une sorcière.
»


Elle rit, un peu froidement en devinant qui était la personne courageuse qui avait osé la qualifier ainsi. De là, elle imaginait la scène. Une petite brune toute belle, toute mignone toute fragile, qui glisse quelques mots à la fin du contrat. . . Dur à visualiser pour vous, mais la djinna devinait aisément ce qui c'était passé. Inquiet de ne pas la voir, Reza avait du demander quelques services supplémentaires aux birsarks qui l'avaient accompagnés jusqu'à Argus. Seulement, méchante comme trois, Dounia ( la femme de Reza ) la maléfique avait fait mine de mettre Thorgen dans la confidence, mi-hésitante mi-sincère :

« Mon mari a omit de vous dire que. . . Shereen est plus penchée vers. . . hum. . . comment dire ? Elle pratique la magie noire si vous voyez où je veux en venir. . . »

Dire que la sorcière, c'était elle ! La jeune djinna ne laissa pas le bénéfice du doute, sûre de ce qu'elle pensait, mais elle n'en souffla pas un moment. Elle préféra faire comme si de rien était, parlant calmement.

« Si Reza vous as demandé de me retrouver, ce n'est pas pour se moquer de vous, il s'inquiète seulement de ma personne. »

Tant qu'à faire, autant faire d'une pierre deux coup. . .

« Je vous présente Fafnir. Pourquoi n'irions-nous pas nous reposer et prendre une collation ? »

Espérons que Fafnir ne préférait pas un moment en tête à tête. Au pire, ils seraient deux si les birsarks refusaient et préféraient prendre l'argent, car elle trouverait un moyen de se défiler. . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorgen

avatar

Masculin Age : 31
Messages : 369
Date d'inscription : 20/02/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Mer 24 Mar - 13:55

Thorgen répliqua à Dounia

Magie noire, rouge, rose a pois blancs, je m'en contrefiche. Maintenant, je sais que c'est plus ou moins une magouille. Et en fin de compte, je suis pas sur de l'enjeu du contrat, alors, Reza peut m'oublier.

Il regarda ensuite Fafnir.

Bonjour.

Puis posa de nouveau son regard sur Shereen

Dans ce cas, allons boire un verre et faisons connaissance. J'ai un peu de temps libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fafnir

avatar

Age : 27
Messages : 175
Date d'inscription : 24/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Mer 24 Mar - 17:08

HJ: On restitue les tours?
CHiraz, moi, Thorgen?


Fafnir remarqua le côté paranoïaque de Shereen. Elle se méfiait malgré l'aura rassurante qu'il dégageait. Ses instincts sur-développés de prédateur étaient bien plus fiable que toute magie: il sentait l'odeur caractéristique de la méfiance, mais il n'y avait aucune peur. Et en réalité la méfiance était diffuse et se dirigeait vers tous, avant de se braquer sur le dénommé Thorgen que Fafnir regarda avec mépris: ce n'était qu'un humain. Mais la lueur disparut vite, laissant la place à de l'amusement. Il espérait échanger Shereen contre de l'argent? Avoir appris à Fafnir qu'elle était son nom n'était pas suffisant pour qu'il espère survivre. Surtout que l'adorable femme, clairement inhumaine, allait parler!

Mais la jeune femme désamorça adroitement la situation et Fafnir retint un soupir de soulagement: un humain qui crache du feu n'est point chose courante. Mais les réponses de Thorgen et le fait qu'il ne serait pas en tête à tête avec la demoiselle lui hérissait le poil, à défaut d'écailles sous cette forme.

« Bonjour Birsark. »

Déclara Fafnir, d'une voix puissante: la sienne, mais sans aucune timidité, emplie de force, de noblesse. Et il continuait d'émettre son aura apaisante et rassurante qui avait réjoui les narines de la jeune femme et il y ajouta involontairement, mais celles là nul dragon ne savait réellement les contrôler, ses phéromones de parade, de séduction, héritage des lointaines origines animales des dragons, qu'ils utilisaient encore pour séduire les dragonnes. Naturellement, leur odorat étant plus développé, les dragonnes sentaient cette odeur de plus loin et en devenaient plus ou moins folles, quand les autres femmes et femelles y étaient beaucoup moins sensibles. Mais les humanoïdes, elfes et humaines en tête, y étaient relativement sensible, la phéromone draconique étant proche de l'elfique qui était proche de l'humaine, mais en étant bien plus puissante. Shereen devrait donc sentir ce parfum enivrant et y réagir plus ou moins, même si elle n'était pas humaine et y serait donc probablement moins sensible, mais cela allait énerver Thorgen, puisque ce parfum avait l'exact effet contraire sur tout ce qui était mâle. Fafnir essaya donc de se montrer le plus apaisant et rassurant possible, et il prit la parole:

« Et bien je vous invite alors à boire un peu et à faire connaissance. Donc Shereen, vous venez du sud? »


Étant censé être un animal supérieur, l'humain devrait pouvoir garder son calme si on lui offrait un sujet de conversation, non?
Fafnir l'espérait en tout cas, il ne voulait pas avoir à se battre parce que les beaux yeux de Shereen leur faisaient à tous deux de l'effet, enfin surtout à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiraz Abd'Al Tahar
// Modérateur ~
avatar

Féminin Age : 26
Messages : 355
Date d'inscription : 02/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Mar 30 Mar - 18:48

Au final Thorgen ne semblait pu vouloir l'argent. Sous ses airs de brutes il devait être assez réfléchit, fort heureusement. Shereen ne se voyait pas courir uniquement pour quelques heures de liberté, ou même se rendre et faire un allé retour inutile. Une question demeurait encore sans réponse : comment avait-il fait pour la reconnaître ? Pour le moment, Dounia était à moitié morte. La djinna doutait de l'innocence de cette fausse gentille fille et c'était la seule qui aurait pu dire de Shereen qu'elle est une sorcière.

Poli, le birsark salua l'inconnu sans plus. Rien ne laissait présager qu'une tension électrique s'interposait entre eux, seules les lois de la natures sont au courant. Si tout à l'heure Fafnir avait été timide, il semblait avoir prit l'assurance d'un roi autoritaire en un instant. Cette puissance commençait-elle à jouer sur la djinna ? Bizarrement, elle se sentit attirer par le dragon déguisé sans comprendre ni même chercher à comprendre pourquoi. Elle sentait seulement une attraction incertaine se jouer entre Fafnir et elle, un jeu inconnu et tout nouveau. Bien sûr, Shereen était sensible aux phéromones de dragons, pas au point d'en être abrutie mais elle n'aurait put dire pourquoi elle, qui ne s'intéresse pas vraiment à l'amour, commençait à s'intriguer du jeune homme. Les deux protagonistes mâles réunissaient tout de même des caractéristiques importantes pour la jeune seulement son intérêt penchait sans raison particulière pour Fafnir.

Les deux hommes se mirent d'accord pour boire un verre suite à la remarque de Shereen mais il était indéniable de constater que le dragon avait une préférence pour parler à la djinna. Il faut dire qu'en plus, il n'est pas doué pour le cacher. Plutôt que de chercher un sujet qui satiferait tout le monde, il n'hésita pas à poser une question concernant directement la jeune djinna.


« Merci Monsieur Fafnir, répondit la djinna à l'invitation, souriant sans que le voile permette de le voir. Oui, je viens de Kaliorn, Tal'Shek pour être plus précise. Comment avez-vous pu le savoir ? »

Décidément, elle était entourrée de deux devins : entre celui qui avait su la reconnaître sous sa masse linéaire et l'autre qui n'avait eu qu'à humer son parfum pour deviner sa provenance, Chiraz ne pouvait que rester perplexe face à ces individus.

« Vous venez tout deux de régions différentes aussi ? demanda-t-elle lorsque Fafnir eut terminé de lui répondre. Au fait, comment vous appelez-vous Monsieur le chasseur de prime ? ajouta la djinna sur un ton rieur, éloigné de la provocation. »

Malgré son attirance pour le dragon la jeune femme ne pouvait pas non plus négliger le birsark, de plus elle se demandait d'où il pouvait venir, lui et ses amis. Elle suivait leurs marches, ignorante des lieux, sans avoir peur de quoi que ce soit ni craindre une attaque. Habituellement elle ne craignait rien, mais là, fait étrange, sa garde était baissée. Serait-ce encore Fafnir qui jouait de son aura rassurante ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorgen

avatar

Masculin Age : 31
Messages : 369
Date d'inscription : 20/02/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Mer 21 Avr - 16:48

Thorgen écouta passivement, et hocha la tête lorsque Shereen lui parla.

Chasseur de primes... C'est pas vraiment mon rôle... Quand je peux me faire un peu d'argent, j'en profite pour faire usage de mon apprentissage guerrier, mais c'est pas mon principal mode de vie.

Je viens de Sgalbarg, notre royaume du nord. Et je suis un birsark. Le commerce entre mon royaume et les terres du Sud a bien repris, et n'ayant aucune mission provenant de mon seigneur en ce moment, je profite de cet essor pour faire de l'escorte de convoi marchands, en général maritimes, parfois des caravanes.

Mais je préfère de loin le commerce maritime. Je peux m'assoir tout en voyageant, et les marins ont de bonnes réserves de boissons en tout genre. Ca manque juste parfois de donzelles, mais en général, les ports sont emplis de catins prêtes a combler ce manque pour quelques piécettes.

Je m'appelle Thorgen Hjalmarssen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fafnir

avatar

Age : 27
Messages : 175
Date d'inscription : 24/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Dim 2 Mai - 20:07

Fafnir fut soulagé de voir que Thorgen n'était pas influencé par les phéromones. Il n'aurait pas voulu devoir le tuer.
Mais quel rustre! Il racontait négligemment sa vie sexuelle!
Le dragon décida donc de ne se préoccuper que de Shereen alors qu'il les dirigeait vers une auberge. En s'y prenant bien, Fafnir se rendit compte qu'il pourrait séduire la jeune femme. Mais il ne savait trop s'il pouvait le faire, sa conscience le tarabaiscotait.
Même après plusieurs millénaires, il aimait toujours sa défunte compagne elfique.
Alors qu'ils pénétraient dans le bar, Fafnir aida la jeune femme à s'asseoir et prit place à côté d'elle.


"Et bien Thorgen, Shereen, que souhaitez vous boire?"


Sourit le dragon qui se demandait lui même ce qu'il pourrait demander. Au même moment, une serveuse approchait. Face à sa tenue provocante, et à celle de plusieurs femmes dans l'établissement, le dragon se demanda si l'établissement pratiquait le stupre et la luxure. C'était fort probable et fort dommage mais la ville n'avait pas d'établissement plus propre que celui-là et les différentes boissons avaient le mérite d'être fraiches.


"Et bien me voila! que prenez vous?"


Demanda la serveuse. Elle fit un clin d'œil à Thorgen, ayant remarqué que Shereen s'intéressait a Fafnir.
Le dragon donna alors à la serveuse les commandes de ces compagnons et se lécha alors la babine d'une façon étrange.


"...Quand à moi je prendrais de l'hydromel."


Dit-il d'une voix douce et ferme à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiraz Abd'Al Tahar
// Modérateur ~
avatar

Féminin Age : 26
Messages : 355
Date d'inscription : 02/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Ven 7 Mai - 17:35

Shereen écoutait avec ce qu'il faut d'attention le birsark se décrire. Sa vie devait être bien plus passionnante que ce qu'il partageait. Malgré le fait que ce ne soit pas de tout repos il ne devait pas s'ennuyer beaucoup.

Les Royaumes du Nord, ou plus précisément les lointain Royaumes du Nord Plein de Glace et de Froid étaient vus comme une sorte d'Enfer à ses yeux, au mieux un défi à relever. A quoi pouvaient-ils ressembler ? Qu'était cette substnce que l'on appelle neige ? De l'eau glacée à ce qu'il parraît, mais les récits ne font qu'augmenter la curiosité de la djinna.

Le fait que Thorgen évoque sa sexualité avec autant de nonchalence n'était pas choquant mais il traduisait un certain manque de savoir vivre impardonnable lors de moments précis. Pour l'instant la tenue n'était pas de rigueur avec Fafnir et Shereen, mais était-il toujours ainsi ? La franchise pouvait frôler l'insolence si on n'y prenait pas garre - elle avait de l'expérience.

Les rues bondées étaient de ce monde qui regardaient indiscrètement le trio singulier. Il y avait de quoi ; un barbare, un charmant jeune homme et une femme couverte de draps. Ni terroristes ni pacifistes, impossible de mettre un nom sur ce qu'ils semblaient être.


« Je m'appelle Thorgen Hjalmarssen, conlut le birsark. »

Quelle façon intéressante de se présenter ! Se décrire et ensuite se dénommer. Cela peut attiser encore plus la curiosité.

« Enchantée Sire Hjalmarssen. »

La complexité de son nom ne la dérangea pas, bien que le dialecte soit étrange pour ses oreilles kaliorniennes.
Ils arrivèrent enfin dans un bar que l'on qualifierait volontier d'impropre pour une jeune femme, surtout d'un rang aussi élevé. De l'extérieur cela ne se voyait pas, mais à l'intérieur les femmes rivalisaient tant de beauté qu'à celle qui aurait la tenue la moins couvrante. Face à elles Shereen était une pure sainte-nitouche, plus encore à sa façon de s'habiller. Elle ne fit pourtant aucune remarque quand au choix du brisark mais elle lui en voudrait si jamais il en touchait un mot à Reza. De toutes façons il n'avait pas l'air d'être du genre à répéter, bien que la méfiance soit la meilleur guetteuse.

Ils prirent place à une table, assez propre quand même. La djinna s'était faite l'illusion que ce genre d'endroits étaient sales et puants alors que celui avait quand même de la coquetterie. Fafnir n'avait pas été très bavard, un peu comme si la présence de Thorgen le refroidissait. Une femme, le décolleté bien ouvert et le maquillage soigné vint à leur rencontre.


« Et bien me voila! que prenez vous ? »

Si elle n'allumait pas, il faudrait chercher un mot pour ce qu'elle était en train de faire. Elle envoya un signe plus que significateur au barbare plutôt qu'à Fafnir.

« Du jus de citron dilué dans l'eau s'il vous plaît, demanda Shereen. »

Thorgen passa sa commande, ayant sûrement remarqué que l'hôtesse ne le quittait pas des yeux. C'est à ce moment d'ailleurs que la djinna compris deux trois trucs. . . C'était la première fois qu'elle entrait dans un établissement pareil, mais aussi la première fois qu'elle voyait des prostituées. Avant de commander, Fafnir s'était pourléché les lèvres d'une façon amusante qui ne put empêcher la jeune femme de rire. La poule s'en alla chercher les boissons roulant expressément ses hanches.

« Il semble que vous plaisez à cette dame sire Hjalmarssen, dit Shereen en souriant. Et vous sire Fafnir, que faites-vous de votre vie ? »

La discussion ne semblait pas tout à fait établie entre Thorgen et Fafnir, Shereen avait un peu l'impression de jouer l'entremetteuse mais ce rôle ne la dérangeait guère. Ca la divertissait d'ailleur ; son attirance pour le dragon avait à peine diminué, cela l'aidait à divertir un peu son esprit et à retirer cette drôle de fixette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fafnir

avatar

Age : 27
Messages : 175
Date d'inscription : 24/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Lun 24 Mai - 13:44

Fafnir sourit en voyant la serveuse revenir en dévorant Thorgen des yeux. Elle servit les verres et saisit alors le Birsark, le tirant au loin. Qu'allaient-ils faire? Le dragon en avait cure.

Il sourit à la Djinn, et leva alors son verre:


"Trinquons à votre santé alors, mon amie!"


Sourit doucement le dragon en faisant tinter les verres avec douceur. Il attendit lentement qu'elle porte son verre aux lèvres puis fit de même. Thorgen n'étant plus là, il cessa de se retenir et lâcha donc une grande bouffée de phéromones. Cet aspect animal faisait honte à Fafnir mais il sentait que Chiraz aussi lâchait des phéromones, tout comme la serveuse qui avait emmené Fafnir. Cela avait un aspect rassurant.

"Et bien je voyages. J'erre, j'essaie d'oublier ma défunte compagne et de faire honneur à sa mémoire. Et puis j'essaye de refaire ma vie."


Le dragon reposa alors son verre et ses mains sur la table. Il regarda alors doucement la Djinns.

Il avait envie de lui prendre la main ou de lui caresser la joue mais n'y arrivait pas. Il ne savait pas comment s'y prendre, comment faire comprendre à Chiraz qu'elle lui plaisait.

Comment le faire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiraz Abd'Al Tahar
// Modérateur ~
avatar

Féminin Age : 26
Messages : 355
Date d'inscription : 02/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Mar 25 Mai - 22:48

La serveuse revint avec les commande et repartit avec. . . Thorgen. Shereen s'interrogea un instant sur la banalité de la sexualité quelques instants.

Dans la vie en société, il semblerait que ces terres en fasse un sujet totalement tabou, loin de l'univers érotique de Kaliorn. Bien sûr les kaliorninens ne racontaient pas à qui veut l'entendre comment ça se passe sous leur couette, mais dans les maisons prestigieuses se cachait le harem, parrure dans les maisons de seigneurs. Les invités se voyaient même offrirent quelques instants en charmante compagnie. Au Royaume du Cygne les us et coutumes différaient totalement. Shereen ne se sentait pas honteuse de savoir tant sur le corp et ses réactions malgré que sa rose soit restée un boutton jusqu'à présent. Ses pensées avaient - par le plus grand hasard - coïncidées avec le parfum de Fafnir qui se promenait dans les narines de la djinna.

Elle trinqua avec le jeune homme. Il était de compagnie agréable, son sourire était très beau et même contagieux. Voilà qu'une nouvelle volonté s'offrait à elle : séduire Fafnir. Il serait un des rares cas à ne pas être un jouet. Si aujourd'hui elle voulait lui plaire, c'était d'abord parce qu'il lui plaisait. Elle retira le bas de son voile afin de se désaltérer et l'écouta.

Une pointe de déception pinça son orgeuil. Elle ne voulait pas servir de bouche-trou. Egoïste qu'elle était, elle voulait occuper une place unique. Il ne faut qu'une reine sur un trône, la deuxième ne servant à rien. Il disait pourtant désirer refaire sa vie. Elle avait du mal à suivre : comment refaire sa vie en honorant un amour défunt ? C'était, pour elle, comme planter de nouvelles fleurs en continuant d'arroser celles qui sont fannés. Inutile.


** Ca n'a pas l'air facile d'aimer. **

Elle observa silencieusement le bellâtre. Il était gêné, tandis qu'elle avait repris les pleines fonctions de ses esprits. Ce fut une douche froide d'apprendre que le seul homme qui l'avait concrètement intéressé jusqu'alors pensait à une autre. Son regard était un peu timide, il semblait aussi un peu hésitant. Elle le quitta finalement du regard pour son verre d'eau, cerclant le contour de son doigt.

« Je ne mange pas, dit-elle d'une voix vexée, un soupçon boudeuse. »

La djinna n'était pas franchement contente à l'instant, aussi court qu'il eût été. Après tout elle n'était pas ignoble, pourquoi soudainement hésiter ? Cette réplique se référait bien sûr à la subite réticence de Fafnir qu'elle crut déceler.

Elle releva la tête pour regarder le monde s'affairer dans la salle. Des hommes tapaient les fesses des serveuses, qui gloussaient par la suite. Certaines discutaient sur les genoux des clients en riant comme des bécasses. Elle continuait de regarder le charmant spectacle en semblant fixer le vide. Elle ne remarqua pas le quinquagénaire lui signé qu'elle lui plaisait par un simple clin d'oeil. Il la confondait avec une prostituée et elle ne s'en rendait même pas compte. La djinna redescendit sur terre après 10 secondes d'évasion et fixa Fafnir dans les yeux une deuxième fois. Elle lui dit en se moquant un peu-elle-même, souriante :


« Voilà qu'un homme arrive à m'avoir sans se risquer vers moi. . . étrange. »

Sa jambe s'était - inconsciement ? - collée à celle de Fafnir. Ce qui était sûr, c'était qu'elle avait prit de son plein gré la main du bellâtre au regard quelque peu surpris. L'avait-elle désemparrée ? Possible, elle ne vivait pas dans son esprit. Cette main forte qu'elle tenait dans la sienne, bien plus délicate, ne trahissait pas la nervosité par des tremblements. Qui sait à part nulle autre que lui quels sentiments il cachait dans son esprit ? Shereen se mit à caresser la main du jeune homme, appuyant de temps à autres. Elle plissa malicieusement les yeux avant de poursuivre :

« Mettez-moi dans la confidence. De quels charmes usez-vous ? »

Elle écouta avec attention Fafnir. Les phéromones avait bien une emprise sur la djinna. Assez pour l'aveugler, sûrement pas. Sa " défunte compagne " percuta une fois de plus les pensées de Shereen. Ce fut elle qui à cet instant devint un peu distante. Elle cessa toutes caresses et remit quelques mèches derrière son oreille. Croisant les bras, un peu soucieuse, elle demanda à Fafnir :


« Attends-tu. . . qu'attends-tu d'une inconnue ? »

On ne peut pas dire qu'elle serait normale si elle ne posait pas cette question. Pardonnez-moi. . . la normalité n'est qu'un critère relatif. Il n'y a pas d'erreur quand aux pronoms personnels. Oui, elle avait bien tuttoyé Fafnir. Une habitude bien courrante chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fafnir

avatar

Age : 27
Messages : 175
Date d'inscription : 24/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Jeu 27 Mai - 10:29

Fafnir écouta les propos de la jeune femme et se demanda ce qui se passait dans sa tête. Il sentait la jambe de la jeune femme contre la sienne et ferma brièvement les yeux, souriant timidement. Le dragon n'avait pas été aussi proche physiquement d'une femme depuis de nombreux millénaires. Lorsqu'elle lui prit la main il la regarda et la laissa le caresser. Puis elle croisa les bras et il sut que le charme était rompu, la mention de sa bien aimée avait refroidi les ardeurs de Shereen. Il la regarda alors hésitant. Que répondre à cela?

"Ce que j'attends de vous? Je ne le sais pas moi même. Votre amitié, ça j'en suis sûre, mais je désire plus que ça. Quoi précisément? Je ne sais pas. Je me sens désemparé en votre présence. Vous me plaisez, Shereen, et je ne sais comment agir avec vous. Je ne sais ce que je peux ou non faire, je ne sais que faire pour vous plaire."


Avoua alors Fafnir. Il n'avait jamais tenté de séduire une inconnue, puisque lorsque il avait cherché à plaire à sa précédente compagne, il y a bien longtemps, il la connaissait déjà car elle était à son service.
Fafnir remit alors une mèche rebelle derrière l'oreille de Shereen. Lentement, doucement, il caressa tendrement la joue de la jeune femme.


"Dites ce que vous voulez de moi, et je vous l'offrirais. Quand à ce que j'attends de vous.. je dirais de la tendresse, une tendre amitié, et plus si affinité."


Fafnir était rouge de timidité et son regard était pourtant fixé droit dans les yeux de la djinn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiraz Abd'Al Tahar
// Modérateur ~
avatar

Féminin Age : 26
Messages : 355
Date d'inscription : 02/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Jeu 27 Mai - 18:42

Fafnir n'était pas, sans prétention, le premier à se retrouver dans un tel état face à la djinna. Mais le premier à le lui dire explicitement, oui. Il était franc et cela plaisait à la jeune femme. Elle aurait pu s'habiller des tissus de mensonges et sous-entendus qu'on lui avait rapportés jusqu'alors. D'habitude il fallait plus de temps avant qu'elle n'obtienne la vérité, même lorsqu'elle l'exigeait. Avec le beau brun elle n'avait du la demander qu'une fois.

Les mèches qu'elle avait ranger décidèrent de lui mener la guerre, vite arrêtée car Fafnir les remit en place. Elle ne fut pas gênée qu'il caresse sa tendrement sa joue mais bien surprise. Pour quelqu'un de désemparré il était fort ! C'est qu'il était audacieux, autre chose qui plaisait à la djinna.


« Dites ce que vous voulez de moi, et je vous l'offrirais. Quand à ce que j'attends de vous.. je dirais de la tendresse, une tendre amitié, et plus si affinité. »

Qu'attendait-elle d'un homme, à présent ? Plus tard, alors qu'elle l'ignorait encore, Shereen aura besoin d'un homme à ses côtés, fort, sûr de lui, ce que semblait être Fafnir. Il est vrai que face à elle il perdait ses moyens. Ce n'était pas le seul. Que la personne soit de sexe féminin ou masculin, timide ou extravertie, elle semait la plupart du temps le trouble dans les esprits.

Dans l'instant, elle ne sut quoi répondre. Fafnir attendait malgré cela, rouge de confusion. A l'inverse elle préservait son calme. Elle sut enfin ce qu'elle allait répondre.


« M'offrir ce que je veux. . . je ne vois que deux options : ou tu es un homme de parole, ou tu es un beau parleur. Mais je n'ai pas plus confiance en un cas que dans l'autre. »

Elle s'approcha de nouveau contre lui, comme la fois précédente. Il dégageait une chaleur qu'elle connaissait assez bien. Plutôt qu'elle croyait connaître. N'ayant jamais rencontré de dragons avant, elle cru avoir à faire à un djinn. Il n'avait que de bons points jusqu'à présent : franc, audacieux, djinn en plus de ça. Et les phéromones qu'elle ignorait mais qui agissait sur elle. Elle posa une main sur son épaule, touchant de peu son buste contre celui de Fafnir, l'autre main était sur sa cuisse.

« As-tu seulement conscience de la promesse que tu m'as faites ? Je n'oublie pas Fafnir. »

Petit à petit, ses lèvres qui attendaient leur premier baiser se déposèrent sur celles de Fafnir. Oui, elle avait agit comme une fille facile. Plus encore devant un étranger. Mais quiconque la connaissait aurait été étonné de savoir que pour une fois, un homme avait pu recevoir cela de la farouche djinna. Lentement, elle se décolla.

« J'ignore ce que tu m'as fait, ni pourquoi je suis attirée par toi. Mais j'ai comprit que ça ne sert à rien d'avoir peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fafnir

avatar

Age : 27
Messages : 175
Date d'inscription : 24/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Dim 30 Mai - 13:05

Le Dragon remarqua que la jeune femme aimait qu'il la caresse. Elle lui répondit alors en lui disant à quel poin la promesse était importante, et elle s'approcha de lui. Fafnir se pencha vers elle, comme aspiré par les pupilles de la jeune femme. Elle le rendait fébrile avec une main sur la cuisse et une sur le torse et lorsqu'elle l'embrassa, Fafnir passa ses bras autour d'elle et la fit venir sur ses genoux, sans effort apparent. Il lui laissa parler mais avant de répondre, il goûta a nouveau aux lèvres de la jeune femme.

Le baiser se prolongea de longues secondes pendant que le dragon lui tenait avec douceur la nuque. Puis il lui sourit, et se pourlécha les babines, détendue, heureux, et puant les phéromones au point que toute les femmes présentes dans la pièce regardaient le couple avec envie.


"Je suis conscient de la promesse que j'ai fait, et je la tiendrais. Je tiens toujours ma parole, cependant je ne suis pas plus humains que toi."


Et voila! Il l'avait fait! Il venait de tutoyer Shereen et ce pour la première fois. Et il l'embrassa à nouveau, avec douceur, tout en lui caressant la cuisse.


"On fait quoi? On attend le Birsark ou on se retire dans un coin plus tranquille?"


Sourit doucement Fafnir avant d'embrasser la Djinna dans le cou. Il se sentait si bien avec elle! Il ne savait pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiraz Abd'Al Tahar
// Modérateur ~
avatar

Féminin Age : 26
Messages : 355
Date d'inscription : 02/01/2010


MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   Jeu 3 Juin - 20:12

Décidément, Fafnir était assez gourmand. Elle ne l'était pas moins puisqu'elle se laissait prendre des baisers. Moins qu'un voleur le dragon ne faisait que cueillir les fleurs après en avoir semé les graines. Il s'arrêta un moment, passant ses lèvres d'une façon non sensuelle mais qui faisait rire la djinna. Il était adorable. Il réunissait suffisement de qualités pour la charmer. Il devait le savoir car il arrivait à présent à la tutoyer et était plus entreprenant. Une fois le premier pas franchi, il y le second, et les autres bien évidement.

Qu'il n'était pas humain elle l'aurait parié. Aucun de cette race n'avait le sang chaud des djinni. Shereen était persuadé qu'il était l'un des siens. Ce contact si chaud, loin de la froideur humaine ! Toutes les femmes regardaient envieusement dans leur direction, une lueur perverse au fond des yeux. Elles imaginaient sûrement quelques scènes interdites aux moins de 35ans ( niveau sainte-nitouche tongue ). C'est là chers amis, que je ne vous invite pas à suivre ce petit bout de rp qui peut en surprendre quelques-uns. Sachant ce qu'elle faisait, Shereen laissa remonter sa main jusqu'à sentir le désir poindre. Pas trop non plus, juste un début, non perceptible sous les vêtements.


« On fait quoi? On attend le Birsark ou on se retire dans un coin plus tranquille ? »

Il termina sa proposition sur un baiser dans le cou. Elle venait d'apprendre qu'elle était sensible à ce point précis. Elle ferma les yeux un instant. Succomberait-elle ? Riez, car la djinna était plus du genre à se laisser désirer. Ou plutôt à faire comprendre qu'on ne l'obtient pas aussi facilement, encore moins dans un bars plein à craquer de poules aux formes qui sortent de leurs habits et de vieux soulards.

« Attends le Birsark si le coeur t'en dit, moi je dois rentrer. On s'inquiète sûrement pour moi et nous devons partir. »

Elle se releva, mettant en place le voile qu'elle avait retiré plus tôt. Le dragon ne semblait pas ravi de cette radieuse nouvelle. Elle s'en rendait bien compte mais l'ignorait totalement.

« Revient me voir à Kaliorn, à Sidi Gulsun. Demandes-y Shereen Bent Ehsan. Si tu me cherches, tu n'auras aucun mal à me retrouver. »

Cela sonnait autant comme un ordre qu'une invitation. Pas très difficile de reconnaître que cette femme ne voyait pas souvent les refus et qu'en plus elle avait un côté dominateur.

La djinna se pencha, posant une dernière fois ses lèvres sur celle de Fafnir à travers son voile. Elle sentit encore son parfum exaltant, ne laissant plus que le siens comme souvenir.
Si le bellâtre désirait vraiment la revoir, il se pourrait qu'il ne trouve plus la Shereen qu'il connaissait. Il y croiserait une autre plus forte et déterminée, avec sans doute le besoin d'un homme stable à ses côtés. Seul le Destin sait ce qu'il leur prépare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Dragon, le Birsark et la Djinna [ Fafnir - Thorgen ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume du Cygne :: Le Royaume du Cygne :: Argus-
Sauter vers: